@ vous

écologie
/ redistribuons les cartes sur les choix techniques écologiques actuels

Nom ou initiales: 
michel domsd

Actuellement ce ne sont pas les écolos déclarés politiquement qui décident des solutions techniques pour lutter contre le réchauffement climatique mais des lobbies industriels pro-éoliens, pro-solaires et pro-véhicule tout électrique qui s'en mettent plein les poches par des marges bénéficiaires scandaleuses en vendant des installations surfacturées et non pérennes financièrement sous couvert d'un marketing écologique agressif bien rodé envers les médias et les décideurs politiques.
Les écolos d'EELV doivent regarder vers des technologies plus efficaces anti réchauffement planétaire sans leurs œillères idéologiques.
Leur choix actuel au niveau véhicule de transport:
1) Mesures draconiennes anti-pollution coté conception des véhicules neufs et interdiction de rouler aux véhicules très anciens
2) le choix du véhicule tout électrique dont la fabrication des batteries sera très polluante sur la chaîne industrielle « mine d'extraction de métaux rares à l'usine » et lors du recyclage des batteries. D'autre part on ne pourra pas généraliser cette production de masse à cause de l'utilisation de ces métaux rares entrant dans la conception des batteries.
Ces 2 mesures contribueront très peu à l'échelle mondiale à la lutte du réchauffement planétaire vu que le nombre de véhicules polluants augmentent de 5% par an dans les pays pauvres, en Chine, aux USA et en Russie .
La vraie solution sera d'utiliser l'hydrogène comme carburant pour les automobiles via une électrolyse de l'eau performante à rendement positif. A quand des recherches du CNRS pour obtenir cela. Les américains ont mis 4 ans pour fabriquer la première bombe atomique (projet MANHATTAN) en partant de zéro techniquement, une bombe atomique infiniment plus complexe à mettre au point qu'une électrolyse de l'eau à rendement positif.On peut donc obtenir cette technologie d'électrolyse de l'eau performante sur une période très courte (3 à 5 ans).
Leur choix technique au niveau production énergétique de l'électricité :
1) les panneaux solaires? Une aberration au niveau économique : très cher à l'installation avec un coût amortissable sur 30 ans et une durée de vie d'un panneau solaire sur 10 ans maximum en exploitation industrielle en France sur toitures. Nécessité de prévoir un coût conséquent d'un nettoyage semestriel de tout les panneaux qui se recouvrent de poussières et de polluants graisseux dès le premier mois d'installation afin de maintenir un rendement photovoltaïque déjà faible par nature. Prévoir aussi des coûts de maintenance importants et onéreux. Les panneaux ne fonctionnent pas sans soleil. Et cerise sur le gâteau, ils ne sont même pas made in France majoritairement et ils sont installés majoritairement par des travailleurs détachés des pays de l'est quand il s'agit de recouvrir de grandes surfaces de toitures en bâtiment .
2) Les éoliennes ? Une aberration aussi au niveau économique :Coût amortissable sur 35 ans avec une durée de vie étalée de 20 ans à 30 ans.Pas de vent donc pas d'électricité et rendement très faible sur une utilisation continue sur l'année, en prime d'une pollution visuelle des campagnes et sonore au niveau des habitations de proximité. Et cerise sur le gâteau , ils ne sont pas même pas de fabrication française.
Les vraies solutions sont au nombre de 3 par ordre de priorité:
1) L'avenir est vraiment à la production d'hydrogène à grande échelle via une électrolyse de l'eau performante précédemment expliquée. Une hydrogène qui servirait alors à l’alimentation de centrales électriques délocalisées proche des villes en plus de carburant pour véhicules équipés de piles à combustibles ou de moteurs à explosion classique. Il faudra donc prioriser les moyens financiers de recherche sur l'optimisation de cette technologie qui est la seule efficace pour sauver véritablement le monde actuel d'une destruction certaine dans 2 siècles.
2) L'utilisation de centrales nucléaires de technologie de type «thorium à sels fondus», une énergie nucléaire dite verte, infiniment moins dangereuse à concevoir avec aucun risque d'explosion nucléaire dans la centrale. Il y aurait même la possibilité d'alimenter ces centrales de déchets nucléaires hautement fissiles stockés en sous sol. Nous avons actuellement 100 ans de réserve de thorium naturel en France déjà extrait suite à l'extraction minière de métaux rares. Rappel: le thorium est un uranium dégradé dans le temps sur des millions d'années.
Le processus final de dégradation de l'uranium est le plomb. En dehors d'articles scientifiques réputés, voir un excellent reportage sur la ARTE qui s'appelle « la face gâchée du nucléaire » qui explique la priorisation du choix du combustible de l'uranium sur le thorium à sels fondus dans les centrales nucléaires dans les années 50 par le lobby militaire car le thorium ne pouvait pas fabriquer de bombes nucléaires.
3) Créer des roues à mouvement perpétuel ayant pour carburant la gravité terrestre, des roues qui pourraient alimenter en permanence en électricité une zone géographique avec un rendement nettement supérieur à celui des panneaux solaires et des éoliennes et qui ne seraient pas tributaire ni du vent ni du soleil. De plus elles seraient simples à concevoir technologiquement et de fabrication française. Il faudrait mettre le CNRS sur le coup pour les créer.
Ces choix technologiques que je propose devraient être débattus lors du grand débat national actuel. A diffuser sur facebook à grande échelle

écologie

Réactions

Votre contribution est très intéressante ; je découvre même certains aspects que j'ignorais totalement mais tant que les esprits n'auront pas évolué, il ne se passera pas grand chose. Rappels récents : l'écotaxe a été abandonnée par Hollande parce qu'une centaine de "bonnets rouges" n'étaient pas heureux, portant il s'agissait là d'une évidence à mettre en oeuvre. La taxe carbone a été mis au rencard par Macron parce que des "gilets jaunes" affirmaient que l'écologie ne remplissait pas les frigos etc.etc.etc. Sur le papier, tout le monde est écolo.Pour financer la transition énergétique, il n'y a plus grand monde. Au plaisir d'en reparler.

la solution ce sont les réacteurs à neutrons rapides (grappes de psurgénérateurs). Espérons que le CEA parvienne à mettre en production le réacteur Astrid. La seconde solution réside dans la maîtrise de la fusion atomique. Espérons qu'en 2035 les pays participants y arrivent avec ITER. En 2018 la Chine et les États-Unis ont livré les grands réservoirs à plasma. Malgré la guerre commerciale qui les oppose, ces deux grands pays participent au projet. Les dirigeants des deux plus grandes puissances de la planète semblent placer l'intérêt de l'humanité avant les intérêts de leur propre pays.

Mourad, on constate que dans ce pays ce n'est pas le peuple qui décide mais des lobbies de type industriel, financier ou idéologique (ex: pro émigration à tout va, pro identitaire racisé, pro vegan, pro minorités socio culturelles, pro écolo à la sauce des grands groupes industriels, pro intégrismes socio-culturels de toutes sortes, etc) qui dirigent ce pays, c'est à dire une poignée d'individus qui décide au nom du peuple en proposant des lois bien ciblées, contraire souvent à l'intérêt général majoritaire du peuple. Bref on n'est pas dans une vraie démocratie. Pour contre- balancer ceci, il faudrait transformer le sénat en assemblée populaire élue à la proportionnelle totale, une assemblée qui tiendrait compte de l'avis de la cour des comptes, qui déciderait des futurs référendums populaires,qui aurait un droit de regard sur les lois votées par l'assemblée nationale et qui se réserverait une tranche d'heures sur une chaine de télé publique pour des débats constructifs où toutes les classes sociales et professionnelles existantes et les médias auraient un droit parole. Pour avoir des référendums peu couteux et réactifs en temps de réponse, il serait nécessaire de créer une structure administrative de vote par internet (établissement d'une carte d'électeur sur internet par habitant). Actuellement le sénat coûte 330 millions en frais de fonctionnement pour 330 sénateurs (1 million d'euros par sénateur), cela est inadmissible.

Suite: Actuellement, un centre de recherche sur l'exploitation du thorium à sels fondus, géré par le CNRS, existe à GRENOBLE. Les chercheurs du CNRS sont à la pointe dans ce type de recherche. Depuis 15 ans ils attendent le feu vert du gouvernement pour créer une petite centrale nucléaire prototype au thorium à sels fondus? Pourquoi? parce que le lobbie nucléaire pro-uranium (concevant actuellement les futurs EPRS) s'y oppose. En attendant des entreprises privées américaines, russes et chinoises se sont engouffrés dans ce domaine technologique et ont rattrapé leur retard technique par rapport à nous.

Enfin un article qui parle du thorium et surtout des réacteurs nucléaires à sels fondus de la génération 4 c'est à dire auto stables : aucun risque d'emballement de la réaction nucléaire. Cependant quelques erreurs : le thorium n'est pas un uranium dégradé mais un produit fertile (comme l'uranium 238) qui bombardé par un neutron produit de uranium 233 qui lui est fissile comme uranium 235. L'erreur vient sans doute du fait que l'uranium 233 naturel n'existe plus sur notre planète. D'autre part ce n'est pas le CNRS qu'il faut convaincre de travailler sur les sels fondus mais le CEA qui malheureusement reste dans une technologie "classique" de combustible nucléaire "solide" et pour les surgénérateurs garde le sodium avec ses risques inhérents à ce produit au lieu de choisir les sels fondus à base de fluorures. Quant 'à l'extraction d'hydrogène à faible cout d'énergie ou le mouvement perpétuel je pense que le délai de mise au point dépassera celui de la fusion. La seule solution dont l'industrialisation est envisageable dans les 10 ans est les réacteurs nucléaires à sels fondus à base de fluorures comme décrit dans l'émission citée de ARTE la face gachée du nucléaire. Comment peut on la téléchargée?

@fano, Merci pour vos précisions scientifiques intéressantes. Effectivement c'est le CEA qui s'occupe de la filière thorium et non le CNRS, une étourderie de ma part. L'émission de la ARTE "la face gâchée du nucléaire" se retrouve sur youtube gratuitement, d'ailleurs en 2 vues similaires, attention il y a une autre émission de la ARTE sur you tube, concernant les déchets nucléaires en mer qui porte le titre erroné"la face gâchée du nucléaire". Il a existé bel et bien une désintégration naturelle radioactive sur les temps géologiques d'un uranium naturel (peut être l'uranium 33 que vous parlez) qui a conduit à l'apparition du thorium en face intermédiaire stable atomiquement puis à celle du plomb en fin de cycle de désintégration. C'est pour celà que des gisements de thorium et de plomb sont apparus sur terre. Cette connaissance a été acquise via une émission de vulgarisation de la ARTE. Concernant les roues à mouvement perpétuel, elles existent déjà conçu de façon amateuriste et non professionnelle, taper "mouvement perpétuel" sur you tube. Le process d'obtention de l'hydrogène par électrolyse de l'eau (et non par cracking du méthane fortement polluant) existe avec un rendement négatif de l'ordre de 0,58, j'ai l'intime conviction que l'on pourrait rendre ce rendement positif (>1) sans grande complexité technique, c'est une question d'astuces scientifiques à trouver, il faudrait mettre le CNRS sur le coup. A défaut nous pourrions fabriquer cet hydrogène par le procédé d'électrolyse actuel par nos centrales nucléaires quand elles sont sous employées la nuit. Il faudra également rendre inopérant les lobbies pétroliers qui neutralisent ce genre de recherches.

Superbe contribution de Michel domsd , et non moins passionnants commentaires des autres contributeurs.

@démocratie - Si l'objectif est de vulgariser et faire adhérer un maximum de personnes à la cause écologique, il faudrait peut-être être moins technique. Ne pensez vous pas ? J'ai vite perdu pied.

@ democratie merci, @mourad, j'irai au plus simple pour résumer:
1) remplaçon les panneaux solaires et les éoliennes par des roues à mouvement perpétuel non tributaires du vent et du soleil utilisant la gravité terrestre. Elles existent déjà, pour celà taper "mouvement perpétuel" sur youtube pour voir des exemples de roues faites par des amateurs. Nous pourrions créer des roues très performantes de façon industrielle. Mettre en concurrence des écoles d'ingénieurs , des IUTs, des écoles de BTS et le CNRS pour en créer une standard.
2) Produire de l'hydrogène gazeux bon marché et de façon abondante à partir de la décomposition de l'eau via une électrolyse (tapez électrolyse de l'eau sur google
et youtube). Optimisons alors cette technique via des astuces scientifiques en combinaison la chimie, l'électricité, la termodynamique, etc. Mettre en concurrence des écoles d'ingénieurs, des IUTs, des écoles de BTS et le CNRS pour créer cette électrolyse de l'eau performante. Cet hydrogène produite à bon marché alimenterait en carburant les moyens de transport, permettrait de déssaler l'eau de mer pour faire de l'eau potable avec irrigation des déserts à la clé, fournirait des centrales électriques autonomes,etc
3) Utilisons l'énergie nucléaire dite verte de technologie"thorium à sels fondus" en remplacement des EPRS, infiniment moins dangereuse à concevoir avec aucun risque d'explosion nucléaire dans la centrale. Nous avons actuellement 100 ans de réserve de thorium naturel en France déjà extrait. Voir sur youtub l'émission de vulgarisation de la ARTE titrée "la face gâchée du nucléaire" qui explique cette technologie.
Il faudra lutter contre les lobbies pétroliers actuels qui empêcheront ces recherches via les réseaux sociaux.

Merci à vous @domsd d'avoir pris le temps de simplifier votre propos.

Comme je vous l'ai dit dans ma première contribution, je découvre énormément de technologies évolutives ... alors que dans mon microcosme, je pensais être en avance de connaissances sur les autres ! Comme quoi, il faut demeurer humble ...

Etant enseignant, je note avec intérêt votre suggestion de mettre en concurrence des écoles d'ingénieurs et autres afin de créer des standards pour aboutir à une industrialisation des projets.

Il ne me reste plus qu'à consulter Google maintenant pour approfondir tout çà.

Merci encore @domsd pour votre indulgence ...

Dernière contribution:
Exemples d'intox commercial des lobbies industriels pro-panneaux solaires et pro-voitures tout électrique:
1) panneaux solaires:
Sur le web, les lobbies industriels nous promettent une garantie de 20 à 30 ans sur une installation complête de production d'électricité solaire.
Le processus technique de production d'électricité à partir du solaire est constitué de 2 éléments: les panneaux solaires et l'onduleur courant continu/courant alternatif.
Concernant l'équipement solaire d'une toiture complête d'une maison individuelle, la durée de vie de l'onduleur sera de 7 à 12 ans maxi, coût de remplacement: 1000 euros + coût d'installation par un technicien. Les panneaux solaires de technologie récente ont une garantie de fonctionnement théorique qui va de 20 à 30 ans selon les sites web. Mais ce type de garantie sera optimale que pour des panneaux solaires installés simplement sur tréteaux dans les déserts où il n'y a pas de pluies , d'écarts importants de température et d'intempéries de toute sorte.
Par contre la durée de vie réelle sera de 10 ans sur toitures en france, constatée sur un retour d'expérience d'installation de panneaux solaires dans les années 2000 sur de grandes surfaces
en toitures de certains bâtiments privés ou publics. Cette durée de vie discordante par rapport à la garantie est justifiée par 4 choses : 1) problème d'étanchéité aux intempéries des panneaux solaires avec pour conséquence court-circuitage et défaut d'isolation électrique des composants des panneaux , 2) dilatation des constituants électroniques dans les panneaux lié aux grands écarts de température (chaud en été et froid en hivers), 3) déformations mécaniques des panneaux liées à l'intégration de ces derniers dans la structure de la charpente des bâtiments qui se déforme constamment en fonction de la température ambiante, 4) incompétence de professionnels pour installer ces panneaux.
En conclusion: il y a une grande complexité technique à bien maîtriser pour l'installation de panneaux solaires sur des toitures sans oublier la pérennité sur 30 ans des pieces détachées électroniques et des entreprises fabriquant les panneaux solaires et onduleurs qui ne sera pas forcément assuré.
2) batteries des véhicules tout électriques:
On nous demande d'acheter des voitures tout électrique dans les médias en omettant volontairement la pérennité très courte de 3 à 4 ans de la batterie. Il y aura 2 solutions pour pallier cette faible durée de vie de la batterie pour un client potentiel de voiture tout électrique: une location de batterie à 100 euros par mois ou le remplacement de sa batterie usagée par une neuve à 3000 euros. Il faut savoir que la capacité de stockage de puissance dans cette batterie automobile baissera continuellement tout le long de son cycle de vie.
Bref on pourrait mettre ELISE LUCET sur le coup pour faire une émission vérité!!!

Réagissez à l'article

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur