En ville

Succès de l’opération cabas

Pour limiter la consommation de sacs plastique ultra-polluants, 12?000 cabas en toile de jute ont été distribués aux marchés du centre-ville et de la Plaine, à l’initiative des commerçants et de la Ville.

Il est environ 10?h?30, ce vendredi 3 avril. Le marché bat son plein. Sur le stand dressé, place Jean-Jaurès, par la municipalité, sont suspendus trois des cabas en jute que les commerçants ont entrepris, avec l’appui de la Ville et de la Maison du commerce et de l'artisanat (MCA), d’offrir aux clients pour les inciter à renoncer aux sacs en plastique. « Ceux-là, on ne les donne pas. Les cabas, il faut les demander aux commerçants », explique aux clients frustrés Christophe Girard, adjoint délégué au commerce. « J’ai acheté pour 15 euros de légumes, mais il n’a pas voulu m’en donner. Je n’y retournerai plus », se plaint une retraitée, désormais fâchée contre son primeur. Les représentants de la Ville ont beau assurer qu’une telle « opération sera renouvelée dans les mois à venir », le dépit est profond. Et tourne parfois à l’invective.

50 millions de sacs pas an

Organisée à l’occasion de la Semaine du développement durable qui se déroule du 1er au 7 avril à travers la France, cette opération portant sur 12?000 cabas en toile de jute, en partie destinés au marché de la Plaine, a été dépassée par son succès. Les 30 à 70 unités attribuées à chaque commerçant selon son linéaire n’ont pas satisfait à la demande. « Les sacs plastique, ils ont beau les nettoyer, il y en a partout?! », déplore notamment Andrée. Il en serait distribué sur le marché de 20 à 50 millions par an, selon la Ville qui annonce s’engager pour faire disparaître du marché ce « déchet reconnu comme l’une des sources de pollution les plus nocives ». Sa biodégradation, note ainsi le pôle environnement, est extrêmement longue, « de 100 à 1?000 ans suivant le milieu ».

Risque de contaminer toute la chaîne alimentaire

Produits de l’industrie pétrochimique, ces sacs en polyéthylène envahissent les cours d’eau et les mers où ils tuent les tortues et cétacés qui les ingèrent. Ils se décomposent en particules microscopiques qui pullulent dans ces eaux, et s’infiltrent dans les nappes phréatiques, au risque de contaminer toute la chaîne alimentaire. Difficilement recyclables, ces plastiques légers finissent dans le meilleur des cas dans les incinérateurs, où ils contribuent à la diffusion dans l’atmosphère des dioxines cancérigènes produites par la combustion des déchets ménagers.

Risque de contaminer toute la chaîne alimentaire

Inscrite dans le contrat d’action communal, la réduction des sacs plastique préoccupe aussi le Syndicat des commerçants non sédentaires du marché, qui a déboursé 17?000 euros pour l’achat des cabas. « On avait déjà distribué des sacs en papier kraft en 2005 », rappelle son président, François Barbier, qui rêve de voir tous ses collègues des marchés de France se « coordonner pour faire fabriquer des sacs biodégradables » ainsi négociables à moindre coût. « Mais l’écologie n’est pas la préoccupation première des commerçants », lâche-t-il avant d’enchaîner sur « l’état déplorable dans lequel on laisse notre lieu de travail. J’en ai honte. Il va falloir changer ça ». Très volontariste, M. Barbier a établi avec la Maison du commerce, qui a assuré la logistique de l’opération, un questionnaire auprès des 250 commerçants du marché sur leurs pratiques et desiderata en matière d’emballages. Les résultats devraient en être exploités par un comité de pilotage qui sera constitué avec la Ville. Alors que la mairie de L’Île-Saint-Denis envisage elle aussi une opération cabas, l’ambition est née parmi les représentants des commerçants d’étendre à Plaine commune les initiatives dionysiennes. De quoi emballer les enfants de l’école Victor-Hugo qui avaient eux-mêmes proposé une opération cabas sur le marché lors du dernier éco-parlement organisé par la Ville en janvier dernier.
Marylène Lenfant

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur