À la une En ville

Économie sociale et solidaire
/ Un incubateur d’entreprises

Le Crédit Coopératif, banque de l’économie sociale et solidaire, héberge 7 start-up, qu’il accompagne chacune pendant un an.
L'incubateur occupe 400 m2 au premier étage d'un bâtiment le long de la place du 8-Mai.
L'incubateur occupe 400 m2 au premier étage d'un bâtiment le long de la place du 8-Mai.

C’est un plateau de 400m2 dont les larges baies vitrées s’ouvrent sur la place du 8-Mai-1945.  Lumineux, agréablement agencé, il juxtapose espaces de travail, d’atelier et de restauration, un petit auditorium, deux salles de réunion… Toutes fonctions à l’usage des porteurs de projet, hébergés ici dans le premier incubateur d’entreprises à Saint-Denis. L’initiative en revient au Crédit Coopératif, banque de l’économie sociale et solidaire (ESS) qui a investi le premier étage du bâtiment où son centre d’affaires est implanté depuis vingt-cinq ans.

Inauguré le vendredi 13 avril,  cet « incubateur de l’inclusion » baptisé l’Envolée a été ouvert au début février pour accompagner, chacun pendant un an, des projets répondant aux standards de l’utilité sociale, définis par l’ESS. Sur les 36 candidats de l’appel d’offres, 7 ont été retenus pour cette première promotion. 
 

Deux tandems dionysiens

Parmi ces heureux élus, Adeline et Selim, les cuisiniers traiteurs de la Petit Casa. « On travaille aujourd’hui en association. Notre business est en construction. Il faut savoir pitcher sur son projet, diversifier son offre », explique Adeline. Autre tandem dionysien, Mamadou et Julien, veulent étendre les missions de Coïncide, leur association de soutien scolaire, au Riders Social Club, qu’ils voient comme une « alternative à Uber ». Leur ambition étant de développer un service de livraison de proximité à vélo ou par véhicule hybride pour les commerces, TPE ou particuliers. S’ils ne sont pas originaires de ce territoire, d’autres entendent eux aussi en mettre à profit les opportunités.

Ainsi Renaud, le fondateur de Co-Recyclage qui a mis en ligne un « Bon Coin du gratuit ». Il se propose de récupérer au profit d’associations ou de centres d’hébergement le mobilier mis au rebut notamment par les entreprises. Pour la start-up Caracol, il s’agit de recycler « en colocations mixtes et solidaires » des locaux vides dont les propriétaires lui délèguent la gestion pendant un an pour loger étudiants et personnes sans logis. Citons encore Paris Night Market, start-up des marchés culturels éphémères ou Monkey Money qui ambitionne de lancer une monnaie locale numérique. Hébergement et accompagnement par la banque et ses partenaires de l’ESS sont facturés à chaque start up 250 euros par mois pour un poste de travail, 100 euros pour un deuxième poste, et 50 euros pour un troisième.

Pour le Crédit Coopératif, aidé d’une subvention de 45 000 euros de la région, l’Envolée représente un investissement de 250 000 euros. Plus un coût de fonctionnement évalué à 150 000 euros par an. Pour lancer son incubateur, la banque s’est entourée  d’une douzaine de partenaires, dont l’Adie, les universités de Saint-Denis et de Nanterre et des structures de l’ESS, tels les Canaux et Avise.

Pour en savoir plus, consulter les sites www.caracol.house, www.parisnight.market, www.monkeymoney.fr, www.steamexperience.fr, www.co-recyclage.com et le facebook de La Petite Casa

Réactions

Bravo au Crédit Coopératif et à la Région Île-de-France. Les emplois de demain se trouvent dans ces startups. Sur une course, Uber prend 25% de commission. Les chauffeurs Uber ne touchent que 36% du prix d'une course et travaillent pour 9,15 euros de l'heure (smic horaire 7,72 euros). Uber cache aux chauffeurs que son but est de les remplacer par des véhicules autonomes. Amazon impose à ses livreurs de réaliser le score infernal de deux cent livraisons par jour. Espérons que l'Envolée permette au Riders Social Club de se développer et d'être plus respectueux des travailleurs qu'Amazon et Uber.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur