À la une En ville

Affaire Bruno Le Roux
/ Projet Arcadie, la vigie du Parlement

La plateforme qui observe l’activité des parlementaires, basée à Saint-Denis, a été contactée par Quotidien, l’émission de TMC qui a révélé les emplois des filles du député PS de la 1re circonscription.
Bruno Le Roux en compagnie de Bernard Cazeneuve, lundi 2 mai 2014, dans le centre-vilel de Saint-Denis
Bruno Le Roux en compagnie de Bernard Cazeneuve, lundi 2 mai 2014, dans le centre-vilel de Saint-Denis

Quand les journalistes de l’émission Quotidien sur la chaîne TMC ont écrit à la fondatrice du Projet Arcadie, une plateforme (basée à Saint-Denis) qui observe l’activité des parlementaires, ils avaient déjà leur idée en tête. « Ils ne m'ont pas précisé ce qu'ils cherchaient, raconte Tris Acatrinei. Ils m’ont demandé si j'avais la déclaration d'intérêt de Bruno Le Roux en tant que député. J'ai dit que non, mais j'ai envoyé ce que j'avais en archives. »

Peu de temps après, lundi 20 mars, l’émission de Yann Barthès révélait que le député de la première circonscription de la Seine-Saint-Denis avait employé ses deux filles en tant que collaboratrices parlementaires. Les deux adolescentes ont cumulé 24 CDD pour une rémunération totale de 55 000 euros.

Cette révélation a entraîné depuis la démission de Bruno Le Roux du ministère de l’Intérieur, où il avait été nommé en décembre 2016. Elle pourrait désormais compliquer également sa campagne législative.

M. Le Roux, député de la première circonscription du 93 depuis vingt ans, avait été jusqu’ici favorisé par les circonstances : à droite, le maire d’Épinay Hervé Chevreau a renoncé à se présenter, du fait la loi sur le non-cumul des mandats ; à gauche, la France Insoumise d’Éric Coquerel et le Parti communiste de Frédéric Durand ne sont pas parvenus à trouver les conditions d’une alliance.

L’épisode judiciaro-politique que vient de connaître M. Le Roux galvanise du coup ses adversaires. Lorenzo de La Rochefoucauld, candidat LR dans la première circonscription, a dénoncé « une indignité morale » dans un communiqué publié mardi 21 mars.

Les soutiens du communiste Frédéric Durand ont attendu la démission du ministre de l’Intérieur — « un minimum » — pour publier un texte intitulé : « Bruno Le Roux : il est temps de passer à autre chose ! »

Quant à Éric Coquerel, il décèle dans cette affaire « un nouveau symptôme de la décrépitude de la 5e République ». Dans un texte publié sur Facebook, le candidat de France Insoumise précise : « Je ne vois pas […] comment il envisagerait de se représenter dans la 1re circonscription de Seine-Saint-Denis. »

Pourtant, « légalement rien ne l'empêche de se représenter », précise Tris Acatrinei, qui ajoute : « Moralement, surtout dans le 93, c'est autre chose… »


Pour en savoir plus: 

Réactions

Et notre actuel député, enfant politique des Bartolone Leroux et consorts, il nous dit quoi ? Monsieur Hanotin, a été adoubé récemment comme candidat par celui qui vient de se faire prendre la main dans le pot de confiture, tout en ayant, peu de temps avant, fustigé ces pratiques et dénoncé les auteurs . Monsieur Hanotin candidat pour le renouvellement de son mandat va t'il sortir de son silence et nous délivrer le fond de sa pensée ? Si ,c'est comme sa promesse sur le bilan de son mandat, il n'est pas prêt de sortir de son mutisme.
On rappellera par ailleurs que député, il savait dépenser l'argent public pour sa famille ; mais pronait d'économiser sur des mesures qui sauvaient des vies, comme je le rappelle ici à propos de l'argent français pour la lutte contre le sida dans le monde : http://vendeursesdehaine.yagg.com/2017/03/21/le-roux-et-le-boulet-des-malades-du-sida/
Avec sa demission, c est la fin de l apogée du Ps en ssd. Tous leurs efforts ont visė å reduire voire faire battre les communistes comme saint ouën. Pour BL son dernier achat immobilier devait lui permettre de justifier physiquement une future candidature aux prochaines municipales å saint ouen. Les temps changent. La vie se charge de lui rappeler.
Le JSD a réalisé un article/portrait sur chacune/chacun des candidates/dats de la deuxième circonscription de Seine-Saint-Denis. Le JSD réalisera-t-il les portraits des candidates et des candidats de la première circonscription de notre département ? La presse doit éclairer les électeurs. Sans la presse il n'y a pas de démocratie possible. Comment peut-on voter aux législatives si on ne connaît pas le parcours les idées et le programme des candidates/dats ? S'engagent-elles s'engagent-ils à faire des réunions en cours de mandat pour rendre compte de leur activité à l'Assemblée Nationale ?
@lecteur JSD Bonjour, merci pour votre message et pour votre intérêt. Nous allons nous efforcer de vous présenter au mieux les candidats des deux circonscriptions qui concernent Saint-Denis. La première circonscription n'a pas été oubliée pour l'instant : j'ai rajouté les liens vers les articles qui en parlent en pied de page. A bientôt. Cordialement, Sébastien Banse
Même si la loi ne les y oblige pas les candidates/dats aux législatives des 1ère et 2ème circonscriptions de Seine-Saint-Denis acceptent-elles/t-ils de publier leur patrimoine juin 2017 et leur patrimoine juin 2022 et à fournir des déclarations à la HATVP ? Les électrices et les électeurs pourraient ainsi constater un enrichissement personnel inexplicable durant l'exercice du mandat. Pour les conditions de travail et les salaires de leurs assistants parlementaires les futurs députés séquano-dionysiens s'engagent-ils à adhérer à une convention collective ? Quand on connaît la capacité d'influence des grandes entreprises internationales et la faculté de celles-ci à corrompre les décideurs politiques comment éviter les conflits d'intérêt entre nos futures députées/tés et ces entreprises ?