Sports

JOP Paris 2024
/ Un défi olympique pour le Sdus TT 93

À quatre ans des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris, le comité d’organisation a lancé le « club Paris 2024 » qui permet à la population de participer, entre autres, à des défis contre des athlètes chevronnés. Pour le tennis de table, c’est le Sdus TT 93 qui a été choisi pour défier un visage bien connu de la structure dionysienne : Simon Gauzy.
Prithika Pavade, championne d’Europe des moins de 21 ans et membre du groupe « Génération 2024 »  a défié l'ancien joueur du Sdus Simon Gauzy.
Prithika Pavade, championne d’Europe des moins de 21 ans et membre du groupe « Génération 2024 » a défié l'ancien joueur du Sdus Simon Gauzy.

Le 26 juillet, à quatre ans jour pour jour du début des Jeux Olympiques et Paralympiques (JOP) de Paris 2024, le comité d’organisation a présenté un projet atypique. Nommé le « club Paris 2024 », cette nouvelle entité gratuite et ouverte à toutes et tous, vous invite à vous inscrire et à bénéficier des infos sur la billetterie, sur les athlètes ou encore à participer à des défis inédits. Pour en faire partie, il suffit de renseigner son adresse mail sur le site paris2024.org.

Dès cet été, un sportif de haut niveau de chaque discipline olympique représentée a défié les membres du club. Par exemple, Tony Parker dans un match de basket en trois contre trois, Florent Manaudou en relais 4x50m nage libre, Pauline Parmentier et Charlotte Fairbank dans un tiebreak de tennis ont tous été les athlètes à battre. Le tennis de table a aussi eu droit à son défi. C’est le Sdus TT 93 qui a eu le privilège d’accueillir la rencontre à La Raquette, le 14 août, en présence de Mathieu Hanotin, maire de Saint-Denis, et Evelyne Ciriegi, présidente du Comité régional olympique et sportif d’Île-de-France. 

Simon Gauzy, « impérial et agréable »

Pour cette occasion, c’est le numéro un français et ancien pongiste du Sdus TT 93, Simon Gauzy, qui a été choisi pour défier les membres du club. Parmi ses adversaires d’un jour, on retrouve notamment la championne d’Europe des moins de 21 ans et membre du groupe « Génération 2024 » Prithika Pavade.

« J’ai pratiqué le tennis de table en club pendant plusieurs années quand j’étais jeune, alors l’idée de rencontrer un sportif de ce niveau était plus que réjouissante… Je me demandais ce qu’il me resterait de ces années d’entraînement, tous les réflexes ne sont certes pas revenus, mais j’ai retrouvé de bonnes sensations », explique Anne-Sophie, une Dionysienne tirée au sort pour participer au défi.

Trois épreuves ont été organisées : un match simple en trois sets gagnants, une rencontre au cours de laquelle Simon Gauzy a dû faire face à ses adversaires sur six tables disposées en étoile, et enfin « l’étoile filante » lors de laquelle le pongiste a eu pour objectif de renvoyer l’unique balle mise à disposition afin de réussir un tour complet sur les six tables. Chacun de ces défis a vu le triomphe du champion de France, décrit autant « impérial qu’agréable » par Anne-Sophie. « Rien n’y a fait, poursuit la Dionysienne. De nombreuses images me resteront de cette journée. Le sourire ne m’a pas quitté. L’accueil, l’organisation et l’ambiance, tout était réussi, une fête avant la grande fête… De très bon augure pour Paris 2024 que nous attendons impatiemment ».

Des Jeux qui, d’ailleurs, ont trouvé davantage d’écho en ville, par le biais d’une autre action proposée fin août par le Sdus TT 93 dans le cadre des « 24 sites pour 2024 » du Département et du Comité départemental olympique et sportif de la Seine Saint-Denis avec le soutien de la Ville. Pendant quatre dates, à Pleyel, au parc de la Légion d’honneur, à Franc-Moisin et à Front-Populaire, la population a pu se dépenser au cours d’activités avec les associations sportives dionysiennes. Tennis de table, football, futsal, escalade, badminton, athlétisme et sport santé ont été au programme.

Christopher Dyvrande

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur