Sports

Au basket-ball, des cadettes soudées

Les filles du Saint-Denis Union Sports, en réussite depuis trois saisons grâce à un groupe solidaire, devront aller chercher la victoire ce dimanche 6 mai à Calais pour faire aussi bien que l’an passé. (Voir aussi la Vidéo)
Les cadettes du Saint-Denis Union Sports à l'entrainement dans la salle du Palais des sports Auguste-Delaune
Les cadettes du Saint-Denis Union Sports à l'entrainement dans la salle du Palais des sports Auguste-Delaune


Le basket-ball dionysien a de beaux jours devant lui. Et pour cause. Dans l’ombre des garçons de l’équipe première qui montent en Nationale 2, les cadettes brillent aussi par leurs résultats. Même si elles se sont inclinées ce week-end en quart de finale aller du championnat de France (lire ci-dessous), elles ont réalisé une saison pour le moins aboutie.

Pourtant, le club aurait pu craindre le pire avec le départ l’été dernier de trois joueuses cadres en centre de formation (Nantes, Mondeville et Challes-les-Eaux).


Mais sous la houlette du coach Max et de son adjoint Laurent, la section se donne les moyens de ses ambitions, avec pas moins de trois entraînements par semaine. « On a mis les choses au clair dès le début, explique Max. Les brebis galeuses sont parties et il n’y a aucun problème dans le groupe».


Le groupe justement, composé d’une douzaine de filles, vient des quatre coins de Seine-Saint-Denis. « Elles se connaissent toutes pour la plupart depuis trois ans, il y a une bonne osmose. C’est primordial pour la cohésion.» Justine, capitaine et meneuse de l’équipe alors qu’elle fait partie des plus jeunes, a rejoint le Sdus il y a trois ans justement, en provenance de Livry-Gargan : « C’est l’ambiance qui me plaît ici. Les coaches sont supers et en plus on a une grosse équipe ! » Max, lui, estime qu’elles sont peut-être « un peu trop gentilles à ce niveau là», mais s’éclate : « Cette saison fait partie de mes meilleurs souvenirs en tant qu’entraîneur. Elles sont intelligentes et disciplinées, c’est un plaisir de les avoir avec moi. »

L'objectif des phases finales

Une ambiance louée jusque dans les tribunes, où les parents sont nombreux à venir les encourager. « À ce niveau là, on est obligé de les soutenir. On donne beaucoup pour elles. Cela se voit qu’elles prennent du plaisir à jouer ensemble », confie la mère de Justine, qui n’a pas loupé un seul match cette saison, même lors des déplacements en province. Si joie est le maître mot, l’équipe n’en oublie pas pour autant l’objectif fixé : atteindre les phases finales, et faire partie des quatre meilleures de leur championnat, comme la saison dernière.


« Nous essayons de les mettre dans des conditions extrêmes d’entraînement, pour se rendre le match plus facile ensuite », expliquent les entraîneurs.

Pour préparer le quart de final de dimanche dernier à domicile contre Calais, un stage de préparation d’une semaine avait ainsi été organisé.

Pour la quatrième fois seulement cette saison, le succès ne fut pas au rendez-vous. L’écart de 14 points sera difficile à rattraper, mais les filles sont capables de renverser la vapeur à l’extérieur. Elles peuvent pour cela s’appuyer sur cette excellente statistique : 7 victoires en 8 déplacements cette saison.


Au groupe maintenant de montrer ses ressources physiques et mentales lors du match retour pour accéder au dernier carré, et égaler la performance de l’an passé.


Alexandre Rabia (stagiaire)


Il faudra un exploit…


« Tout n’est pas perdu.» Même si Laurent, entraîneur adjoint des cadettes, se voulait positif après le match, la défaite 74 à 60, concédée dimanche 29 avril en quart de finale du championnat de France contre Calais, a fait mal au moral des filles.


Alors qu’elles accueillaient la première manche au palais des sports Auguste-Delaune, les joueuses « ont sombré physiquement » face à une belle équipe. Elles n’étaient pourtant menées que d’un point à la pause. Mais un dernier quart temps perdu 14 à 22 a réduit les chances de victoire des Dionysiennes.


« On n’a pas été à la hauteur au niveau des shoots à l’extérieur de la zone », regrettait Laurent. L’écart final de 14 points ne lui semble néanmoins pas insurmontable. « Il va falloir se remotiver, je suis persuadé qu’on peut inverser la tendance. Rien n’est impossible.» Le match retour a lieu le dimanche 6 mai, dans le Nord.


A.R.


En 2010 Brigitte Retout a tourné une comédie musicale sur le basket avec l'association dionysienne  La Cathode, et dans ce film figurent la plupart des jeunes sportives évoquées ci dessus.
Cette réalisation a été présentée au Festival WebTVde la Rochelle. Pour la voir cliquer là >>> http://www.webtv-festival.tv/la-competition-2012/web-fiction/basket-tang....