Cultures

PCMMO
/ Rencontre avec Amal

Extrait du film « Amal »
Extrait du film « Amal »

Six ans, c’est le temps qu’a pris Mohammed Siam pour filmer la trajectoire d’Amal, une jeune fille égyptienne militante au moment du Printemps Arabe. Six longues années au cours desquelles le réalisateur égyptien a suivi l’évolution de cette adolescente vers l’âge adulte, dans un climat de bouleversement politique. Choisi pour introduire le Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient (PCMMO) qui débutera le 2avril, Amal donne le ton de cette 14e édition (1). Le documentaire de Mohamed Siam rassemble en effet tous les ingrédients du prochain festival présenté avec énergie avant la projection: la révolution, le rôle des femmes, mais aussi l’inventivité cinématographique et un certain attachement à décrire le réel. Dans la rencontre avec le public qui a suivi la projection, Mohammed Siam se félicitait d’ailleurs d’avoir fait « un très bon casting » en choisissant Amal comme héroïne de son film.

« Changer pour survivre »

Non seulement cette dernière crève l’écran par sa présence mais elle incarne un certain visage de l’Égypte, celui des adultes d’après la révolution. Des jeunes gens qui ont fait du chemin depuis la chute de Moubarak. « La motivation d’Amal pour faire évoluer la société n’a pas changé, mais ses actions si. L’intelligence, c’est de savoir changer pour survivre », explique Mohammed Siam à des spectatrices déçues par la reconversion de la jeune révolutionnaire. Bien que certains des choix de son héroïne le déroutent, le réalisateur a également évoqué son besoin de « montrer ce que c’est qu’être une jeune femme, et de gagner le respect ». Le regard que porte Mohamed Siam sur son sujet est celui d’un proche. Son film peut aussi se voir comme un témoignage intime sur ce que c’est que de fréquenter une adolescente qui grandit. La vie qu’il filme est faite d’événements politiques et d’instants beaucoup plus personnels et quotidiens. On la voit se maquiller, étudier ou rendre visite à son père… au cimetière. Le réalisateur fait d’ailleurs le choix très ambitieux de croiser ses propres images avec celles que le père d’Amal avait prises de sa fille, avant de mourir. Ce dernier est en quelque sorte le deuxième réalisateur de ce film. Une troisième présence fantomatique qui affirme le va-et-vient constant entre le passé et le présent, entre l’avant et l’après révolution. 

Alix Rampazzo

(1) Leïla Shahid, ancienne représentante de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), sera présente en tant que marraine de cette 14e édition du PCMMO à l’Écran le 2avril pour la soirée d’ouverture, dont l’invitée d’honneur est la réalisatrice tunisienne Kaouther Ben Hania. Cette dernière présentera notamment le 2avril son dernier court-métrage, Les pastèques du Cheikh, inédit en France. Le PCMMO mettra d’ailleurs la focale sur la Tunisie pour cette édition 2019. Programme complet sur www.pcmmo.org

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur