À la une En ville

Collecte sélective
/ Tri et renaissance des déchets

Recyclage. Alors que les consignes de tri ont été simplifiées au 1er janvier 2019, que deviennent les emballages en carton, les bouteilles en plastique, les canettes en alu après avoir été ramassés ? Reportage au centre de tri qui gère les déchets recyclables dionysiens.
Au Blanc-Mesnil, les machines totalement automatisées de Paprec trient 55 000 tonnes de déchets recyclables par an, dont 1 655,63 tonnes en provenance de Saint-Denis.
Au Blanc-Mesnil, les machines totalement automatisées de Paprec trient 55 000 tonnes de déchets recyclables par an, dont 1 655,63 tonnes en provenance de Saint-Denis.

Toute la journée, un ballet continu de camions poubelles vient déverser des déchets recyclables dans cet entrepôt du Blanc-Mesnil. Des tapis roulants charrient plastiques, papiers, cartons, aciers, aluminiums jusqu’à des machines totalement automatisées qui trient 220 tonnes chaque jour. Les déchets qui viennent alimenter ce mythe de Sisyphe version recyclage proviennent de deux arrondissements parisiens (le 17e et le 8e) et surtout des villes de Plaine Commune. Dionysiens, c’est là-bas que finit le contenu de vos poubelles jaunes ! Y compris d’ailleurs les pots de yaourts, les barquettes en polystyrène ou les films plastique qui étaient exclus jusqu’à présent, et qui sont acceptés depuis le 1er janvier 2019. 

LIRE AUSSI : Compost pour tout le monde
 

Cette « extension des consignes de tri » (ECT) « facilite le geste de tri », explique Anne Traband, ingénieure au Syctom, l’agence de service public qui gère le traitement et la valorisation des déchets ménagers de 85 communes en Île-de-France. Avec cet élargissement de la gamme des déchets recyclés, l’objectif est double : « Collecter plus de déchets, mais aussi revaloriser plus de types de matériaux, et accentuer le recyclage », résume Delphine Helle, conseillère municipale déléguée à la propreté.

Concrètement, comment cela se passe ? À Saint-Denis, une fois la poubelle jaune ramassée par les éboueurs, vos déchets prennent la route du centre de tri Paprec (en contrat avec Plaine Commune pour 4 ans) du Blanc-Mesnil, où les déchets recyclables seront répartis en fonction de leur matière. Le site tri 55 000 tonnes de déchets recyclables par an. Dont 1655,63 tonnes en provenance de Saint-Denis. Avant que commence le tri à proprement parler, une vérification visuelle par des opérateurs est nécessaire. « On peut trouver des cadavres d’animaux, des jantes de voitures, ou des blocs de béton dans les déchets recyclables… Il faut donc protéger la chaîne de tri et les opérateurs », explique Hugues Libaudiere, le directeur du site.

 

 

Plus d’achats en ligne, plus de cartons…

Une fois le pré-tri passé, débute le « décartonnage », une étape qui vise à séparer les gros cartons bruns du reste des déchets. Il est nécessaire de le faire tôt dans le processus car ces grands cartons pourraient recouvrir d’autres déchets et donc gêner le tri. Ces emballages se multiplient depuis quelques années, en partie du fait de notre propension à acheter en ligne, et donc à se faire livrer des colis empaquetés… Papiers et cartons (ce qu’on appelle dans le métier les « fibreux ») peuvent représenter jusqu’à 50 voire 60 % de nos déchets recyclables. Chaque étape de tri est reliée par des grands tapis roulants noirs, qui avancent plus ou moins vite. Sur ces langues géantes, on voit défiler tout un univers. C’est une plongée dans l’intimité des habitants du coin. Se succèdent sous nos yeux des feuilles de cours, des courriers officiels, des boîtes de pâtes, des sacs plastique, des paquets de chips, des boîtes de nuggets surgelés Carrefour, des prospectus « Vacances à la Française, bienvenue en Jordanie », une liste manuscrite de verbes irréguliers d’anglais, des exercices de maths, les pages saumon du Figaro. Mais aussi un parapluie Hello Kitty rose qui aurait dû être retiré au pré-tri et qui a échappé à la vigilance des opérateurs.

LIRE AUSSI : Notre Saint-Denis réfléchit au zéro déchet
 

Tous ces déchets sont menés à plus de 8 mètres de haut dans le tromel, un grand panier à salade qui sert à séparer les matériaux par taille, mais aussi à désolidariser les déchets imbriqués. Par exemple les plastiques ou les canettes en aluminium que vous avez consciencieusement coincés dans la boîte en carton de céréales pour gagner de la place dans votre poubelle jaune, mais qui complique les étapes du tri. Une fois débarrassée des déchets trop petits (moins de 6 cm), la chaîne va séparer les fibreux des « corps creux » (le mot technique pour parler des bouteilles, des boîtes de conserve, tous les contenants).

C’est l’étape du criblage balistique. Des trieurs optiques vont ensuite encore affiner le tri. Un robot scrute les déchets qui passent sur son tapis à la vitesse folle de 4 mètres par seconde et envoie valser dans les airs ceux qui n’ont rien à faire là. Des jets d’air comprimé font s’envoler bouteille de lait et canette de coca vers des tapis qui les emmèneront dans la bonne file. 9 trieurs optiques sont répartis sur l’ensemble de la chaîne.

 

30 opérateurs en bout de chaîne

En bout de chaîne, les opérateurs qualité viennent prélever les derniers éléments qui étaient passés entre les mailles des filets. C’est l’un des seuls moments où la main de l’homme est nécessaire dans tout le processus de tri. Seuls 30 opérateurs suffisent à son bon fonctionnement. Les déchets sont ensuite compactés en grosses balles, de 600 kg à une tonne, « pures » (c’est-à-dire correctement triées) à 98 %. En moyenne, un déchet aura passé 7 minutes dans le circuit du tri, entre son dépôt dans la trémie d’alimentation, la première benne en début de chaîne, et sa mise en balle. Mais ce n’est que le début de l’aventure pour vos déchets. Une fois qu’ils sont triés, ils vont être revendus à des usines de recyclage.

Pour 2017, au niveau du Syctom (alors 84 communes, 431 504 tonnes récoltées, pour un peu plus de 5,7millions d’habitants), la revente des déchets triés à des recycleurs aura rapporté 19 millions d’euros, dont 6,9 millions d’euros pour le carton, 4,7 pour les journaux magazines et 1,7 pour les emballages plastique. En attendant d’être envoyés dans ces usines, ils attendent sagement dans l’entrepôt, en tas qui peuvent dépasser les 5 mètres. C’est là que finira aussi le papier sur lequel est imprimé cet article. Avant qu’il soit recyclé et que le processus recommence !

Arnaud Aubry

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur