En ville

Le préfet veut des policiers dehors

La nouvelle organisation dite de Périmètre de sécurité renforcé devrait être rapidement efficace sur le terrain a estimé Christian Lambert devant des élus, habitants et militants associatifs réunis en préfecture le 27 avril.


Quand il s’agit de parler de sécurité, au moins une chose est sûre : le préfet Christian Lambert ne ménage pas son temps. C’est ainsi que la réunion qu’il avait organisée le 27 avril à Bobigny n’a pas duré moins de trois heures et demie.


En présence des représentants de plusieurs associations, d’élus et de responsables de la police, « cela nous permet de faire le point sur l’ensemble des questions qui nous préoccupent », commente Samira Marquaille, présidente de Sans crier gare et animatrice du blog saintdenismaville. « Des habitants intégrés ou non dans des associations, des commerçants, des collectifs peuvent ainsi participer à cet état des lieux, au-delà du ressenti de chacun », dit-elle.


De son côté, le maire Didier Paillard, dans une lettre au préfet (1) quelques jours avant cette rencontre, a fait lui aussi état d’une « situation qui connaît une nouvelle dégradation » et d’un « climat d’agressivité palpable et très pénible ». Et de citer la place des Tilleuls, les rues Renan, de la Charronnerie, des Chaumettes, du Corbillon, Fontaine…

Vidéosurveillance

L’élu en a profité pour regretter « qu’en juin dernier nous avons renouvelé notre accord à la demande de la SNCF d’installer des caméras sur le parvis de la gare, sans que ce projet ne se concrétise à ce jour ». La vidéosurveillance est aussi une des questions importantes pour Samira Marquaille qui « regrette que l’on n’avance pas » alors qu’il s’agit « d’un outil que l’on devrait expérimenter dans certains secteurs sensibles de la ville afin de pouvoir juger réellement de son efficacité ou non ».


La principale annonce faite par le préfet concerne l’instauration d’une nouvelle organisation policière dans un PSR (périmètre de sécurité renforcé, en gros entre la gare et la basilique). Des patrouilles composées de CRS et de fonctionnaires du commissariat local doivent « être dehors, sur le terrain ».


« Elles peuvent avoir un certain impact, reconnaît Florence Haye, première adjointe en charge des questions de sécurité, mais on ne nous a pas annoncé d’effectifs policiers supplémentaires en dehors de la venue d’équipes de la police du Grand Paris. » « J’espère que ce dispositif permettra de mieux agir sur les endroits les plus sensibles », commente la présidente de Sans crier gare.

Drogue

Sali, lui, est sorti « satisfait de la prise de conscience générale de la gravité de la situation, que ce soit de la part du préfet ou du maire ». Le président du groupe PS & partenaires au conseil municipal se réjouit « de la mise en place par l’État du PSR », mais constate que, malgré cela, « la situation reste très mauvaise », notamment avec la recrudescence du trafic de drogue.


Et il a soutenu lui aussi la demande de mise en place de la vidéosurveillance, dans certains endroits ciblés, estimant que ce système est « de plus en plus nécessaire dans les procédures pénales pour que les enquêtes puissent aboutir ». Il a aussi invité la municipalité « à jouer pleinement le jeu de la sécurité, en renforçant notamment les effectifs de la police municipale ».


Quant à Roland Legros, président de l’Union des associations des riverains du Stade de France, il reconnaît « que des choses bougent, même si l’on est toujours confrontés à des situations dramatiques ».


Gérald Rossi et Dominique Sanchez


(1) Ce dessous l\'intégralité de la lettre du maire adressée au préfet.  On peut consulter aussi le blog   http://www.saintdenismaville.fr   ou encore celui de l\'élu PS:   http://georgessali.fr/

Fichiers à télécharger: 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur