En ville

Quartier Gare 6B quai de Seine, un espace de créations

Artistes et associations se sont installés en résidence dans cet immeuble pour en faire un lieu culturel ouvert sur la ville. L’expérience durera deux ans, avant la réhabilitation du bâtiment en logements, dans le cadre de la requalification du quartier Gare Confluence.

De l’extérieur, rien ne distingue le bâtiment au 6 du quai de Seine des autres immeubles du quartier. C’est à l’intérieur que le changement est en train de se produire. L’immeuble de bureaux qui abritait les employés d’Alstom est en passe de devenir l’un des nouveaux espaces culturels de Saint-Denis?: des artistes et des associations, quatre-vingt au total, viennent de s’y installer en résidence. «

 Il y a encore quatre entreprises avec lesquelles nous partageons les locaux, mais nous sommes majoritaires. L’immeuble fait 6?000 m2, on en occupe à peu près 3?500 », compte Julien Beller, à l’origine du projet baptisé le 6B.

Au deuxième, troisième et sixième étages, les bureaux sont en train de se transformer en ateliers. « Il y a des plasticiens, des vidéastes, des photographes, des musiciens électro, des slammeurs, des sculpteurs, des graphistes, des compagnies de danse… », énumère Julien Beller, en passant devant les rangées de portes de part et d’autre du couloir.

On aura aussi un grand espace polyvalent

Et tout le premier étage constituera les espaces communs?: salle de réunion, bureau de l’association, salle pour les enfants… « On a récupéré des sièges de cinéma à l’Écran. On va les utiliser pour faire une salle de projection. On aura aussi un grand espace polyvalent, plus lounge, qui servira pour les expositions. Et puis nous avons une grande salle de 300 m2 qui pourra accueillir des concerts, ou des événements plus importants », continue Julien Beller.

Pour l’instant, les travaux avancent?: « On fait tout nous-mêmes. On essaie de rendre le lieu plus convivial, plus accueillant, mais sans rajouter des couches de décoration, plutôt en dénudant. C’est un immeuble qui est voué à être réhabilité et transformé en logements dans deux ans. »

En effet, le bâtiment fait partie de la zone concernée par le projet de transformation et de requalification du quartier Gare Confluence. « Le propriétaire a libéré les locaux, mais continuait à payer des charges d’entretien. On avait besoin d’un espace.

On a trouvé un compromis à l’avantage de chacun. Chacun paie pour son atelier et une partie des espaces communs. C’est important qu’on soit autonome. Même si on aura sans doute besoin de tous les soutiens au fil du temps, il fallait que le projet soit viable financièrement, sans dépendre de subventions pour exister. »

« Un lien entre avant et après les travaux »

De la fenêtre de son bureau du sixième étage, Julien Beller peut voir jusqu’à la tour Eiffel. Mais il a plutôt les yeux tournés vers les environs du 6B, entre le pont de L’Île-Saint-Denis et le canal, à quelques pas de la gare RER.

« En tant qu’architecte, ce projet permet de porter un regard sur la ville, sur ce quartier, et d’accompagner le traumatisme de sa transformation, de faire le lien entre avant et après les travaux ».

L’enjeu du lieu est aussi de produire un véritable échange entre l’environnement et les artistes qui y travaillent, par des performances hors les murs, des concerts et des expositions, une cafétéria, des ateliers de langue pour adulte non francophone, un ciné-club…

« Rendre au territoire ce qu’il nous donne »

« L’ambition, c’est d’avoir un projet qui réponde à un besoin d’atelier de travail pour des gens majoritairement de Saint-Denis, et en même temps d’offrir un équipement de proximité aux habitants du quartier. Pas un équipement public, on est une association. Mais on a envie de rendre au territoire, par la diffusion de notre travail, des expos, des concerts, des conférences, ce qu’il nous donne, c’est-à-dire la possibilité d’avoir un espace de travail pas cher. On veut vraiment essayer de s’infiltrer dans le territoire et de s’en nourrir. »

Julien Beller travaille notamment au sein du collectif EXYZT, ainsi qu’avec l’Organisation des architectes alternatifs. Son président Patrick Bouchain a souvent travaillé à transformer des endroits atypiques en espaces culturels?: le Lieu unique à Nantes, la Condition publique à Roubaix… C’est dans cette démarche que veut s’inscrire le 6B, en offrant une programmation de grande qualité dans un lieu attractif, ouvert sur l’extérieur.

L’heure est aux derniers travaux, avant de songer à l’inauguration. « On n’a que deux ans pour mettre en place ce qu’on veut faire, alors il faut travailler dans la vitesse. C’est un projet qui risque de nous demander beaucoup d’investissement. Mais si ça fonctionne, ce sera quelque chose qui pourra rayonner. »

Sébastien Banse

Repères

Les grandes étapes du projet Gare Confluence, un espace situé entre la Seine et le canal Saint-Denis, un secteur d’échange (gare SNCF, RER, tram, autobus) fréquenté actuellement par 60?000 personnes chaque jour.

Prolongement du Tram T1 à l’ouest jusqu’à Asnières en passant par L’Île-Saint-Denis, travaux en cours?; leur fin est prévue en 2012.

Réaménagement du parvis de la gare et création d’un terminal bus provisoire rue Charles-Michels?: début des travaux septembre 2010 pour une durée d’environ 6 mois.

Aménagement du parvis de la gare côté Charles-Michels en 2012-2013, durée du chantier un an. Avec construction de logements et de bureaux autour de cet espace, durée un an et demi à deux ans.

Passage du tram T8 (ex Tram’Y)?: début des travaux en 2011, fin en 2014. Partant de la Porte de Paris, une branche ira jusqu’à Épinay-sur-Seine et l’autre à Villetaneuse.

Résorption de l’habitat insalubre en cours, fin de l’opération en 2016.

Construction de logements et de bureaux au nord de la rue du Port?: début fin 2011, durée un an et demi à deux ans.

Construction d’un groupe scolaire début des travaux en 2015, ouverture à la rentrée 2016.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur