Cultures

Danse puissance six

Six compagnies chorégraphiques dionysiennes ont carte blanche samedi 14 février, à la Belle Étoile. Parmi elles, la compagnie Boukousou présentera la dernière création de Max Diakok.
La compagnie Boukoussou présentera Depwofondis, une chorégraphie de Max Diakok
La compagnie Boukoussou présentera Depwofondis, une chorégraphie de Max Diakok



Le théâtre de la Belle Étoile ouvre ses portes à la danse samedi 14 février avec Dansons camarades !, une carte blanche offerte à six compagnies dionysiennes. Parmi elles, la compagnie Boukousou présentera à 17 h sa dernière création, Depwofondis, chorégraphiée par Max Diakok. « Il s’agit d’un focus sur la société dans laquelle on vit, qui nous happe, constate Max Diakok. Aujourd’hui, on ne parle plus mais on échange des SMS, nous sommes envahis d’ordinateurs, de mobiles. Où est la convivialité de la place publique ? » Le chorégraphe ne porte pas de jugement, il constate et cherche à combiner modernité et qualité humaine.

Trois danseurs (dont lui) de générations différentes mèneront ce parcours en forme d’introspection, « pour retrouver une forme spirituelle. Mieux se connaître de l’intérieur permet d’aller vers les autres, affirme-t-il. Il nous faut sortir du tout quantitatif pour revenir vers le qualitatif. Et cela passe par les corps. »


Gwoka, hip-hop, jazz…

En plusieurs tableaux, de la course effrénée à la redécouverte de soi-même en passant par l’apprentissage de la conscience de son corps, de l’énergie vitale qui ouvre le chemin, Depwofondis est interprété par des danseurs venus de styles différents (Max Diakok du gwoka, Loïc Elice du hip-hop et du jazz et Alexandre Atanga de la contemporaine) sur une musique originale (interprétée, entre autres, par le grand pianiste de jazz Alain Jean-Marie) composée par Rico Toto. « Nous avons beaucoup travaillé ensemble », indique Max Diakok. La chanteuse Jacqueline Etienne participe aussi à l’aventure.

Les autres compagnies invitées sont toutes aussi passionnantes. Juste après Depwofondis, place au hip-hop avec Hip Hop Art et à la compagnie Aktuel Force, de Gabin Nuissier, qui présentera I-Mobil-is. La soirée se poursuivra à 20 h 30 par trois spectacles de danse contemporaine : Étude pour une chorégraphie urbaine, par la compagnie Héliotropion, On éteint, On est un, par la compagnie Censure et De Cassius Clay à Mohamed Ali, par L’Œil Arabesk.

B.L.

Dansons camarades ! samedi 14 février à 17 h et à 20 h 30. 14, rue Saint-Just. Tarifs : 6 € une partie, 10 € les deux parties. Restauration sur place. Tél. : 01 49 98 39 20.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur