En ville

Une évaluation sans fausses notes

Collège Elsa-Triolet. Une classe de 6e expérimente une méthode qui exclut les notes et met en avant la collaboration entre élèves.
Toutes les semaines, un conseil d'élèves se tient dans cette classe de sixième du collège Elsa-Triolet.
Toutes les semaines, un conseil d'élèves se tient dans cette classe de sixième du collège Elsa-Triolet.


L’expérience a commencé l’an dernier avec une classe sans notes. Cette année, des enseignants du collège Elsa-Triolet ont décidé d’aller plus loin. Plus de notes donc, mais des points de couleur pour quatre niveaux de compétences : novice, apprenti, confirmé, expert. On évalue à chaque fois des connaissances, et aussi des compétences sociales et méthodologiques : avoir ses affaires, prendre la parole, travailler en groupe, etc. « Au final, on ne fait pas moins d’évaluation, au contraire, mais c’est plus fin », témoigne Julien Degalle, prof d’EPS et professeur principal de cette classe de 6e particulière. « Ça permet de sortir de cette conception absurde de la moyenne de fin de trimestre. »


Le projet va au-delà de l’évaluation. « L’idée, c’était de prendre en main les 6es, qui arrivent au collège, pour leur redonner du plaisir dans l’apprentissage », explique Julien. Les enseignants ont développé des outils pédagogiques pour favoriser le travail collaboratif. Le conseil d’élèves, d’abord. « On se voit toutes les semaines avec les gamins sous une forme démocratique : il y a un président, des médiateurs — des rôles tenus par les élèves. On débat de la semaine écoulée ou d’un sujet qui les préoccupe. Au début, on cadre beaucoup, mais le but c’est qu’ils gagnent en autonomie. »


Dans le même esprit, les élèves occupent à tour de rôle des « métiers » dans la classe : distribuer les documents, faire l’appel, effacer le tableau, etc. Un « cahier météo » les suit de cours en cours pour noter le « climat » de la classe. « Ça les responsabilise, ça les oblige à se comporter en collectif », continue Simon Duteil, professeur d’histoire-géo. « On les incite aussi à s’entraider. Quand un élève n’a pas compris, un autre lui explique. Les deux en tirent bénéfice. » « Je les fais toujours s’autoévaluer avant de les corriger », ajoute Margaux Alonso, qui enseigne le français. « Ainsi, ce n’est pas seulement moi qui dit si les choses sont acquises ou pas, ils doivent aussi se poser la question. » Même le traditionnel conseil de classe a changé : à sa place, les parents et les élèves sont conviés à des entretiens où l’on dresse ensemble un bilan.


L’organisation de l’espace évolue également. « Dans ma salle, raconte Simon, à des endroits il y a une table individuelle ; à d’autres endroits, des blocs de cinq ou six tables pour le travail en groupe ; une bibliothèque au fond, où un élève peut feuilleter un livre ou une BD. » Cet espace modulable, c’est le privilège de l’ancienneté. Après quatre ans à Triolet, Simon dispose toujours de la même salle. « Moi, je change cinq fois par semaine, je ne peux pas faire ça », regrette Margot, dont c’est la première année. L’établissement a accueilli beaucoup de jeunes enseignants à la rentrée. La combinaison de professeurs expérimentés et de renforts enthousiastes a permis de lancer ce projet, que la direction a encouragé.


L’idée, dorénavant, serait de généraliser ces pratiques à tout le niveau 6e du collège. « Ça nécessite des moyens que l’on n’a pas, regrettent les enseignants, en termes d’heures de concertation, de temps de formation, de seuils par classe… Pour l’instant, ça fonctionne sur du volontariat. Mais les idées se diffusent, on discute entre collègues. Et ce qu’on va générer cette année aura des conséquences bénéfiques pour les années suivantes. »


Sébastien Banse

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur