À la une En ville

Patrimoine
/ Quel avenir pour la maison Coignet ?

La réhabilitation de cette maison, la première construite en béton aggloméré, est évaluée à 2 millions d’euros.
Et si la maison Coignet, une fois réhabilitée devenait un éco-musée de l'histoire des matériaux de construction.
Et si la maison Coignet, une fois réhabilitée devenait un éco-musée de l'histoire des matériaux de construction.

C’est une maison salement abîmée. Des arbustes se déversent par ses fenêtres éventrées. Les pans de murs qui ne sont pas recouverts de graffitis semblent sur le point de s’affaisser. Le jardin a lui été creusé pour éviter de nouvelles occupations illégales. Bref, rien qui ne semble très glorieux. Et pourtant, la maison Coignet est le témoin, certes bien vieilli, d’une époque d’invention et de révolution sur le territoire de Saint-Denis.

À 5 minutes de la gare, elle est le fruit de l’imaginaire et de l’ambition d’un homme : François Coignet. Ingénieur, chef d’entreprise et en même temps fouriériste (du nom Charles Fourier, un des penseurs du socialisme, avant Marx), François Coignet est un véritable personnage de roman. Héritier d’une famille d’industriels qui a fait fortune dans les produits chimiques – gélatine et colle à base d’os d’animaux – et les allumettes, Coignet va dédier sa vie à développer un nouveau matériau qui aurait des propriétés universelles : le béton.

Construire à moindre coût

Il faut se remettre dans le contexte : à l’époque, les habitations urbaines sont construites en pierres ou en briques. Et le béton qui est aujourd’hui un des matériaux de construction les plus utilisés au monde, n’en est qu’à ses balbutiements. C’est en construisant sa troisième manufacture de produits chimiques, à Saint-Denis, que ce Lyonnais de naissance développe l’idée d’un nouveau matériau, le « béton aggloméré » (ou pisé). La technique de construction est séculaire : de la terre crue, tassée dans un coffrage en bois. Après huit ans d’expérimentation, Coignet trouve un matériau efficace pour remplacer la terre : un béton de réemploi, en mâchefer, c’est-à-dire les déchets de charbon industriels, et un enduit de chaux. Pour l’ingénieur, l’idée était de construire à moindre coût.

« Dès l’origine, le béton est une utopie sociale pour François Coignet ! Son ambition : pouvoir faire quelque chose d’économique, qui permette de faire plus de logements, plus d’équipements, pour améliorer la vie des gens », souligne son arrière-arrière-petit-fils, Emmanuel Sala, 55 ans et président de l’association La Maison Coignet. En 1853, il fait donc construire une maison de deux étages, pour prouver que sa vision est sensée. Cette maison, c’est celle que l’on appelle aujourd’hui la Maison Coignet (même s’il n’y a probablement jamais vécu). 300 mètres carrés, sur 3 niveaux. Il y a même un toit terrasse.
 

LIRE AUSSI : Les couleurs retrouvées de l'immeuble Coignet
 

Trop en avance sur son temps

Malheureusement, si Coignet était bien un précurseur sur l’utilisation du béton, « il sera un peu trop en avance sur son temps. Il est mort en 1888 en ayant l’impression d’un échec », regrette son descendant. Il aura quand même fait quelques essais concluants : un immeuble en béton sablé à Paris, un autre à Saint-Denis rue Charles-Michels, remarquablement bien restauré en 2015 en respectant les techniques originelles de construction. Mais aussi 200 kilomètres d’égouts à Paris, Mulhouse et Bordeaux, la digue de la baie de Saint-Jean-de-Luz. Alors qu’il s’éteint, en cette fin de XIXe siècle, est inventé le béton armé, qui allie béton et barres d’acier, et qui deviendra un des matériaux les plus utilisés pour le bâtiment et le génie civil. De ce rêve de révolution du béton pisé, il demeure donc, entre autres, cette maison, inscrite aux Monuments historiques.

La Ville de Saint-Denis a adhéré à l’automne 2018 à l’association La Maison Coignet qui a pour objectif de la réhabiliter. Patrick Vassallo, maire adjoint au développement économique, est très optimiste quant à l’avenir de la bâtisse. Reste encore à trouver des financements. Le budget aurait été évalué à 2 millions d’euros pour la réhabilitation, une broutille si l’on compare aux « 16 milliards d’investissements que vont apporter les JO 2024 et la construction du Grand Paris Express », ajoute l’adjoint. Une fois réhabilitée, la maison Coignet pourrait devenir « un éco-musée qui raconterait l’histoire des matériaux de construction, du béton à l’imprimante 3D », estime Patrick Vassallo. Et pourquoi pas remettre la vision de Coignet dans la grande histoire de la construction.

Arnaud Aubry

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur