À la une En ville

Le chiffre de la semaine
/ Saint-Denis, 6e ville étudiante la plus chère de France

Mi-août, le syndicat étudiant l’Unef a publié pour la quinzième année consécutive son classement des villes selon le coût de la vie pour les étudiants. Saint-Denis arrive à la sixième position.
A l'université Paris 8, un étudiant sur deux travaille. © Yann Mambert
A l'université Paris 8, un étudiant sur deux travaille. © Yann Mambert

Avec ses 43 000 étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur, Saint-Denis fait figure de grosse ville universitaire. Et selon la dernière enquête annuelle de l’Unef révélée le 20 août, la commune se place à la 6e place sur 42 – devant Cergy et après Champs-sur-Marne – d’un classement qui recense le coût de la vie étudiante pour les années universitaires 2018-2019 et 2019- 2020.

Le syndicat étudiant s’est appuyé sur trois critères pour effectuer ce classement, notamment le logement, les transports et ce qu’il appelle un « socle fixe commun à tous les étudiants quelle que soit leur ville universitaire ». C’est-à-dire les dépenses liées entre autres aux frais d’inscription, à la restauration, aux loisirs, à l’achat des livres, aux dépenses de consommation Internet ou encore aux services médicaux.

Pour l’année 2019, le coût de la vie à Saint-Denis pour une personne qui y étudie et y réside est de 1 041, 65 euros par mois. Dans ces dépenses, la part du loyer mensuel représente 645 euros. Sans surprise, le logement représente plus de la moitié du budget d’un étudiant. En comparaison, de l’autre côté du périphérique parisien, un étudiant doit débourser 873 euros pour se loger. 
 


1 étudiant sur 2 travaille

Si le coût de la vie dans la ville des rois de France a baissé par rapport à l’an passé – Saint-Denis figurait à la 4e place des villes universitaires les plus chères avec des dépenses mensuelles équivalant à 1 052, 26 euros – elle reste un lieu de vie relativement cher en termes de vie estudiantine. Et nombreux sont les étudiants à se salarier afin de financer leurs études et dépenses quotidiennes. À l’université Paris 8, qui compte 22 445 élèves, « 1 étudiant sur 2 est salarié », affirme Bouchra, présidente de la section locale de l’Unef et vice-présidente de la faculté (1).

L’étudiante en master 1 Communication demeure dans une résidence à proximité de la fac. « J’ai la chance d’être au Crous », confie celle qui vit dans un 18m2 au prix de 380 euros sans inclure la déduction des APL. « L’électricité n’est pas comprise dans le prix du loyer, je la paye moi-même et, d’ailleurs, EDF a tendance a surestimé la consommation », ironise la jeune femme. Avec un job à temps partiel qui lui rapporte environ 600 euros par mois, l’étudiante réussit tant bien que mal à jongler entre les cours à l’université et son travail. « Parfois c’est compliqué. Le travail est censé nous aider financièrement pour nos études. On est d’abord étudiant puis après salarié, mais, malheureusement, cette situation a tendance à s’inverser. »
 

LIRE AUSSI : 2264 logements étudiants à Saint-Denis
 

2264 logements étudiants

À Saint-Denis, on compte 2 264 appartements répartis entre les 18 résidences étudiantes du parc privé et public. D’ici 2025, plus de 500 logements devraient s’ajouter à ce chiffre. Preuve que la ville est géographiquement située dans un bassin attractif pour une communauté étudiante venant aussi bien de province que de l’étranger. Lorsqu’on lui demande pourquoi elle a choisi de venir étudier à Saint-Denis, Sarah, ancienne Lyonnaise, répond sans hésitation : « Je voulais Paris 8. Je savais que c’était une fac de sciences sociales en adéquation avec ce que je suis. »

L’étudiante travaille à temps partiel en tant qu’assistante d’éducation. Elle a aussi choisi Saint-Denis parce que « pour se loger, c’est plus abordable que Paris ». Son studio de 23m2 situé dans une résidence privée du quartier Confluence, lui revenait à « environ 500 euros par mois » quand elle n’avait pas les APL. « Les premiers temps c’était difficile car il fallait tout anticiper et ce n’est pas évident. » Si l’étudiante en sciences politiques apprécie de vivre à Saint-Denis car la ville est « agréable », elle « ne savait pas que le coût de la vie était aussi cher. C’est dingue que les prix des courses avoisinent ceux de Paris ! ». 
 

« Vivre avec 70 euros par mois »

 Selon Seydou, le meilleur moyen pour un étudiant de faire des économies est « de ne pas manger dehors. Il m’arrive de prendre un grec lorsque je sors du foot, c’est tout », explique l’étudiant malien de 24 ans, installé à Saint-Denis depuis son arrivée en France, à l’été 2016. Inscrit en licence 3 Théâtre à Paris 8, Seydou est vice-capitaine de l’équipe de foot de la faculté. Il vit chez son père à la Plaine et doit tout de même travailler pour financer ses études.

Auparavant agent régulateur de flux à la SNCF, l’étudiant a trouvé un job moins prenant dans un hôtel parisien où il « sert les petits-déjeuners ». Le centre-ville de Saint-Denis, Seydou n’y met quasiment jamais les pieds. Pour ses loisirs, il lui y est arrivé de sortir au TGP mais il se rend surtout à Paris. Le principal problème de l’étudiant aujourd’hui est moins le coût de la vie à Saint-Denis – « Je suis déjà forgé mentalement à ça », explique celui qui dit pouvoir vivre « avec 60, 70 euros par mois » – que son statut d’étudiant étranger. « Je dois faire attention à bien suivre les cours et ne pas redoubler et je n’ai pas le droit de travailler plus de 25 heures par semaine. C’est beaucoup de contraintes. D’autant plus que l’année prochaine, je vais peut-être devoir payer 3000 euros de frais d’inscription. » (1)

Yslande Bossé 

+ retrouvez le témoignage vidéo de Bouchra sur Instagram # journaldesaintdenis

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur