À la une En ville

Vente à la sauvette
/ Vers la tolérance zéro ?

Interpeller, contrôler, dissuader. Depuis le 2 janvier, des gardiens de l’espace public patrouillent sur le parvis de la gare investi depuis plusieurs années par des vendeurs à la sauvette. Dans la lutte contre ce phénomène, la Ville penche pour une stratégie plus répressive.
Depuis le début de l’année, les vendeurs de brochettes se font plus discrets en journée autour de la Gare du fait de la pression policière. Ce qui pousse certains à vendre du côté ouest du parvis.
Depuis le début de l’année, les vendeurs de brochettes se font plus discrets en journée autour de la Gare du fait de la pression policière. Ce qui pousse certains à vendre du côté ouest du parvis.

Police ! ». Le mot a résonné maintes fois sur le parvis de la gare, ces dernières semaines. Un mot qui claque dans les abords récemment désertés de la place des Victimes-du-17-Octobre-1961. Les opérations accrues contre la vente à la sauvette menées début janvier, par les polices municipale et nationale semblent avoir eu un effet dissuasif. Le matin et en journée, les caddies des vendeurs de brochettes restent invisibles. Les paroles familières « Marlboro bled », « Lycamobile » se font moins audibles.

Le terrain des vendeurs de baskets de marque contrefaites, de bijoux et de matériel téléphonique est de plus en délaissé. Une « place nette » dont avait pu profiter Laurent Nuñez lors de sa visite éclair à Saint-Denis mi-novembre.

Laurent Russier avait alors interpellé le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur sur ce problème, « quotidien subi par les habitants ». Aujourd’hui, le maire continue d’interpeller l’État « sur tout ce qui relève de la contrebande de cigarettes », souligne-t-on à son cabinet. Sur le parvis de la gare, cette activité se mêle à celle des ventes de brochettes, de poisson, de maroquinerie ou d’accessoires de téléphonie mobile.
 

LIRE AUSSI : Parvis de la gare, opération reconquête 

En fin de soirée, quand la nuit commence à tomber, ce deuxième marché à ciel ouvert semble reprendre ses droits. Pour Baye Fall, l’action policière ne changera rien. « On va revenir. Ici c’est l’Afrique 2 », prévient ce Sénégalais de 38 ans, arrivé en France « par avion » en 2016. Vendeur de cigarettes Marlboro et de « Touba » (café sénégalais), Baye Fall vit dans le Val-d’Oise. « Chaque jour, je vends un kilo de café. C’est 1 euro le grand gobelet et 50 centimes le petit ». Le Sénégalais s’approvisionne grâce aux « GP », ces femmes qui transportent des commissions entre Paris et Dakar, en échange de quelques euros.

Quant aux cigarettes Marlboro qui proviennent du Mali, de Côte d’Ivoire, du Sénégal, d’Algérie ou encore d’Ukraine, Baye Fall les achètent souvent par cartouche au prix de « 40 ou 42 euros ». « Des fois, je vends deux cartouches par jour, des fois, je ne vends même pas 3 paquets de cigarettes parce qu’on est beaucoup de vendeurs. Mais c’est mieux de faire ça que d’aller voler. Je suis là pour travailler et gagner de l’argent. 
 

 

« Entre 250 et 300 euros par jour »

Depuis un peu plus d’un mois, la présence quotidienne sur le parvis de la gare des six agents de surveillance de la voie publique (ASVP) recrutés récemment par la municipalité vise à « éviter l’installation des vendeurs à la sauvette », clarifie John Gnahore, délégué à la tranquillité publique de la ville. « Aujourd’hui, avec six agents, on arrive à montrer une gare paisible, où il n’y a plus de vendeurs de brochettes », argumente le policier. La vente de brochettes – vendue au prix de 1€ l’unité - est l’une des activités posant le plus de « problèmes » aux forces municipales en raison des « nuisances », des « tensions », et de « l’insécurité sanitaire ». « Il n’y a aucune traçabilité », détaille le policier qui évoque une opération conduite il y a un mois par la police nationale durant laquelle « des kilos et des kilos de viande » ont été trouvés « dans un foyer à proximité ».
 

LIRE AUSSI : Vente à la sauvette, de l'art sauce barbecue
 

Recettes en baisse pour les brochettes

D’où vient la viande ? Combien gagnent les vendeurs de brochette ? Il est difficile de dresser un état des lieux précis et chiffrés de cette activité, impliquant des vendeurs « non recensés », précise John Gnahore. Mais selon le patron de la police municipale, l’activité serait rentable : « Les vendeurs de brochette génèrent entre 250 et 300 euros de recettes par jour ». Aïcha, « l’une des premières Maliennes » de Saint-Denis à s’être installée à la gare, avec son caddie pour vendre des brochettes nous éclaire. En 2012-2013, cette mère de huit enfants, connue sur le parvis pour faire de la viande de bœuf halal « propre et bien assaisonnée » pouvait gagner entre 200 et 400 euros par jour. Mais ce n’est plus le cas aujourd’hui.

« À cause de la police, je vends moins ». Son discours rejoint celui de Diakhaby, ancien vendeur de Marlboro du parvis devenu agent de sécurité. « Comment vont faire les gens pour vivre si la police intervient et prend tout ? En France, si tu n’as pas de papiers tu ne peux pas vivre. »

Alors que son récépissé de demande de titre de séjour expire « bientôt », Diakhaby qui vit depuis 2014 dans l’Hexagone, reste « dans son coin », du côté de la Défense où il vit en colocation. Il y a trois ans, il a fait une garde à vue de 24h au commissariat de la ville pour avoir vendu illégalement sur l’espace public. S’il se rend encore sur le parvis de la gare « de temps en temps », c’est parce qu’il « aime venir ici. Il y a beaucoup d’Africains qui tournent à Saint-Denis ».

Lorsqu’on le questionne sur l’existence d’un réseau ou d’une filière organisée autour des cigarettes ou des brochettes, Diakhaby parle plutôt de « débrouille ». Il évoque les bagarres qui surviennent parfois entre les « Sénégalais, Maliens »et les « Arabes » et, les lieux de vente « où ça marche » mais où c’est « risqué ». Avant de conclure sur les actions policières de ces dernières semaines : « C’est chaud pour les vendeurs à la sauvette. Ce sont des gens sans problème » insiste-il. La Ville prévoit dans les prochains mois d’étendre sa méthode « d’intervention statique », rue de la République, place du 8 Mai 1945, place du Caquet et à la Porte de Paris.
 

Yslande Bossé

Réactions

Ah ça y est, avec les élections qui approchent, la Mairie a enfin découvert qu'elle avait les moyens d'intervenir pour répondre au problème des sauvettes dénoncées depuis des années par les habitants. Dionysiens, nous avons 14 mois devant nous pour découvrir la place de la Gare. Après, tout dépendra de nos votes... Dupes ou pas dupes ?
Bonjour. @Saint Denis. Ce phénomène dure depuis 2014.... Il en faut du temps pour ouvrir les yeux. Juste à temps pour les élections. Bien sur les barbecues à longueur de journée et à longueur d'année ne polluent pas. N'est ce pas Madame Ranguin...?? Eux ont le droit de polluer mais les habitants qu'on une voiture... pas bien. Alors je veux bien que tous les sujets critiques ne sois pas prioritaire, mais un lieu utilisé par 60 000 usagers quotidiennement, sale et dangereux sanitairement, aurait pu avoir quand même quelques actions forte en 5 ans. Tant que ces des pauvres qui mangent de la viande venue de je ne sais ou, ça peut passer... Cette gare est une représentation du tiers monde. Je rappelle quand même que Laurent Russier avant d'être maire était maire adjoint attaché au grand centre ville. Ca sent quand même l'opération nettoyage avant les élections. On a eu la même en 2014 ou les lessiveuses n'ont jamais été aussi active... D. PAILLARD était passé mais vraiment de justesse au prix d'une compromission avec le PSG à l'entre deux tours. Un dernier sursaut avant que le PCF local passe la main???
On voit que les élections approchent... Ne soyons pas dupe
Pendant 5 ans c'était la faute de l'Etat et puis brusquement la municipalité aurait trouvé la parade !
Je reprends les mots de l'article. En fin de soirée, quand la nuit commence à tomber, ce deuxième marché à ciel ouvert semble reprendre ses droits. Pour Baye Fall, l’action policière ne changera rien. « On va revenir. Ici c’est l’Afrique 2 », Un seul mot qui me vient, c'est l’impunité. Et il confirme mon propos que Saint Denis est tiers mondialiste... "C'est l'Afrique"... Voulue par un démago de première. Merci Patrick Braouezec de nous faire subir, pour reprendre les mots de Laurent Russier, ce quotidien usant. Mais du haut des tours d'ivoires de la plaine commune ou de la mairie, on ne sent pas les odeurs et les fumées. Elles ne nous atteignent pas. Parce qu'on fait place nette lors de visite...
Il faut demander des élections annuels à St-Denis, ce sont les seuls années où cette ville ressemble à quelque chose.
2solutions pour régler ce problème: 1) faire rapatrier les sans papiers dans leurs pays d'origine mais là çà va être dur avec l'extrême gauche au pouvoir à la mairie de type bobo tiers mondialisme intellectuel 2) leurs donner des papiers afin qu'ils puissent vivre dans le tourisme social créé spécifiquement en France pour les étrangers réduits à vivre dans une précarité professionnelle permanente donc sociale jusqu'à la fin de leur vie tout à la charge de la collectivité (fabrique de rentiers sociaux)
Cela démontre que quand on veut, on peut. La municipalité de gauche a toujours menti en disant que c'était la faute de l'état.. Et du jour au lendemain, elle arrive à nettoyer la gare
a st Denis il existe un noel tous les 7 ans,le noel electoral où nous avons le droit a tout ce que nous avons commandé des années auparavant.
@goldo petite précision les élections municipales ont lieu tous les six ans.
Goldo a raison. c'est Noël tous les 6 ans. J'ai le sentiment de revivre la précédente période pré-électorale (municipales) où on fait la chasse aux sauvettes, on nettoie la gare, on lance des chantiers... M'sieur, dames, la Mairie agit pour vous ! Ils nous reprennent pour des ânes ou des jambons. Je suis prêt à parier un mois de salaire que dès le lendemain des élections, si (hélas) les mêmes sont encore en place, tout redeviendra comme avant, rien ne changera. Nous entrons dans la période "poudre aux yeux" et j'espère qu'il n'y aura pas trop de naïfs indécis pour dire "Ça va peut être changer..."

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur