Cultures

Surprenant Dom Juan

Ah, le beau spectacle que voilà ! Mais comment en parler sans dévoiler les nombreuses surprises qu’il recèle ? L’exercice n’est pas simple car il n’est bien sûr nullement question de déflorer ici, non pas l’intrigue de la pièce de Molière, qui est connue et archi connue, mais les rebondissements, coups de théâtre (dans tous les sens du terme) et autres trouvailles de Yann-Joël Collin, le metteur en scène de ce Dom Juan réinventé pour mieux en retrouver la force et la saveur. Sachez cependant (mais ne le répétez pas !) que c’est du public que jaillit la parole, que celle-ci l’enveloppe et le traverse, que cette pièce dont les principaux protagonistes, Dom Juan et Sganarelle, polémiquent et s’opposent sur leur vision propre de l’existence, devient forum, débat, dispute. Et tout cela est d’un drôle !
Le spectacle débute comme un sketch, les rires fusent et ne s’éteindront qu’à la fin, interrompus parfois par de beaux moments d’émotion et de tension au cours desquels la fragilité et/ou l’ambigüité des personnages éclairent cette intrigue à mille lieues de tout manichéisme. Spectacle de mouvements et de tréteaux, fidèle à l’idée qu’on peut se faire des représentations du temps de Molière, ce Dom Juan fait également appel à la vidéo (chut !), à l’élargissement de l’espace du théâtre (re-chut !!) et au talent de ces comédiens de la troupe de la Comédie de Valence (Ardèche) qui l’habitent avec une bonne humeur et un bonheur communicatifs.
Si Vincent Garanger réussit la gageure de camper un Sganarelle à la fois fidèle au personnage originel et différent de ce qu’on a vu et revu depuis des lustres, si Olivier Werner est un Dom Juan rayonnant qui sans cesse oscille entre fourberie et sincérité, aveuglement et conscience, lâcheté et courage, tous les autres se hissent à leur niveau. Bref, ce Dom Juan offre un de ces moments privilégiés de théâtre où l’on rit, où l’on est ému, d’où l’on ressort content, réjoui, de meilleure humeur qu’en y entrant. Voilà une saison du TGP qui débute de la meilleure des façons. Et en plus, l’une des ouvreuses s’appelle Mathurine…
Benoît Lagarrigue
Dom Juan ou le festin de pierre jusqu’au 11 octobre, du mardi au vendredi à 20 h, samedi à 19 h, dimanche à 16 h. Relâche le lundi. 59, boulevard Jules-Guesde. Tarifs : 20 E, 13 E pour les habitants de Seine-Saint-Denis, 10 E pour les Dionysiens.

Places à gagner
Le Théâtre Gérard-Philipe et le Journal de Saint-Denis s’associent pour offrir aux lecteurs du JSD vingt places (dix fois deux places) pour assister au spectacle Dom Juan, de Molière, mis en scène par Yann-Joël Collin. Les dix premiers lecteurs qui appelleront le 01 48 13 70 00 à partir du vendredi 26 septembre à 11 h gagneront chacun deux places pour la représentation du jeudi 2 octobre à 20h.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur