Sports

Basket : le spectacle est assuré avec la balle orange

Montés en N2, les basketteurs de Saint-Denis - La Courneuve se sont imposés contre Saint-Dizier samedi 29 septembre pour leur premier match à domicile (75 à 65).
Saint-Denis Courneuve contre Saint-Dizier, en N2  le samedi 30 septembre au parc des sports Delaune
Saint-Denis Courneuve contre Saint-Dizier, en N2 le samedi 30 septembre au parc des sports Delaune


Les joueurs posent les mains les unes sur les autres, crient « 1-2-3 Ensemble ! » et les jettent vers le haut. Le 5 majeur prend position sur le terrain, l’arbitre siffle. Commence alors le premier match de l’histoire de l’Union Saint-Denis US-BC Courneuvien, à domicile, en Nationale 2.


L’adversaire du soir, Saint-Dizier, est un autre promu de N3 qu’il faut absolument battre. Ses joueurs se montrent dangereux d’emblée et mènent 6 à 0 après deux paniers à trois points. Sous l’éclairage revu du palais des sports Auguste-Delaune, le meneur et capitaine de l’Union réagit par une action individuelle. Lamine Camara est très vite imité par ses coéquipiers qui recollent au score : 7 à 6 pour Saint-Denis, le match est lancé.


Sous les nouveaux projecteurs, l’habituelle ambiance jaunâtre laisse place à une lumière plus vive, plus blanche. Le tableau des scores est lui aussi flambant neuf et affiche 13 à 11. Les locaux mettent alors en place leur jeu de défense intraitable et de contre-attaques éclairs pour mener 29 à 18 à la fin du premier quart temps.


Le public, bien plus nombreux que l’an passé, apprécie le spectacle et découvre les nouveaux joueurs de l’Union, lancés dans le grand bain par le coach John Tongo. Saint-Dizier se rebiffe pourtant avec ses supporters et recolle au score. Les débats s’équilibrent et plus personne ne creuse l’écart : 39 à 36 après la deuxième manche puis 57 à 54 avant l’ultime.


Les locaux, en tête tout du long, se font passer devant dans les dernières minutes. 57 à 60… Les cris, les chocs sur les tambours et les caisses claires reprennent de plus belle en tribunes. Les Séquano-dionysiens égalisent, rendent leur raquette infranchissable, multiplient les contres, les passes et les balles qui traversent l’arceau pour le plus grand plaisir des spectateurs. Ils les salueront chaleureusement une fois vainqueurs, sur le score de 75 à 65.

Gagner à domicile …

« Il fallait vraiment les battre après la défaite face à un promu la semaine passée, apprécie l’entraîneur John Tongo. Ce soir, on a une véritable équipe, c’était très intéressant. » L’ambition du club est de se hisser au niveau requis et de se maintenir.

« On vient de monter, on est à peine taillé pour la N2 et on souhaite bâtir dans la durée », enchaîne le coach, pour qui le palier à franchir est « conséquent, d’autant que l’on tombe dans une des plus grosses poules du championnat. C’est plus physique, plus grand, plus intelligent. C’est un très beau challenge. » Le jeu collectif sera déterminant cette saison, face aux nombreux joueurs très expérimentés et aux espoirs prometteurs présents à cet échelon semi-professionnel.


« Tous les matches ça peut être le yoyo comme ça, une vingtaine de points d’avance ça ne veut rien dire en N2 », poursuit le joueur Grégory Nana, formé au club depuis les poussins. Avec son compère Olivier Polycarpe, pour le moment blessé, ils espèrent « maintenir une forteresse à domicile. Il est hors de question de perdre ici, on a toujours eu cette mentalité ». L’idée et de créer une nouvelle identité du club en N2, ce qui passera par beaucoup d’efforts sur le terrain, des efforts que le club soutient activement.

Aurélien Soucheyre


Passage à un statut semi-professionnel

La montée à un échelon semi-professionnel de l’équipe première du Sdus-BC Courneuvien a impliqué de recruter des joueurs pour avoir les épaules assez solides. Parmi les quatre nouveaux, l’intérieur Mahamadou Baradji est déjà titulaire, et les autres s’intègrent de plus en plus à l’effectif. Des indemnités font également leur apparition, avec des systèmes de fixes ou de primes de matches.


« C’est bien de récompenser, mais il faudra faire attention à ce qu’une relation pécuniaire ne fasse pas perdre l’âme du club. Et ici, il y a toujours eu une grande âme », prévient le capitaine Lamine Camara. En plus des nouveaux joueurs, de l’éclairage et du tableau des scores refaits, un ostéopathe a rejoint l’équipe. Ce projet de développement du club est supporté par de nombreux partenaires, à hauteur de 160 000 euros.


La Ville de Saint-Denis, celle de La Courneuve, le sponsoring et le Conseil général devraient normalement se partager équitablement ce financement. La section a également besoin de bras et de bénévoles du côté du staff. Avis aux amateurs passionnés.

A.S.