À la une En ville

Les parents-Dépakine dénoncent un scandale sanitaire

Elle en a fait le combat de sa vie, pour ses deux enfants, mais aussi pour les milliers d’autres nés sous Dépakine avec des troubles neurocomportementaux et des malformations. Marine Martin a tenu une conférence de presse à Saint-Denis le 15 mai dernier, entourée de mamans victimes de la Dépakine.
A la gauche d’Eric Coquerel, Marine Martin, présidente de l’APESAC, accompagnée de personnes victimes de la prise de Dépakine.
A la gauche d’Eric Coquerel, Marine Martin, présidente de l’APESAC, accompagnée de personnes victimes de la prise de Dépakine.

Cette mère de famille est devenue la porte-parole de toutes les victimes de cet anti-épileptique responsable de troubles physiques et autistiques de milliers d’enfants. À la présidence de son association, l’Apesac (Association des parents d’enfants souffrant du syndrome de l’anti-convulsivant), Marine Martin s’est transformée en lanceuse d’alerte.

« Aujourd’hui en Seine-Saint-Denis, si 116 victimes ont pris contact avec l’Apesac, on compte 4 décès d’enfants issus de ces grossesses-là. Mais il y en a potentiellement beaucoup plus, insiste cette femme combative. Tout le monde ne franchit pas le cap de décrocher le téléphone et de dire : moi aussi, je suis victime, aidez-moi… » 

Cette conférence de presse à l’invitation d’Éric Coquerel (LFI), député de la première circonscription de Seine-Saint-Denis, a pour but d’alerter l’opinion et de faire pression. « Il s’agit de faire reconnaître le statut de victimes à tous ces enfants nés sous Dépakine mais aussi la responsabilité du laboratoire qui le produit dans le dédommagement des victimes », explique l’élu.

LIRE AUSSI : Témoignage : Jennifer Camara, victime de la Dépakine

 

Entre 16 000 et 35 000 victimes

Pour bien mesurer l’ampleur des dégâts causés par cette molécule, il faut savoir que la substance, le valproate de sodium, est commercialisé depuis 1967 pour le traitement de l’épilepsie, sous la marque Dépakine de Sanofi, et depuis 1977 pour les troubles bipolaires sous les appellations Dépakote et Dépamide. Selon les chiffres de l’ANSM (l’Agence nationale de sécurité du médicament), la Dépakine a fait entre 16 000 et 35 000 victimes sur 50 ans de prescription donc potentiellement des dizaines de milliers de victimes sur la 2e génération. Pour bien se faire entendre et défendre, l’association a contacté un cabinet spécialisé dans le droit médical, et c’est Charles Joseph Oudin, avocat des victimes du Médiator, qui a accepté de prendre en charge le dossier en 2011.

« Nous nous doutions dès l’engagement de la procédure, rappelle la présidente de l’Apesac, que Sanofi se dédouanerait en faisant peser la responsabilité sur l’État, dans la mesure où c’est ce dernier qui a donné l’autorisation de la mise sur le marché du médicament. Aujourd’hui, ajoute la plaignante, les responsabilités sont bien celles du laboratoire qui a produit ce médicament. Et si l’État a une responsabilité de complicité, toute la lumière sera établie dans les procédures judiciaires. » 
 

Procédure pénale

Sept cents victimes, c’est-à-dire des enfants-Dépakine, ont déposé un dossier et sont engagés dans une procédure pénale et une action de groupe. Pour l’avocate, présente lors de la conférence de presse, cette procédure est bien trop longue. « Cela fait bien longtemps que ces victimes attendent cette reconnaissance. » Les responsabilités de Sanofi ont été reconnues par la justice fin 2017 qui a condamné le géant pharmaceutique à verser 3 millions d’euros à la famille de la petite Camille, née en 2002 avec de lourdes malformations.

« Sanofi persiste et signe en refusant de participer au fonds d’indemnisation », s’étrangle Marine Martin. Après des années de bataille pour faire reconnaître les méfaits de ce médicament auprès des femmes enceintes, des avancées ont été constatées.

Aujourd’hui, il est interdit de prescrire du valproate de sodium pendant la grossesse chez les femmes bipolaires et uniquement en dernier recours chez les épileptiques. Sur les boîtes de Dépakine figure désormais un pictogramme explicite de mise en garde. Mais l’Apesac ne lâche pas la garde et poursuit sans relâche ses efforts pour la reconnaissance des victimes et leur indemnisation par le laboratoire.

Claude Bardavid

 

Les effets de la Dépakine

Les symptômes des enfants atteints d’une embryofœtopathie au valproate de sodium sont aujourd’hui bien identifiés : malformation de la main ou du pied, malformation  rénale/urogénitale, malformation cardiaque, malformation du crâne, fente labio-palatine, spina bifida, dysmorphie faciale, troubles du comportement/ autisme, troubles psychomoteurs, troubles du langage, troubles de l’attention, retard mental, troubles visuels /auditifs.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur