En ville

Première Nuit Blanche dionysienne

Les 4 et 5 octobre, long week-end en perspective : en plus des traditionnels animations, stands et spectacles de jour, les festivités se poursuivront très tard en centre-ville.

Qu’on se le dise : la Fête de Saint-Denis revêtira cette année des atours exceptionnels. Outre les stands des associations dionysiennes, les spectacles et animations qui vont comme l’accoutumée attirer la foule durant deux jours, samedi 4 et dimanche 5 octobre, la grande nouveauté de cette édition 2008 vient de l’organisation, le samedi soir, de la Nuit Blanche à Saint-Denis. Cela fait plusieurs années que les organisateurs parisiens de cette fête nocturne fort courue souhaitent l’étendre à des villes de banlieue. « Mais pour nous, il ne s’agissait pas d’accueillir une manifestation parisienne, mais plutôt de nous appuyer sur les potentialités locales pour créer un événement qui soit propre à Saint-Denis », explique la directrice de la culture, Laurence Dupouy-Veyrier. C’est pourquoi cette Nuit Blanche dionysienne verra la participation de nombreux artistes locaux, répartis le long d’un parcours de (re)découverte de la ville à travers des installations, des performances, des spectacles, des animations. « Ce parcours forme une sorte de triangle et relie la gare, le centre-ville et le musée d’Art et d’Histoire », précise Françoise Arvesen, maîtresse d’œuvre et cheville ouvrière des fêtes dionysiennes.
À la gare, c’est autour de l’installation interactive, lumineuse et sonore fLUX Binay Waves, par collectif Lab-[au] (voir JSD n° 757 du 17 septembre) que s’organiseront, à partir de 19 h, les interventions : jeu de cartes géantes du Tapis volant de Name diffusion, Beignets publics, par l’Organisation des architectes alternatifs, sorte de pont lancé entre l’Afrique et Saint-Denis à travers projection et vente de… beignets, et concert de human beat box par le collectif Equip d’artifis. Non loin de là, la chorégraphe Karine Saporta préfigurera l’ouverture de son futur Auteur-studio (14, rue Dezobry) et les installations de Marie Preston au TGP (Plaine sans tête) et de Jérôme Joy à Synesthésie (Interludes 2008), ainsi qu’une exposition de l’association Terre des hommes (10 bis, rue Suger), apparaîtront comme autant d’excroissances naturelles de ce parcours nocturne, lequel sera jalonné de flèches bleues indiquant chacun des lieux à visiter.
Au centre-ville, la Nuit Blanche succédera à la première journée de la Fête de Saint-Denis, et annoncera la seconde. « C’est comme si la fête se poursuivait bien plus tard que d’habitude », remarque Françoise Arvesen. C’est dire le foisonnement de spectacles et animations qui attendent le public ! Projections (Portraits dionysiens de Jean-Michel Delage, Images de danses en vitrines par Philippe Decouflé et sa compagnie DCA), performance de Lili Moglia, création de Bouches cousues, spectacle de danse par la compagnie Elolongué, chorégraphié et interprété par Marguerite M’ Boulé, concert de musique des Balkans, numéros de cirque (en partenariat avec l’académie Fratellini), parade enflammée de la compagnie La Salamandre, exploration surprise et théâtrale de la médiathèque, contes, seront au rendez-vous, sans oublier l’exposition de photos de Françoise Diallo au Soixante (60, rue Gabriel-Péri), les traditionnelles Cuisines du monde (place Robert-de-Cotte), un Cabaret dionysiaque (salle de la Légion d’honneur) ni, bien sûr, une prometteuse Nuit du cinéma à l’Écran…
Troisième lieu central de cette Nuit Blanche, le musée d’Art et d’Histoire qui, pour l’occasion, ouvrira les portes de sa nouvelle exposition, Honoré Daumier, du rire aux larmes, et de l’ensemble de ses collections. Le grapheur Marko effectuera une performance attendue de light painting dans la chapelle des Carmélites, un jongleur de diabolo illuminera la cour de la Montée des anges et des conteurs raconteront des histoires à dormir debout…
Bref cette première Nuit Blanche à Saint-Denis promet bien des plaisirs, des bonheurs et des… frustrations : comment faire pour tout voir ? Pour les boulimiques (et les fatigués !) une navette gratuite reliera la gare, le centre-ville et le musée toutes les demi-heures de 20 h à 23 h 30. De quoi aller jusqu’au bout de la nuit… et voire plus si affinités !
Benoît Lagarrigue
Le programme complet de la Fête de Saint-Denis et de la Nuit Blanche, avec tous les participants, horaires et lieux précis, sera encarté dans le prochain numéro du Journal de Saint-Denis.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur