Portrait

Rachida Bahri : sérieuse humoriste

Elle est l’un des piliers de l’Épopée comique, scène d’humour qui a lieu tous les mois à la Ligne 13. Et elle joue son spectacle, À l’arrache, chaque dimanche soir au théâtre Popul’air du Reinitas à Paris depuis juillet 2009. Rachida Bahri, jeune trentenaire, s’est lancée dans le one woman show avec des sketches nourris de sa vie, de ses rencontres, de son regard sur le monde, surtout. Un regard acéré, perçant, qui met l’œil là où ça pique, là où, surtout, c’est drôle.

C’est chez les gones qu’elle a grandi, fille d’immigrés dans un quartier de Lyon où elle a su très tôt ce que différence veut dire. Plus grande fille d’une famille de huit enfants, elle écrit des chansonnettes, fait des imitations, du sport, se souvient d’elle comme une enfant hyperactive, travaille bien à l’école mais arrête ses études en seconde, happée par la danse hip-hop, qu’elle rencontre avec trois copines après avoir vu Dirty dancing. « J’étouffais dans ma famille et la danse a été pour moi comme une porte qui s’ouvre », dit-elle aujourd’hui.

L’aventure dure jusqu’à 19 ans, intense, jusqu’à ce qu’elle se tourne vers le théâtre, « monte » à Paris, avec l’idée de faire de la scène, « parce que c’est là que ça se passe ». Mais rien n’est facile. Petits boulots divers, passage par le cours Florent où elle souffre alors du jugement des autres, galères. Mais la jeune fille est têtue et ne baisse pas les bras. À la faveur d’une rencontre, elle se retrouve à Saint-Denis, où elle vit depuis 2005. Parallèlement, elle continue à se former (« il a fallu accepter mes lacunes, ça a été dur », dit-elle avec franchise), et se décide à monter son spectacle, se servant de ses expériences et de son vécu pour en rire et, surtout, faire rire les autres.

« Écrire et jouer mon spectacle m’a apaisée. C’est un vrai métier, et pas seulement faire rire les potes. » Elle laisse une belle place à l’improvisation, aux réactions des spectateurs, à l’évolution de l’actualité aussi. « En fait, je travaille mes sketches sans cesse. » Comme celui sur la ligne 13 du métro, un vécu de bien des Dionysiens qui devient par la magie de Rachida désopilant. Aujourd’hui, elle souhaite encore grandir, libérer encore plus ses émotions, sa créativité. Elle suit des stages, de clown, actuellement de commedia dell’arte. « Je veux m’ouvrir à toutes les possibilités. » À mots couverts, elle envisage même d’aller, pourquoi pas, vers le thé­âtre, mais après avoir été au bout du one woman show. « Écrire, jouer, quand on commence à y prendre du plaisir, c’est une vraie liberté. »

À Saint-Denis, elle a retrouvé un peu de son quartier d’enfance, ce mélange des gens. « Ici, on se connaît, alors qu’à Paris on reste anonyme. J’aime cette ville, même si la différence n’est pas toujours acceptée, même s’il y a de la misère. » Une misère qu’elle a côtoyée lorsqu’elle était animatrice. « Mais j’ai adoré?: j’ai rencontré plein de gens. » Des rencontres dont elle fait son miel, avec tendresse et acuité, pour offrir l’un des plus beaux cadeaux?: le rire.

Benoît Lagarrigue

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur