À la une En ville

Migrants avenue Wilson
/ Sans solution de repli

Le collectif citoyen qui vient en aide à la vingtaine de réfugiés de retour avenue Wilson, à la Plaine, critique l’action policière envers les migrants.
Le collectif citoyen Solidarité Migrants Wilson, qui vient en aide à la vingtaine de réfugiés de retour avenue Wilson, à la Plaine, critique l’action policière envers les migrants.
Le collectif citoyen Solidarité Migrants Wilson, qui vient en aide à la vingtaine de réfugiés de retour avenue Wilson, à la Plaine, critique l’action policière envers les migrants.

Vers 7 h 30, jeudi 28 mars, une dizaine de tentes sont déployées avenue Wilson, au niveau de l’église de la Plaine. Trois migrants enveloppés dans des duvets dorment sur les bancs du terre-plein central. Non loin de là, Philippe Caro, conseiller municipal et bénévole investi au sein du Collectif Solidarité Migrants Wilson, attend le réveil des réfugiés pour la distribution hebdomadaire des petits-déjeuners.

« Mardi, il n’y avait plus de tentes »

Fin février, quelques semaines après l’évacuation des campements le long de l’esplanade, le Collectif a repris sa chaîne de solidarité en distribuant « thé, café, tartines », et repas chauds, le soir, une fois par semaine, aux nouveaux ou anciens réfugiés de retour sur l’avenue. Le relais des bénévoles présents ce matin-là est aussi utile pour surveiller la venue de la police nationale et municipale. Mardi 26 mars, le Collectif a dénoncé sur son compte Facebook, le « harcèlement » et le réveil parfois « brutal » dont sont victimes la vingtaine de migrants. Ce jour-là, selon le Collectif, après un contrôle matinal, leurs tentes et affaires auraient été détruites « par la voirie » sur « ordre de la mairie ». « Mardi, il n’y avait plus de tentes, Plaine Commune a tout récupéré et c’est allé dans la benne », explique Philippe Caro.

Interrogée sur l’incident, Jaklin Pavilla, première adjointe aux solidarités, a affirmé « que ni le maire, ni aucun adjoint n’ont donné ce genre de consigne à la police municipale. On continue à dire avec Suzanna de La Fuente (en charge du quartier Plaine) que les migrants peuvent venir mais ils ne peuvent pas rester dans la journée sur l’avenue Wilson ». Pour les bénévoles, la Ville de Saint-Denis qui fait partie des huit communes fondatrices de l’Anvita, Association nationale des villes et territoires accueillants, ne remplit pas « complètement » sa mission de « ville accueillante ». Ils déplorent entre autres la coupure de l’eau avenue Wilson depuis l’évacuation de cet hiver et réclament cartes SIM et point d’accès à Internet pour les réfugiés.

LIRE AUSSI : Pause au vert à Mériel pour les migrants

Alors que la trêve hivernale vient de toucher à sa fin, que vont devenir les migrants recueillis dans plusieurs gymnases de la Ville ? Sur les 39 réfugiés qui étaient à Carson-Besson, « 29 ont été orientés » et « une dizaine se sont retrouvés à la rue », a précisé Jaklin Pavilla. Le gymnase Nelson-Mandela est pour le moment encore ouvert. Quant au centre municipal de vacances de Mériel qui pouvait accueillir une quarantaine de migrants, il a fermé il y a dix jours.
 

Yslande Bossé

« Trop c’est trop. Rassemblement pour un accueil digne »

17 associations et collectifs citoyens, dont le Collectif Solidarité Migrants Wilson, qui viennent en aide aux réfugiés dans le Nord-est parisien ont décidé de suspendre leurs activités bénévoles (les distributions alimentaires restent assurées mais pas les consultations médicales, les maraudes solidaires ou ateliers de français.) mardi 9 avril et appellent à un rassemblement à 17h, à la Rotonde de Stalingrad. Ces organisations veulent ainsi  « dénoncer l'action des pouvoirs publics et alerter sur l'extrême gravité de la situation. » Un point presse est prévu à 18h. Le Collectif Solidarité Migrants Wilson distribuera des repas chauds pour 400 personnes. 

YB.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur