Cultures

Swen : de la rue aux galeries d’art

Il avait 10 ans quand la vague smurf est arrivée en France. Il a connu les tags hors-la-loi. Aujourd’hui, on lui commande ses œuvres.
Swen 93 MC
Swen 93 MC


Son nom complet d’artiste est Swen 93 MC. Pour Mafia Crew. Aujourd’hui, il est un artiste reconnu du graff. Mais sans jamais avoir dévié de l’idée qu’il se fait depuis toujours de son art. Né à Saint-Denis, il a grandi cité Chantilly, dans le quartier de la Mutuelle. Et c’est là que tout a commencé.


Mais on est loin du conte de fée. C’est plutôt une histoire de gamin trop tôt confronté à la violence et à la drogue consommée par les grands de sa cité. À 10 ans, ça heurte. Nous sommes en 1983 et le petit Sohen découvre les premiers tags. « On n’en comprenait pas la signification mais on aimait. » C’est l’époque où le smurf débarque, avec Hip hop de Sydney à la télé. Celui-ci organise en 1984 à La Courneuve une performance live d’un artiste new yorkais, Futura 2000. Le choc.


Avec ses copains, il fonde 93 MC et signe tous les supports possibles :métros, RER, stations, tunnels, murs… « On était une famille, et 93 c’était pour revendiquer notre département. » Quand Swen parle, c’est toujours nous, jamais je. Il raconte les rencontres, notamment avec NTM dont MC 93 est la branche graff, les désillusions aussi. Ça dure jusqu’en 1993, avec des départs, des séparations, des moments forts, d’autres plus durs à vivre… Swen prend alors du recul. Lui qui avait commencé un bac pro d’électrotechnique passe son bac scientifique, fait du sport, puis revient vers le graff et son quartier. « C’est comme une drogue », dit-il en parlant sans doute des deux mêlés.

Festivals européens

Mais le temps a passé, la répression des tagueurs s’est accentuée. « Je suis devenu graffeur légal. Nous avons transformé un délit en art », lance-t-il mi fier, mi espiègle. Sa première commande ? « Le souterrain du carrefour Lamaze, pour la mairie. » Et ça n’a plus arrêté, jusqu’à aujourd’hui : à Stains, où il est en résidence depuis 2004, avec les antennes jeunesse de Saint-Denis, pour d’autres villes ou d’autres structures. « Ce qu’on a appris de la rue, il faut le redonner », dit-il.


MC 93 représente la France à des festivals européens, va à Porto-Rico, Barcelone, Berlin, Londres… Swen se met au graff sur toile et la notoriété s’invite, avec son cortège de marchands d’art qui ont flairé la bonne affaire. Il ne transige pas, ne lâche rien. Il expose au Grand Palais en 2007, puis au Palais de Tokyo, participe à Urban Peace au Stade de France, devient une référence... Mais reste fidèle à son idée de toujours.


« Dans le collectif, tout le monde travaille, on n’est dépendant de personne. J’ai mes convictions, c’est tout ! », lance-t-il avec force de sa voix douce. Il reste en dehors du système marchand, s’implique auprès d’associations caritatives, anime des ateliers, souvent, comme à Joliot-Curie ou à Degeyter.


Aujourd’hui, il cherche toujours de nouvelles techniques, étudie le trompe-l’œil, le sfumato de la Renaissance… Une galerie, Graff’Art, expose les œuvres du groupe, devenu Collectif Art, aux Puces de Saint-Ouen. Et il confie un grand projet : écrire un scénario. « Je veux mettre notre vie à l’écran, avec ses échecs, ses réussites, ses joies et ses peines… » Pas un conte de fée, mais sûrement une sacrée histoire.


Benoît Lagarrigue

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur