Tribunes

Quatre heures à la préfecture de Bobigny pour récupérer une carte grise

Bonjour,

Je viens de passer quatre heures à la préfecture de Bobigny, pour faire faire ma carte grise.
Les conditions dans lesquelles les usagers de ce service public sont plongés sont absolument inacceptables et relèvent de la maltraitance et du mépris.
Je me suis sentie tout autant maltraitée que lorsque je prends la ligne 13, même si les circonstances sont très différentes.
Peut-être êtes-vous au courant de ce scandale, mais je préfère vous faire part de mon expérience.

Je suis arrivée à midi, stationnant ma voiture au parking de la préfecture (j'avais évalué qu'un aller-retour en tramway me coûterait plus cher).

La dame à l'accueil cartes grises, me donne un ticket où il est marqué "Carte grise - Bienvenue, vous serez appelé sous le n° 449 - il y a 272 personnes en attente"!!!!!!! Je prends le ticket, me prépare à attendre (j'ai amené un livre), et me dirige vers les sièges; il y a un monde!!!! Tous les sièges sont occupés.
Je reviens voir la dame à l'accueil et lui demande s'il n'y a pas des moments où il y a moins d'attente..... je peux venir fin juillet, début août, le matin, le soir, un autre midi, ...... La dame, fort aimable, me dit qu'il n'y a pas de moment favorable. C'est comme ça depuis plusieurs mois, ce n'est donc pas directement lié avec les mois d'été. Des personnes font la queue dès 6h30 du matin pour être les premières à l'ouverture.
Bobigny est le seul lieu dans tout le département où l'on fait les cartes grises.

Je décide donc de rester, et finis par trouver une place assise.
Ma voisine, elle, est arrivée à 10h. Elle est allée déjà deux fois sortir et rentrer sa voiture au parking d'ATTAC, qui est gratuit deux heures. A 13h15, elle est enfin appelée.
A 13h30, une annonce est faite: "Pour les cartes grises, il n'y a plus de ticket aujourd'hui; il faut revenir demain à 7h45".

A 13h40, le n° 349 est appelé. Il y a encore 100 personnes devant moi!
Je décide de faire comme ma voisine, je déplace ma voiture du parking payant (2,20€) vers celui d'ATTAC.
Il est 13h55 et je suis tranquille pour deux heures.
A 14h50, le n° 400 est appelé. Plus que 49!
A 15h25, je pense que je ne serai pas passée avant la fin des deux heures de gratuité du parking. Je sors donc de la préfecture pour la deuxième fois, sors et rerentre ma voiture toujours au parking d'ATTAC et repasse pour la troisième fois par l'entrée, avec contrôle du sac. L'agent de police préposé me reconnaît et me dit de passer.
15h52, je suis appelée.
La jeune femme qui me reçoit dans le box, me dit qu'ils manquent de personnels, qu'eux aussi souffrent de la situation. C'est comme ça depuis le mois d'avril, confirmant en cela ce que m'avait dit sa collègue de l'accueil. Seule, la sous-préfecture du Raincy effectue quelques formalités, mais pas toutes,
Puis tout va très vite: cinq minutes après je quitte le box, je suis tout de suite appelée à la caisse et à 16 heures je sors définitivement de la préfecture, avec ma carte grise!!!
Il ne me reste plus qu'à rentrer chez moi.


Ce service public est très inégalement rendu sur le territoire national.

Alors que j'habite Saint-Denis, sous-préfecture ne délivrant pas les cartes grises, j'ai dû aller à Bobigny, comme tous les Séquano-Dionysiens.
Toutes les mairies de Paris assurent la délivrance des cartes grises.
Ma fille, en province, va à la mairie de son domicile (180 habitants), dépose son dossier avec un chèque et une enveloppe et va chercher sa carte à sa mairie après avis d'arrivée.
Vraisemblablement que nombre de sous-préfectures délivrent les cartes grises.

Je me demande si le Département ne pourrait pas initier quelque chose ou faire une protestation officielle.
Je pense qu'à Saint-Denis on pourrait aussi intervenir, car il paraît difficile de monter un comité d'usagers, comme pour la Poste, c'est plus diffus.

Claudie Gillot-Dumoutier

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur