En ville

Conférence
/ Racisme et homophobie, même combat

Louis-Georges Tin, activiste et intellectuel, noir et homo, analyse les similitudes entre les deux discriminations.
Conférence de Louis-Georges Tin le 20 avril, au musée d'Art et d'histoire à Saint-Denis.
Conférence de Louis-Georges Tin le 20 avril, au musée d'Art et d'histoire à Saint-Denis.

L’homosexualité, un sujet trop sensible pour les jeunes des quartiers ? Les banlieues, des territoires plus homophobes que les autres ? « Des préjugés », tranche Louis-Georges Tin, lors d’un échange avec un public nombreux, à la conférence que cet activiste et intellectuel engagé sur le front des discriminations a donné le 20 avril au musée d’art et d’histoire, dans le cadre de l’exposition La Peau Vive et en partenariat avec l’association d’éducation populaire Science pop’.

« Je veux bien parler de l’homophobie dans les banlieues pauvres à condition que l’on parle aussi des banlieues riches où, là, on ne vous casse peut-être pas la gueule mais on vous casse le cerveau. » Une situation qu’il qualifie de« terrifiante » dans ces contrées pro-manif pour tous où on tente de « guérir l’homosexualité » à grand renfort de médicaments et de consultations chez le psy, avec des enfants qui sortent de ces cabinets durablement« culpabilisés et suicidaires ».

« Il n’y a pas plus d’homophobie d’un côté ou de l’autre, c’est juste une question de modalité », insiste-t-il, réfutant aussi cette supposition que « les jeunes des quartiers seraient dans l’impossibilité de comprendre une question aussi simple que l’égalité », en précisant être régulièrement intervenu dans des établissements scolaires sans y avoir relevé de difficultés particulières. « Des gens qui ne sont pas respectés comprennent très bien la situation de ceux qui ne le sont pas non plus, pour d’autres raisons. »

Trouver des positions et des arguments communs pour lutter contre les processus de discrimination, c’est justement la logique mise en avant dans son intervention au titre volontairement provocateur « Peut-on vraiment être noir et homosexuel ? ».« La question est aussi idiote que ceux qui me la posent », ironise Louis-Georges Tin, qui peut se targuer d’être les deux, en plus d’être le fondateur de la Journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie en 2005 – aujourd’hui célébrée dans 130 pays – et président du Conseil représentatif des associations noires (CRAN).

« Si on ne voit pas très bien le rapport entre les Noirs et les homosexuels, on verra peut-être mieux le rapport entre le racisme et l’homophobie. » Et c’est vrai qu’à l’écouter, on comprend combien ces systèmes d’oppression font appel aux mêmes rhétoriques et mécanismes politiques et à quel point il pourrait être pertinent pour les combattre d’imaginer  « des points de convergence et des réactions communes ».


Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur