À la une En ville

Pleyel
/ Un pas de plus pour le franchissement urbain

L’enquête publique préalable aux travaux du franchissement urbain Pleyel est ouverte jusqu’au 25 octobre. Elle a donné lieu le 30 septembre à Plaine Commune à une réunion publique à l’audience confidentielle.
Perspective du franchissement urbain, avec dans le fond la future gare Pleyel du Grand Paris Express. © MARC MIMRAM - RICHEZ ASSOCIÉ
Perspective du franchissement urbain, avec dans le fond la future gare Pleyel du Grand Paris Express. © MARC MIMRAM - RICHEZ ASSOCIÉ

Il était attendu depuis des décennies, pour relier le quartier Pleyel à la Plaine et prolonger l’avenue François-Mitterrand, aujourd’hui en cul-de-sac. Le Franchissement urbain Pleyel, ou FUP, comme l’appellent à présent techniciens et décideurs, est maintenant en vue, avec un financement quasi bouclé, et son enquête publique, préalable à la DUP (déclaration d’utilité publique) qui autorisera Plaine Commune à acquérir les terrains. Une semaine après le lancement de cette procédure, une réunion était organisée le lundi 30 septembre à son siège par Plaine Commune, principal maître d’ouvrage. Mais l’affluence s’y est résumée à une vingtaine de personnes. Un paradoxe compte tenu de l’importance pour le territoire de ce projet qui est aussi « un défi technique », autant qu’une « prouesse architecturale », comme le dira le responsable des grands travaux à Plaine Commune.

LIRE AUSSI : Pleyel-Plaine, bien plus qu'une passerelle
 

Étiré sur 302 mètres, et profilé comme un Y orienté vers Pleyel, il reposera sur trois appuis en surplomb d’un faisceau ferroviaire qui est avec 2 100 trains par jour « le plus emprunté en Europe et le troisième au monde ». Conçu par l’architecte Marc Mimram, lauréat en juin 2016 du concours de maîtrise d’œuvre disputé par cinq équipes, le projet est aussi envisagé comme « un monument qui apportera une identité » à ces lieux. D’autant qu’il débouchera à l’ouest sur la grande gare et principale connexion du Grand Paris Express.
 

222 millions d’euros

Comme le rappellera le président de l’EPT, Patrick Braouezec, « on avait là un grand centre industriel qui était desservi par le chemin de fer. Il y avait très peu de voiries ». Conséquence un siècle après, la rue du Landy est demeurée le seul axe est-ouest sur les trois kilomètres qui séparent les boulevards Ney à Paris et Anatole-France à Saint-Denis.

Au début des années 1990, déjà, des architectes regroupés dans le GIE Hippodamos avaient réfléchi à une connexion entre Plaine et Pleyel. En dépit de la volonté des élus du territoire de le maintenir à l’ordre du jour, le projet n’aura abouti qu’à la faveur du Grand Paris Express, avec sa gare Pleyel, et aux aménagements indispensables à l’accueil des JOP 2024. Aujourd’hui, les financements sont en cours de bouclage pour la première phase de travaux, dont la facture d’un montant de 188 millions d’euros HT sera supportée par l’État (52 millions), la Société du Grand Paris (44,9 millions), Plaine Commune (38,9 millions), la Métropole, le Département et la Ville de Saint-Denis. Le coût final étant estimé à 222 millions d’euros HT, avec la participation pas encore acquise à ce jour de la Région. Les travaux préparatoires devraient être lancés l’été prochain, en vue de la livraison en mars 2024 de la liaison piétonne et cyclable, axe sud, directement relié à la gare Pleyel. 

LIRE AUSSI / Aménagements à Saint-Denis : immersion dans une ville du futur
 

Pensé comme un belvédère

Entre cette interconnexion de 4 lignes du Grand Paris Express, où sont attendus 4 500 usagers aux heures de pointe, et son débouché côté Plaine, la fréquentation du FUP pourrait atteindre les 8 000 par heure. Et tôt ou tard, ils pourront sans doute rejoindre à la gare du RER D un nouvel arrêt de la ligne H, réclamée notamment par les élus du Val d’Oise. La livraison complète du franchissement devrait intervenir en décembre 2026, avec ses deux fois deux voies (une dans chaque sens) les unes pour les bus, les autres pour les voitures, et ses pistes cyclables. Mais le FUP, dont la largeur atteindra les 42 mètres, se veut aussi espace public, avec ses deux structures effilées et végétalisées, ses assises en gradin, et ses trois places, dont une centrale pourrait tenir lieu de belvédère. Café-concert, espace de spectacles, jardin planté d’arbres, « parcours sonore » …

Le FUP a les ambitions d’un véritable espace public. Avec ou sans les immeubles d’activités envisagés par l’architecte. Pour l’heure, les études d’impact sur les 5,4 hectares du périmètre de travaux (dont les 2, 9 ha de voirie à remodeler côté Pleyel) n’auraient révélé « aucune grande perturbation, ni nuisance » supplémentaire. Les démolitions se limiteront à deux immeubles et à trois locaux d’activités, dont un restaurant. Mais dans ce quartier Pleyel, déjà perturbé par la perspective du futur échangeur et du flux routier qu’il déversera aux abords du groupe scolaire Anatole-France, c’est l’atterrissage du franchissement qui pose problème. S’il sera de niveau côté Plaine avec l’avenue François-Mitterrand, il nécessitera côté ouest un « rattrapage de plus de 9 mètres » qui sera négocié pour les piétons à l’aide d’une pente à 8 % en direction du Carrefour Pleyel.

Après les camions pour évacuer la terre excavée sur le site de la gare, une autre noria prendra donc le relais pour édifier les remblais.

Marylène Lenfant
 

Documents consultables en mairie, à Plaine Commune, à la préfecture et en ligne sur le site : franchissement-urbain-pleyel.enquetepublique.net Permanences de la commission d’enquête, samedi 12 octobre de 9h à 12h, en mairie (2, place du Caquet), jeudi 24 octobre de 14h à 17h (21, avenue JulesRimet), vendredi 25 octobre de 14h à 17h, à l’immeuble Saint-Jean (6, rue de Strasbourg).

Réactions

espérons que la passerelle piétonne et cyclable soit assez large pour le passage d'un flux important de piétons et de cyclistes. Si cet équipement est livré en mars 2024, il fera gagner beaucoup de temps aux voyageurs(euses), aujourd'hui obligés de faire le tour à pied par la rue du landy, pour aller de la place des étoiles à pleyel (le 139 étant bloqué dans les embouteillages, on va plus vite à pied). Si l'agence MIMRAM conçoit une passerelle piétonne/cyclable étroite, des embouteillages de piétons se formeront aux heures de pointe et des accrochages de vélos et de trotinettes se produiront. En mars 2024, si les franciliens peuvent circuler en vélib sur la liaison cycliste de place des étoiles à pleyel, alors le gain de temps sera important.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur