Sports

Boxe thaïlandaise : il est champion du monde

Le Dionysien Grégory Choplin a remporté le titre WBC le samedi 4 mai à Aulnay-sous-Bois. Le point d’orgue d’une carrière déjà bien remplie.
Grégory Choplin au lendemain de sa victoire
Grégory Choplin au lendemain de sa victoire


« Après ma victoire, il y avait tant de monde que j’ai mis une heure pour retourner du ring aux vestiaires. Les supporters étaient heureux et voulaient prendre des photos. C’était génial comme sensation », apprécie Grégory Choplin. Sacré champion du monde WBC de boxe thaïlandaise le 4 mai à Aulnay-sous-Bois, le Dionysien a pu communier avec son public. Il s’est aussi remémoré le chemin parcouru et les efforts consentis. « Dès tout petit, je me suis toujours dit que j’allais réussir dans le sport. C’était une certitude que ça allait être ma voie. »


Né en 1980, à Saint-Denis, il découvre le muay thaï à 13 ans, au Nemrod d’Aubervilliers. C’est le coup de foudre. « J’ai avancé étape par étape. Mon premier but était de passer pro. » Un objectif en remplace un autre : il se dit à 21 ans qu’il aimerait au moins devenir champion de France. Ce qui arrive en 2004. « J’étais tellement content que j’ai dormi avec la ceinture ! »


Définitivement lancé, il décide de s’affirmer à l’international et rencontre tous les meilleurs de sa catégorie. « En tant qu’outsider, pas comme une grande menace. » C’est justement dans ce rôle qu’on l’appelle en 2006, pour remplacer au pied levé un désistement dans un combat pour le titre WPKL, face au Néerlandais Vincent Vielvoye. « Je l’ai fait compter au 1er round puis au 2e. Au 4e, il est tombé. J’ai explosé de joie. »


Une performance et une première récompense mondiale qui lui ouvre de nombreuses portes en Hollande, principale terre d’accueil de l’art thaïlandais en Europe. « J’ai enchaîné les combats, les tournois, la castagne. » Il ajoute une deuxième ceinture internationale à son palmarès en 2007, en prenant le titre WFCA à Jan de Keyser.


Un an plus tard, il est finaliste d’une émission de téléréalité en Thaïlande dans laquelle vingt combattants s’affrontent. « Je bats tous les plus forts, je domine la finale mais un round supplémentaire qui n’a pas lieu d’être est ajouté… » Il perd, finit au bloc opératoire, et gagne une cicatrice sous l’œil.


« Mon pire souvenir reste contre Shakuta. Il me casse le sternum. La douleur est telle que j’ai l’impression d’être une vitre brisée qui tombe et s’éparpille en mille morceaux. Mais j’ai continué à avancer. J’ai promis à mon corps de ne plus jamais le mettre dans cette situation s’il me permettait de finir le combat. »


Gregory le terminera, et reprendra de suite le chemin des rings. Il se rend au Canada sans entraîneur et bat la star locale. Devient célèbre aux États-Unis, où il est souvent invité, à Las Vegas. « J’ai aujourd’hui la chance d’avoir plus de propositions que je ne peux en accepter. C’est souvent l’inverse dans ce sport. »


En 2011 pourtant, il loupe son match pour la ceinture WBC, la plus reconnue. « J’étais dégoûté. Je me suis dit que j’avais raté le coche. » Le destin en décide autrement. Dans la catégorie des moins de 76,3 kg, qui représente la meilleure équation pour son corps, une nouvelle chance s’offre à lui, face au Portugais Luis Reis. Il ne l’a pas laissé filer. « J’essaie d’avoir le feu tout le temps. Là j’étais surmotivé. J’ai repensé à tous les efforts de folie, les douleurs, les privations, les sacrifices, pour que ça ressorte le jour J. » C’est sorti. À Aulnay, il a enfin pu soulever le précieux trophée. Et savourer.

Aurélien Soucheyre


Boxeur de Saint-Denis et du 93

Gardien depuis 2001 à la cité des Cosmonautes, Grégory Choplin est très attaché à Saint-Denis, où il a grandi. À tel point que le nom de la ville a fait le tour du monde, inscrit sur son short de combat. Mais c’est à Aubervilliers, Stains puis au Derek de La Courneuve depuis 2006 qu’il s’entraîne.


« Je m’y sens bien. La boxe est un sport où tu souffres tellement qu’il faut que tu te sentes à l’aise, comme au sein d’une famille, avec ceux qui t’entourent. » C’est ce qu’il a trouvé avec ses coaches Dany Bill, Léon Mendy, Scalp et le Dionysien Kamel Amrane, vice-champion d’Europe de boxe anglaise en son temps.


« Sans lui, je n’aurais pas réussi tout ça. Il fait partie de ceux qui m’aident beaucoup, qui me permettent de me focaliser sur la boxe sans faire d’erreurs au quotidien. » Avis aux amateurs de littérature enfin, puisque Grégory a inspiré le personnage de Jérémy Japin à un autre gars du coin : l’écrivain Rachid Santaki.

A.S.


Le point de vue de Kamel Amrane

« Grégory est un combattant exceptionnel. Il est bon aux poings, aux coudes et aux genoux. Il est rapide, complet, efficace et précis. Il sait ne pas prendre de coups. Toucher sans être touché. Il mise aussi sur la technique, les détails, la recherche d’un geste qui se rapproche de la perfection. Il est bon partout, c’est un beau diamant. Mais surtout, c’est énorme le mental qu’il a. Il s’est fait tout seul, c’est impressionnant. »


Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur