À la une Cultures

Gaumont Saint-Denis
/ Un parfum de New Delhi

Le cinéma Gaumont Saint-Denis est l’un des précurseurs dans la projection de films indiens en France. La diaspora indienne, très cinéphile, participe à la prospérité des lieux.
A Saint-Denis, les films indiens représentent 25% des entrées annuelles pour le cinéma Gaumont.
A Saint-Denis, les films indiens représentent 25% des entrées annuelles pour le cinéma Gaumont.

Comme deux samedis par mois, c’est le même rituel pour Ruchira. L’étudiante de 19 ans convie ses copines pour une sortie entres filles au cinéma, le Gaumont Saint-Denis près du Stade de France. « Je viens ici depuis que je suis petite, c’est une référence pour nous », précise la résidente du quartier de la Plaine. Pawan, quant à lui, décrit « une ambiance familiale. Une fois dans la salle je me sens comme au pays », s’amuse ce père de famille de la cité Gabriel-Péri. La projection du soir, Total Dhamaal, est une comédie bollywoodienne déjantée de plus de deux heures, ponctuée de danses folkloriques et de scènes d’actions déroutantes. Dépaysement garanti ! « C’est une bouffée d’air frais », confie Maryse, quinquagénaire passionnée par la culture orientale. À coté des diffusions classiques, les productions indiennes ont su se faire une place à Saint-Denis.
 

Bollywood contre Kollywood

Divers genres régionalistes composent le cinéma indien, dont deux principaux concurrents qui tirent leur épingle du jeu. Le cinéma hindi plus communément appelé Bollywood (contraction de Bombay et Hollywood) et le cinéma tamoul, Kollywood (contraction de Kodambakkam (1) et Hollywood). « Dans les films hindis, chants, danses et romances dominent. Cela transparait dans la salle, il y a un vrai engouement. Le public vient surtout en famille. Ils achètent leurs tickets sur place. Les films tamouls sont plus orientés actions et aventures. Les spectateurs sont des jeunes en majorité, ils réservent souvent par Internet », précise Luis Dos Santos, directeur adjoint du Gaumont Saint-Denis.

 

« 25% des entrées annuelles »

« Le cinéma indien est un gros enjeu, cela représente environ 25% de nos entrées annuelles. Les communautés indiennes sont présentes en nombre à Saint-Denis. Elles ont pris leurs habitudes car on a été les premiers à exploiter ce type de cinéma dans la région. Elles se tiennent informées de nos séances par les associations, les réseaux sociaux et le bouche-à-oreille », souligne Luis Dos Santos. En effet, c’est vers 2010 que les projections ont débuté. À l’époque, le cinéma dionysien est l’un des pionniers dans le genre. La concurrence n’a pas tardé à flairer le bon filon. UGC et CGR ont suivi, occasionnant à Gaumont Saint-Denis une perte de parts de marché significative, « entre 8 et 10% ». Pour se démarquer, le cinéma met donc les petits plats dans les grands en proposant une large sélection : en moyenne un à trois films diffusés chaque semaine, en version originale sous-titrée.

 

« Chaque sortie de blockbuster est un événement »

Salman Khan ? Kareena Kapoor ? Ces noms ne vous disent peut être rien et, pourtant, ce sont de véritables stars en Inde, l’équivalent de Brad Pitt et Angelina Jolie. Les spectateurs peuvent se déplacer uniquement sur leurs noms. Le cinéma Gaumont Saint-Denis veille donc au grain et se tient informé auprès des distributeurs indiens des succès prévisibles. « La culture du cinéma en Inde, c’est un peu comme en France dans les années 1960, on essaye de se rapprocher de ce qui se fait là-bas. Il y a une véritable euphorie autour des films. Chaque sortie de blockbuster est un événement. Les entractes sont une occasion pour nous de développer nos ventes de confiseries. La salle fait le plein », conclut le directeur adjoint.

Si la distribution indienne reste marginale en comparaison de celle des majors américaines et françaises, son essor est notable. Comme un très léger parfum de masala mêlé à l’odeur du pop-corn…
 

LIRE AUSSI : Najmudheen Syed rêve de cinéma indien
 

Wanice Kouri

Cinéma Gaumont Saint-Denis (8, rue du Mondial-1998). www.cinemaspathegaumont.com/cinemas/cinema-gaumont-saint-denis
1. Kodambakkam est un quartier situé dans la banlieue du Chennai. 

Réactions

Article juste super !

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur