Portrait

Salah Khemissi : flamme musicale

Cet homme est un volcan. Bienveillant et permanent. Doux et bouillonnant, sans cesse en mouvement. Encore plus lorsqu’il parle de ses deux amours, Saint-Denis et la musique. Ou l’inverse. À 56 ans, Salah Khemissi a connu plusieurs naissances qui, couche après couche, l’ont façonné. Né à Tourcoing de parents kabyles venus dans le Nord pour travailler dans le textile, il se souvient encore de la petite maison de son enfance, dans un coron. Et du déménagement, de nuit, dans une vieille traction, sans bien comprendre ce qui se passait, le père militant au FLN étant grillé dans la région. C’est là, à 6 ans, qu’il arrive à Saint-Denis, rue de la Ferme. « J’ai passé mon enfance avec les Espagnols, les Bretons, les Italiens, les Kabyles, à l’image de la ville », sourit-il.
Au collège, il décroche, comme il dit. « Personne ne m’a aidé. Moi, je voulais faire du dessin. » Alors zou, au CET avenue Lénine, section mécanique, pour trois ans. Logique de l’époque. Pour s’évader, il y a la lutte (sportive pour l’instant…), les virées à vélo avec les potes pour grappiller les cerises, les poires, à Stains, à Pierrefitte. Et puis il y a la musique. « On passait notre temps à faire des boums, on faisait des concours de danse rock. » Souvenirs, souvenirs.
Après le CAP, Salah devient ajusteur. Et découvre le monde du travail, les conflits syndicaux à Cazeneuve, Babcock, la Satam, devient délégué CGT. « C’était après Mai 68, j’ai choisi mon camp, lance-t-il comme une évidence. Et j’ai découvert une autre philosophie de la vie?: il y a un monde meilleur à bâtir, en luttant. » Mais il ne peut être l’homme d’une seule vie. Il pratique le karaté, avec succès, raconte fièrement qu’il fut la première ceinture noire de Saint-Denis. Tout va bien, jusqu’à l’accident, au karaté, puis le licenciement, pour délit de grande gueule syndicale. Coup d’arrêt?? Nullement. « J’ai alors profité de la vie », dit-il, gourmand. Et ce sera une vie musicale. Les percussions avec Guem, la découverte de nouveaux sons, venus du monde entier. « Mes oreilles se sont ouvertes. »
Parallèlement, il monte une association, « avec des potes », Saint-Denis Fraternité, qui organise des fêtes et des concerts pour financer des projets de jeunes. Et ça marche?! C’est comme cela qu’il devient animateur jeunesse, découvre le monde associatif, organise des concerts. « C’est vraiment ça que je voulais faire. » Ça tombe bien, c’est là où il excelle.
Fort de ses connaissances acquises dans le milieu, il fait venir à Saint-Denis la Mano Negra, Zebda, les Garçons Bouchers, Salif Keita, Idir, des dizaines d’autres et, bien sûr, met le pied à l’étrier des légendaires NTM… Des moments inoubliables, conçus d’abord pour les jeunes de Saint-Denis. Sans cesse tourné vers l’avenir, il s’enflamme, déborde d’idées, parle de sa ville qu’il aime, qu’il compare à un grand plat épicé où les mélanges subtils s’agrègent sans se nuire, et veut toujours plus y développer les pratiques artistiques et les découvertes musicales, dans toutes leurs diversités. Le volcan n’est pas près de s’éteindre.

Benoît Lagarrigue

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur