Cultures

Un film sur l’avant et l’après Double-Couronne

En mars 2005, la cinéaste Anne Philippe choisit de s’installer dans un appartement d’un bâtiment voué à être démoli de la cité Double-Couronne. Elle tourne plusieurs mois, jusqu’en octobre, accompagnant les habitants qui voient leurs futurs nouveaux logements se construire en prenant peu à peu conscience de ce qu’ils allaient laisser derrière eux : des pans entiers de vie. C’est à partir de ce matériau d’une grande richesse qu’Anne Philippe a réalisé Ici, là-bas, ailleurs, film qui sera projeté en avant-première vendredi 23 octobre à 20 h à l’Écran. « C’est un film qui questionne, qui a plusieurs entrées. À chacun de s’y retrouver… », dit-elle. Il ne s’agissait pas pour elle de faire dans la nostalgie, de devenir « un réceptacle à plaintes, mais plutôt de donner l’occasion aux habitants d’être eux-mêmes acteurs de leur image ». Et de voir comment ils affrontent cette situation de passage d’un logement à un autre, presque d’un monde à un autre.

« On a du mal à s’y faire, même si c’est mieux »

« Démolir un lieu où les gens ont vécu quarante ans, c’est terrible ! Ce qui est en jeu, c’est au bout du compte la transformation du paysage urbain. Que signifie habiter ? Est-ce seulement un logement, des murs ? Qui décide des critères de transformation d’un quartier ? Du beau et du laid ? » L’émotion surgit tout au long du film. Une dame regarde l’immeuble attaqué par la démolition et murmure : « C’était mon premier appartement… » Les témoignages se succèdent. Émerge alors une vie collective et des vies individuelles, une chaleur humaine, un attachement à là où l’on est. Il faut se réapproprier un nouvel espace. Il y a des rires, des regards affolés, des peurs du lendemain, du fatalisme, des espoirs. La vie, en somme. « On a du mal à s’y faire, même si c’est mieux », dit quelqu’un. Anne Philipe, qui est aussi architecte, pose sa caméra et son regard empathiques sur ceux qui vivent ce moment de rupture entre un monde ancien et un monde nouveau. Et c’est passionnant.

B.L.

Ici, là-bas, ailleurs d’Anne Philippe, vendredi 23 octobre à 20 h à l’Écran, place du Caquet. Tél. : 01 49 33 66 88.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur