En ville

L’islamophobie post-Charlie selon Todd

À l’initiative de l’association Politique et Islam, l’historien et la journaliste Rokhaya Diallo étaient les invités d’un débat sur l’islamophobie vendredi 26 juin <br />à la bourse du travail.<br />
Rokhaya Diallo et Emmanuel Todd le vendredi 26 juin à la bourse du travail
Rokhaya Diallo et Emmanuel Todd le vendredi 26 juin à la bourse du travail


Le dernier ouvrage d’Emmanuel Todd, Qui est Charlie?? Sociologie d’une crise religieuse, avait défrayé la chronique en proposant une grille d’analyse sociopolitique et géographique aux manifestations des 10 et 11 janvier dernier. Selon l’historien et démographe, la France périphérique (Grand Ouest, Massif central, Rhône-Alpes, Alsace-Lorraine…) de tradition catholique et antirépublicaine s’était nettement plus mobilisée que la France centrale (Bassin parisien, façade méditerranéenne) historiquement républicaine, égalitaire et athée. Le symbole de l’émergence d’un nouveau bloc hégémonique surnommé MAZ (classes Moyennes, personnes Âgées, catholiques Zombies) taxé d’islamophobie?: « Suite à l’effondrement des pratiques religieuses depuis les années 60, la France incroyante avait besoin d’un nouveau bouc émissaire, lançait Emmanuel Todd en guise d’introduction. Les classes moyennes se sont donc focalisées sur les populations d’origine musulmane. Il suffit de voir les polémiques sur les jupes jugées trop longues pour s’en rendre compte. »

Un climat islamophobe qui ne date pas des rassemblements post-Charlie selon Rokhaya Diallo qui évoquait la loi de 2004 sur les signes religieux dans les écoles publiques?: « Le traitement médiatique avait été disproportionné par rapport au nombre de femmes concernées par la loi. » En guise de réponse, Todd concède que cette loi « avait amorcé une période de transition politique qui avait permis de récupérer les voix du FN ».


Crise religieuse et économique

Mais le cœur du problème est aujourd’hui, d’après lui, la superposition d’une crise religieuse et économique?: « Face au vide religieux, l’euro est devenu la religion de substitution. On s’y accroche comme à Dieu, mais cela ne délivre pas les bienfaits attendus. Or, la seule chose sur laquelle on peut agir, c’est sur l’économie. L’absence de Dieu, c’est déjà dur, mais sans travail, cela devient vraiment pénible. » Et de faire un comparatif avec l’Allemagne des années 1930 qui, « avait sombré dans l’antisémitisme sous l’effet conjugué d’une crise religieuse et économique. Les pays protestants s’étaient déchristianisés entre 1880 et 1930, cela a mené au nazisme. Le niveau d’horreur atteint durant la deuxième guerre mondiale a stabilisé le monde durant un demi-siècle. La crise économique actuelle pourrait faire à nouveau basculer l’histoire ». Avant de s’inquiéter que « la montée en puissance de l’islamophobie entraîne une augmentation de l’antisémitisme dans une partie de billard sociologique ».

Dans la foulée, Rokhaya Diallo parle d’« un livre salutaire pour le débat public ». Avant de conclure?: « J’ai le sentiment que la France se nourrit d’un déni de la construction du racisme. Cela manque à votre analyse. Ce ne sont pas les classes moyennes mais l’État qui a exclu les femmes voilées dans le cadre de la loi de 2004. C’est un racisme structurel lié à l’histoire coloniale de la France. L’islamophobie ne date pas d’une dizaine d’années. » Et Emmanuel Todd de faire son mea culpa?: « C’est vrai, mon travail souffre d’une faiblesse sur la mémoire coloniale. Cela m’a échappé. Pourtant, j’ai connu la guerre d’Algérie. On me traitait de sale bicot car j’étais plus bronzé que les autres. Je prenais alors mon ton bourgeois pour ne pas me faire emmerder. »

Clément Loriol

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur