En ville

Votation sur l’avenir de la Poste : 9367 bulletins dans les urnes dionysiennes

Du 28 septembre au 3 octobre, syndicats, partis de gauche, militants associatifs et élus ont multiplié les initiatives pour que les citoyens s’expriment sur le devenir d’un service public phare. Reportage sur la Fête de Saint-Denis.

« La Poste : privée ou publique ? Donnez votre avis. Votez du 28 septembre au 3 octobre. » La banderole s’affiche en lettres blanches sur fond rouge, dans plusieurs quartiers de la ville et particulièrement dans son centre : place du Caquet, rue Gabriel-Péri, et évidemment rue de la République, en face du bureau de Poste. La votation citoyenne, organisée à l’initiative du Comité national contre la privatisation de l’établissement public, était aussi au centre des préoccupations de la Fête de Saint-Denis. Disséminées parmi les stands des associations, des urnes reçoivent les bulletins de ceux qui veulent donner leur avis sur ce sujet.

« C’est important d’agir maintenant »

Au milieu de la place Jean-Jaurès, Nadine Dedenon distribue des tracts devant le stand de la CGT. « C’est vraiment important d’instaurer un rapport de force, de montrer qu’on n’acceptera pas comme ça de voir privatiser les services postaux. Tout ce travail militant sert à imposer un vote démocratique, pour que les gens ne soient pas dépossédés de cette question. C’est important d’agir maintenant, on pose des pierres pour l’avenir. » François, retraité de la Poste, confirme : « Bientôt, si on laisse faire, les plus jeunes ne sauront même pas ce que ça veut dire, le service public. » Est-ce que l’initiative fonctionne ? « On a un très bon contact avec les personnes qu’on approche », répond Hervé Ossant, le secrétaire de l’union locale CGT. « On est sur la brèche depuis le début de la semaine (1). On a fait des actions sur les lignes D et B du RER, à l’université, dans les entreprises... Même dans des lieux où les gens sont pressés, ne font que passer, comme le RER, on a récolté plusieurs centaines de signatures en quelques heures », ajoute-t-il.

« C’est le résultat d’une forte mobilisation nationale»

Patrick Braouezec, le président de la communauté d’agglomération Plaine commune, venu déposer sa voix, partage cet enthousiasme : « C’est le résultat d’une forte mobilisation nationale. Si on avait l’occasion d’organiser la même chose pour d’autres secteurs du service public, notamment en ce qui concerne l’énergie, je pense que l’on obtiendrait des résultats similaires. » Un peu plus loin, au stand Solidaires, on a sorti le mégaphone pour inciter à participer au vote, avant que les bureaux ne ferment. À 18 h, les urnes sont emmenées à la mairie. Dans la salle des mariages, le dépouillement commence. Et le verdict tombe : 9367 personnes se sont prononcées. L’écrasante majorité des bulletins (9140 non, 165 oui et 62 blancs et nuls) rejette l’idée d’une privatisation. Tandis que l’on recompte encore les voix, Didier Paillard, le maire de Saint-Denis, ne cache pas sa satisfaction : « Il y a une volonté populaire pour que la Poste reste dans le giron public. Ce n’est pas étonnant ici. Saint-Denis est une ville qui grandit, il y a une exigence forte d’un meilleur maillage. » Et de conclure : « C’est une question de conception de la société, qui doit être synonyme de solidarité. Il ne s’agit pas de s’arc-bouter sur des choses dépassées. Au contraire, à l’heure où certains pays (les États-Unis) redécouvrent la Sécurité sociale, on s’aperçoit que le service public, ce n’est pas si ringard. »

Sébastien Banse

(1) Les Verts précisent, à juste titre, que nous avons oublié de les citer la semaine dernière dans l’énumération des formations investies dans la votation.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur