Cultures

Artistes de banlieue présentés en grand format au Stade de France

Le photographe Stephan Gladieu a tiré les portraits – visibles jusqu\'au 2 octobre sur les grilles du SDF – d’une vingtaine d’artistes et créateurs issus des villes de Plaine commune. La moitié sont des Dionysiens.

Terre de création. Ce titre de l’exposition de grandes photographies sur les grilles autour du Stade de France jusqu’au 2 octobre, sonne comme un cri. Un cri d’affirmation, de reconnaissance et de fierté. Plaine commune, qui la réalise en partenariat avec le Stade de France, a voulu mettre en avant une vingtaine d’artistes et créateurs issus des villes de la communauté d’agglomération.

Parmi eux, bien sûr, plusieurs Dionysiens : Ami Karim, Djamel Bensalah, Gabin Nuissier, Grand Corps Malade, Loubaki, Malamine Koné, Marguerite M’boulé, Marko, Sami le comte de Bouderbala, Sophia Malou, Warra Ba… C’est le photographe Stephan Gladieu qui les a mis en scène, dans des lieux emblématiques eux aussi de ce territoire, comme à Saint-Denis les ateliers Christofle, la future cité du Cité du cinéma, le Stade de France, la Maison d’éducation de la Légion d’honneur, l’Institut national du patrimoine, le TGP, le musée d’art et d’histoire, la chaufferie du Fort de l’Est, le bassin de rétention sous le stade, le théâtre de la Belle étoile, les ateliers de moulages des musées nationaux, la basilique, les réserves du CNAM ou encore les anciens ateliers SNCF du Landy…

Traitement original de la lumière

« Jusqu’à la fin de l’exposition, nous allons accueillir environ 600 000 spectateurs pour onze concerts et un match de football », a indiqué lors du vernissage, mercredi 9 juin, Philippe Collin-Delavaud, directeur délégué du Stade de France, en soulignant la belle visibilité ainsi offerte à ces artistes. Une visibilité d’autant plus forte que les photos de Stéphan Gladieu, notamment son traitement original de la lumière, met en avant avec humour, légèreté et acuité la personnalité de chacun, parfois de façon décalée. Ceux qui étaient présents ce jour-là (Grand Corps Malade, Ami Karim, Sophia Malou, Gabin Nuissier, Loubaki…) ne cachaient pas leur plaisir et leur joie d’être ainsi « flashés ».

« J’ai voulu créer du lien entre ces artistes et ces lieux, que ceux-ci ne soient pas que des décors », précise Stephan Gladieu, qui ajoute que si son travail met en valeur les cultures dites urbaines, « celles-ci ne sont en aucun cas une sous culture. Ce sont des artistes contemporains, qui ont une identité, un lien très fort avec ce territoire d’où ils viennent. C’est ce qui m’a le plus frappé lors de ces rencontres ».

Des propos appuyés par Patrick Braouezec, le président de Plaine commune, qui ajouta que ces créateurs « se sont nourris de la vie dans ce territoire, y compris avec ses tensions et ses difficultés. Leurs travaux viennent du fond de l’âme et des tripes. Les mettre en valeur est une juste récompense ». Cette Terre de création est à voir tout l’été et tout autour du stade.

Benoît Lagarrigue

Terre de création sur les grilles autour du Stade de France jusqu’au 2 octobre. Accès libre.

Parmi les personnalités présentes lors du vernissage de cette exposition, mercredi 9 juin, on notait la présence du député et président de Plaine commune Patrick Braouezec, des maires de Saint-Denis et d'Aubervilliers Didier Paillard et Jacques Salvator, ainsi que du secrétaire d'État au Grand Paris Christian Blanc.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur