En ville

#JSDC
/ Terrain Voltaire : vers une scolarité normale ?

Depuis la rentrée 2018, certains élèves qui vivaient dans le terrain Voltaire ont retrouvé une scolarité ordinaire. Cela coïncide avec leur relogement, rue Charles-Michels.
Dans le nouveau logement où elle habite rue Charles-Michels, le bureau de Denisa, 12 ans, dont elle est si fière.
Dans le nouveau logement où elle habite rue Charles-Michels, le bureau de Denisa, 12 ans, dont elle est si fière.

Denisa, 12 ans, nous montre fièrement son bureau dans son nouveau logement, rue Charles-Michels à Saint-Denis. Avant, elle vivait près de l’autoroute A1, dans le terrain Voltaire.

Pour résider dans ce camp et être relogé, la mairie a demandé que les enfants soient scolarisés. Mais même s’ils sont inscrits, scolarité ne rime pas toujours avec assiduité. Les conditions de vie sont mauvaises pour ceux restés au camp. Mme Mouket, la directrice de l’association Alteralia qui travaille dans le camp depuis 2015, nous explique que les sanitaires sont collectifs. Parents et enfants vivent dans une seule petite pièce. Les petits tombent souvent malades. S’ajoutent à ces absences les voyages en Roumanie. 
 

EN IMAGES : Ils vont bientôt faire leurs adieux au terrain Voltaire
 

Moqueries dans la cour d’école

À l’école, les moqueries sont nombreuses. Il y a aussi de la violence sur le trajet. M.Mir, directeur de l’école Cosmonaute, constate ces difficultés : « Ça s’appelle du harcèlement et ça peut dégoûter de l’école ! » Ainsi les élèves restent entre eux : « Le problème c’est que comme ça, ils ne parlent pas le français et cela ralentit leur apprentissage », poursuit le directeur. M. Mir appelle Alteralia lorsque les élèves sont absents pour qu’ils puissent retourner à l’école. L’association fait le lien entre l’école et les familles. L’objectif final est de faire venir les parents dans l’école.

Les enfants qui arrivent en primaire vont en classe UPE2A (Unité pédagogique pour élèves allophones arrivants) pour apprendre le français. Mais arrivés au collège, les difficultés les empêchent de suivre. En UPE2A, il n’y a pas d’élèves d’autres origines. Il y a une Syrienne à l’école Cosmonaute mais ils ne se comprennent pas. Elle est mise à l’écart car c’est la dernière arrivée. Pourtant les parents sont pour l’école. Béatrice témoigne : « Moi, mon père, il me dit tous les jours : va à l’école ! C’est pour toi ! C’est important ! »

Le relogement permet aux élèves de devenir plus assidus. Avant, d’après eux, « dès qu’on sortait pour aller à l’école on nous traitait de Roumains. Dans notre nouvelle vie, ça n’arrive plus ». Maintenant, ils commencent à avoir des rêves. Certaines filles déclarent vouloir être maîtresses et certains garçons veulent être policiers ou même docteurs…

Madoussou Bamba, Nesrine Mostefait, Kenza Hifri, Chayma Nemra, Fatoumata Gassama, Rosalyn Altine, Lisa Barhua, Meyrwan Boudiaf, Samy Larma, du collège Jean-Lurçat

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur