Cultures

Est-ce ainsi… >> Révolutions sur la pellicule

Pile dans l’actualité, une grande partie du 12e festival qui se tiendra au cinéma l’Écran du 1er au 7 février sera consacrée aux pays arabes en plein bouleversement.
Fernando Solanas cinéaste invité de cette 12e édition du festival dionysien
Fernando Solanas cinéaste invité de cette 12e édition du festival dionysien


Pour leur douzième édition – déjà ! -, les Journées cinématographiques dionysiennes Est-ce ainsi… se déroulent cette année du 1er  au 7 février sous le thème Révolutions. « Nous tenons à rester en résonance avec les grandes thématiques qui traversent notre époque et, à l’aune de ce qui se passe dans les pays arabes depuis plus d’un an, celle-ci nous a paru évidente », annonce Boris Spire, le directeur de l’Écran.


Penser l’actualité à travers ce qu’en dit le cinéma, fil continu des journées Est-ce ainsi… depuis leur création, n’a peut-être jamais été aussi prégnant que cette année. Avec son complice Olivier Pierre, chargé de la programmation, il s’est également appuyé sur la sortie de l’ouvrage Le 89 arabe, par l’historien Benjamin Stora et le journaliste fondateur de Mediapart Edwy Plenel (éd. Stock, 2011).


« Ce livre met en perspective les révolutions arabes avec le 1989 européen et la chute du mur de Berlin d’une part et le 1789 de la Révolution française d’autre part », remarque Boris Spire en annonçant la table ronde (dimanche 5 février à 18 h) qui réunira, entre autres intervenants, les deux auteurs du livre. Ce devrait être l’un des temps forts de cette semaine qui en compte plusieurs autres.


La venue de Fernando Solanas, invité d’honneur de l’Écran deux jours durant, en est évidemment un (lire ci-dessous). Tout comme, jeudi 2 février à 20 h 45, la soirée consacrée à l’Iran avec la projection de deux moyens métrages dont Fragments d’une révolution (anonyme), monté à partir d’images captées par des téléphones mobiles lors de la révolution verte qui a suivi l’élection contestée d’Ahmadinejad en 2009. La séance sera suivie d’une rencontre avec le politologue Ahmad Salamatian et le spécialiste du cinéma iranien Bamchade Pourvali.

Documentaires récents et inédits

Autre rencontre prometteuse, samedi 4 à 14 h avec la carte blanche offerte à Aflam, association marseillaise spécialisée dans la diffusion des cinémas arabes. Elle a choisi de présenter Tahrir 2011 : the good, the bad and the politician, le premier documentaire égyptien postrévolutionnaire qui décrypte en trois volets les jours qui précédèrent la chute de Moubarak. Dans la même veine, la conférence en images de la cinéaste syrienne Hala Alabdalla (samedi 4 à 16 h 30) se penchera sur les événements de Syrie en présentant des films très courts, postés sur le net chaque vendredi.


Est-ce ainsi… ne pouvait bien sûr ignorer le pays où la première des révolutions arabes a éclaté, la Tunisie. Samedi 4 à 18 h 15, sera projeté Revolution under 5’, film inédit de Rhida Tlili qui suit un groupe de jeunes artistes révolutionnaires tunisiens après la révolution, en présence de l’auteur. Le même soir à 20 h 30, l’Association du cinéma euro-arabe présentera une quinzaine de courts métrages venus de Tunisie, d’Égypte, de Syrie mais aussi du Yémen, tous réalisés ces derniers mois.


« Pour l’ensemble de la programmation, nous nous sommes appuyés principalement sur des documentaires récents et inédits. Certains sont même des works in progress, en cours de finition, à l’image de Yemen : la révolution au féminin », confie Olivier Pierre. Cette séance sera suivie d’une table ronde avec de nombreux intervenants. Enfin, on peut regretter que la révolution libyenne ne soit guère présente, « mais à l’heure actuelle, rien ou peu s’en faut, n’existe » déplorent les organisateurs.

Sortie nationale

Mais ceux-ci ne se sont pas cantonnés aux pays arabes. La Chine sera présente à travers la projection en avant-première du dernier film de Wang Bing, Le fossé, qui revient sur la Révolution culturelle qui a envoyé des milliers de personnes aux travaux forcés (mercredi 1er à 20 h 45). Lundi 6 à 20 h, une séance sera consacrée au Japon avec un portrait de Masao Adachi signé Philippe Grandrieux et la projection de Prisoner/Terrorist, du même Adachi.

Et ce même soir, il faudra choisir car à 20 h 30 Les Chants de Mandrin sera projeté en sortie nationale en présence de son réalisateur, Rabah Ameur-Zaïmeche, qui revient à travers ce film sur le XVIIIe siècle prérévolutionnaire en France.


Impossible de tout annoncer tant la programmation est, une fois de plus, riche. Tout juste peut-on indiquer que Révolutions aura un prolongement naturel lors du prochain Panorama des cinémas du Maghreb, en mai prochain.

Benoît Lagarrigue


Programme complet disponible au cinéma l’Écran, place du Caquet, et téléchargeable sur http://www.lecranstdenis.org/est-ce-ainsi.html



Lire ICI l'interview de Hala Alabdalla cinéaste syrienne, autre invitée du festival Est-ce ainsi…

§§§

Invité d’honneur

Fernando Solanas, cinéaste révolté


L’invité d’honneur de Révolutions est Fernando Solanas. Aujourd’hui âgé de 75 ans, le cinéaste argentin que l’on a découvert en 1968 avec L’heure des brasiers est une référence en ce qui concerne le traitement des révolutions sud-américaines au cinéma. « Nous allons l’accueillir deux jours pour trois rencontres et nous en sommes ravis », s’écrie Boris Spire.

Dès les années 1960, Solanas réalise des courts métrages et crée un organisme de production indépendant.


Après L’heure des brasiers, il tourne Les fils de Fierro en 1972 puis s’exile à Paris jusqu’en 1983 après le putsch des généraux argentins de 1976. Tango, l’exil de Gardel (1985), le sublime Le Sud (1985), Voyage (1992), Nuage (1998) seront autant de preuves de son immense talent artistique. Un talent qu’il met de plus en plus au service d’une critique implacable du pouvoir depuis les années 2000 (Mémoire d’un saccage, 2004, La Dignité du peuple, 2006…).


Fernando Solanas commencera son séjour dionysien en dirigeant une master class (ouverte au public) vendredi 3 février à 14 h, qui s’annonce comme une formidable leçon de cinéma.

Il y présentera l’attendu et inédit documentaire, Tierra sublevada parte 1 – Oro Impuro qu’il a réalisé en 2009 et qui dénonce la pollution dans le nord-est de l’Argentine. Le même jour, à 19 h 30, il présentera son toujours emblématique L’heure des brasiers et le lendemain samedi 4 à 15 h 15, il dialoguera avec le public à l’issue de la projection du deuxième volet de Tierra sublevada, parte 2 - Oro Negro, lui aussi inédit, et qui témoigne de la résistance contre les méfaits dus à l’utilisation par les compagnies privées des ressources pétrolières.

B.L.


§§§


À l’affiche (extraits)


Parmi les multiples rendez-vous que propose Révolutions, le ciné-concert (dimanche 5 février à 14 h 15), qui verra le trio de jazz (piano, contrebasse, batterie) Invite jouer sur le chef-d’œuvre de David W. Griffith, Les deux orphelines (1921), n’est pas le moindre.

De nombreux autres films ayant marqué l’histoire du cinéma sont également à l’affiche : Novecento (1900) et Prima della rivoluzione de Bertolucci, Octobre d’Eisenstein, La Marseillaise de Jean Renoir, Viva Zapata ! d’Elia Kazan, Il était une fois la révolution de Sergio Leone, L’Espoir de Malraux, Psaume rouge de Jankso, entre autres.


Une autre rencontre s’annonce particulièrement intéressante, dimanche 5 à 17 h avec Olivier Assayas, à l’occasion de la projection de la version intégrale de Carlos (celle qui est passée sur Canal +).


Enfin, les enfants ne sont pas oubliés d’Est-ce ainsi…puisqu’ils auront droit à un ciné-goûter mercredi 1er  à 14 h avec Chicken run. La soirée de clôture, mardi 7 à 20 h 15 aura lieu en présence de Nicolas Klotz et Elisabeth Perceval, à l’occasion de l’avant-première de leur film, Low Life.


Quant à la soirée d’ouverture, mardi 31 janvier à 20 h (sur invitation à retirer à l’Écran), elle sera consacrée à la projection, également en avant-première, de Sur la planche, là aussi en présence de sa réalisatrice, Leïla Kilani.

B.L.


Ci dessous la vidéo réalisée par la ville de Saint-Denis pour présenter l'édition 2012 du festival Est-ce ainsi…

12e rencontres cinématographiques "Est-ce ainsi.... par villedesaintdenis

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur