En ville

Téléphonie mobile : nouvelle mobilisation « Ce projet d’antenne est inacceptable ! »

Les 20 et 22 juin, la population est appelée à se rassembler pour s’opposer à la volonté de Bouygues d’installer une nouvelle antenne rue Émile-Connoy. Le point avec Michel Ribay, élu en charge du dossier.

Le JSD : Vous êtes adjoint au maire délégué à l’éducation à l’environnement et à l’écologie urbaine. Quelle est la position de la municipalité sur le dossier des antennes-relais ?
Michel Ribay : En 2007, des négociations avec les opérateurs s’étaient engagées pour l’élaboration d’une charte d’exploitation de la téléphonie mobile sur le territoire de Plaine commune. Ces négociations ont été rompues en juillet 2007 sur un point très significatif : le refus des opérateurs de pratiquer des mesures sur la base de la Charte de Paris, une charte qu’ils ont pourtant signée. Malgré les compromis proposés par les associations et les élus, les opérateurs ont refusé, prenant ainsi la responsabilité de la rupture. Concernant le projet d’antenne rue Émile-Connoy, notre opposition est totale. Au-delà de la municipalité, c’est la communauté d’agglomération qui a pris position. Un courrier a été distribué aux riverains, il est signé à la fois du député et président de Plaine commune Patrick Braouezec, de Michel Bourgain, vice-président en charge de l’environnement, du maire Didier Paillard et de moi-même. Le soutien des élus à la mobilisation y est réaffirmé, c’est d’ailleurs, et il faut le souligner, l’association population-élus qui a conduit Orange à abandonner son projet d’antenne rue des Ursulines.

Le JSD : Comment expliquez-vous cet entêtement à vouloir faire différemment ici que dans la capitale ?
M.R. : Les opérateurs ont conscience qu’une charte les contraindrait à respecter des procédures de concertation et de contrôle de la puissance des antennes. Leur attitude repose aussi sur une donnée économique : la multiplication d’antennes-relais moins puissantes, comme à Paris, est plus coûteuse. Le rejet du contrôle citoyen et leur recherche de profit motivent leur acharnement, et cela au mépris des risques sanitaires encore soulignés ce week-end par l’appel de 20 scientifiques internationaux sur les dangers de la téléphonie mobile. Ce sont des centaines d’enfants, et particulièrement des tout-petits, qui sont accueillis chaque jour rue Émile-Connoy et à proximité. Ce projet est inacceptable.

Le JSD : Quel est aujourd’hui le calendrier pour sortir de cette situation ?
M.R. : Une rencontre est prévue entre Plaine commune et l’AFOM, l’organisme qui représente les opérateurs. Nous redirons à nos interlocuteurs notre refus d’une antenne rue Émile-Connoy et nous exigerons le retour des opérateurs à la table de négociations. Nous souhaitons par ailleurs que se fédèrent celles et ceux qui interpellent la municipalité sur la présence d’antennes-relais dans différents quartiers afin que l’exigence de rédaction d’une charte s’amplifie. Au-delà d’une charte, le vote d’une loi sur l’exploitation de la téléphonie mobile prenant véritablement en compte les exigences de santé publique est de plus en plus urgent.
Recueilli par Dominique Sanchez
Les collectifs Ursulines- Connoy et 2Geyter, Saint-Denis&environnement, l’APPEL(JBS-NDC), la FCPE Saint-Denis, le Comité Porte de Paris et Priartem appellent à un rassemblement le 20 juin (19h) devant la basilique et à une manifestation-parade le 22 juin, à 11 h (départ 19, rue des Ursulines, arrivée devant l’hôtel de ville).

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur