En ville

Les crèches ont revu leurs conditions d’accueil

Pour accueillir une population représentative des Dionysiens, la facture a été alourdie pour les familles aux revenus les plus élevés et des dérogations sont accordées aux parents sans emploi.
Grain d'aile, dernière née des crèches dionysiennes
Grain d'aile, dernière née des crèches dionysiennes

Pour ses 6?900 bambins de moins de 3 ans, Saint-Denis ne dispose dans ses crèches municipales – ou maisons du petit enfant – que d’un millier de places, à peine. Une pour sept. Mais alors qu’en 2007, les rejetons accueillis étaient issus à 80 % de familles aux revenus modestes – moins de 3?000 euros par mois – « il n’était plus que 30 % en 2011 », rapporte Catherine Lévêque, qui a hérité du dossier l’an dernier en tant que nouvelle adjointe à la petite enfance. 

Interloqués d’un tel état des lieux, « les élus ont demandé un rapport à un sociologue sur les besoins et les offres », raconte l’élue du PSG. Appliquées depuis le 1er septembre, les nouvelles mesures « sont inspirées de l’expérience d’autres villes ».


Les attributions à partir de janvier

Pour accueillir « une population représentative » des Dionysiens, la facture a été alourdie pour les familles aux revenus les plus élevés. Et des dérogations sont accordées aux parents sans emploi jusqu’alors exclus des listes d’inscriptions. 20 % des places, dans l’ensemble des 12 crèches municipales, leur seront attribuées. La moitié revenant aux « familles les plus en difficulté, pour des enfants adoptés ou souffrant de saturnisme par exemple. Et 10 % vont être réservés aux parents en parcours d’insertion, le cas typique étant celui des femmes en formation pour le retour à l’emploi. 

Les critères en seront définis en commission avec la mission locale, le service social et les élus concernés. Les attributions se feront à partir de janvier sur les places qui se libéreront ».Pour plancher sur ces réformes, le groupe de travail constitué en février a rassemblé « élus de la majorité et de l’opposition », professionnels de crèches et de PMI. Un recrutement large, explique Mme Lévêque, pour favoriser le « consensus » surtout sur ce sujet sensible de la nouvelle politique tarifaire. 

Calculé selon le revenu, le tarif horaire augmente jusqu’à un plafond de ressources fixé par la Ville, et ne varie plus au-delà. Ce plafond était fixé depuis 2007 à 5?083 euros par mois. Il atteint à présent 7?825 euros. D’où des hausses, souvent importantes, pour 13 % des familles. Leur proportion atteignant les 70 % dans certaines crèches à la Plaine, où la pilule a du mal à passer. « Ma facture a grimpé de 400 à 600 euros par mois pour quatre jours par semaine, fulmine Solène. 

Cette ville promeut la mixité sociale. Mais quand les deux parents travaillent, elle les matraque. »Avec des tarifs à présent alignés sur celui des assistantes maternelles, soit environ 3,50 euros de l’heure, les familles aux plus hauts revenus sont incitées à recourir à ce mode de garde. « À la Plaine, elles sont au complet, objecte encore Solène. Alors on m’a dit d’aller à Franc-Moisin?! » Comme Floréal et Sémard, c’est en effet l’un des trois quartiers où les assistantes maternelles chôment le plus. 

Et l’un des plus mal desservis par les transports en commun.Autres mesures, plus consensuelles, les inscriptions sont ouvertes à partir du 6e mois de grossesse, et non plus du 3e mois. Les horaires d’accueil ont été assouplis et les formalités simplifiées. « Pour fixer le prix horaire, on travaille avec le logiciel Cafpro, détaille encore Catherine Lévêque. Les directrices de crèche n’ont plus à demander les fiches de paie aux parents. Et quand ils perdent leur emploi, on ne retire plus l’enfant de la crèche pour le mettre en halte-jeu, comme on le faisait jusqu’à présent. » L’accueil, enfin, est réservé aux seuls bambins de Saint-Denis. 

Marylène Lenfant

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur