À la une Cultures

Edition
/ Parties communes

Antoine Tricot est journaliste à France Culture et est l’auteur de Cheville ouvrière, une enquête menée à Saint-Pol-sur-Mer, petite commune des Hauts-de-France, entre 2015 et 2017. Il y voit des parallèles entre cette banlieue de Dunkerque et Saint-Denis, où il vit depuis cinq ans.
Vues urbaines du quartier Guynemer – Jean-Bart de Saint-Pol-sur-Mer. © Yann Tricot
Vues urbaines du quartier Guynemer – Jean-Bart de Saint-Pol-sur-Mer. © Yann Tricot

Quels sont les points communs entre Saint-Pol-sur-Mer, commune de 21 000 habitants de la banlieue de Dunkerque (Hauts-de-France), et Saint-Denis ? « On peut dresser de nombreux parallèles : la relation compliquée avec les médias et la police, la rénovation urbaine, les relations aux bailleurs sociaux… Je trouve que c’est intéressant de retrouver ces mêmes questions dans les 2 600 quartiers prioritaires que compte la France », estime Antoine Tricot, l’auteur du livre Cheville ouvrière et journaliste à France Culture.

Installé depuis cinq ans à Saint-Denis, il a signé une enquête menée à Saint-Pol-sur-Mer entre 2015 et 2017. Elle dresse le portrait d’une ville tiraillée entre deux récits ouvriers : l’un glorieux, l’autre plus gênant et que les politiques locales ont tendance à vouloir effacer.

LIRE AUSSI / Série documentaire : Canal Saint-Denis historique

À l’ombre de la cité-jardin Les Cheminots et de ses pavillons décatis, le grand ensemble Guynemer – Jean-Bart (900 logements) est ce petit frère honteux. Celui dans lequel on ne veut pas plonger le regard de crainte d’y lire nos erreurs. « Les habitants des Cheminots sont très faciles à rencontrer parce qu’il y a des gens, des associations d’anciens cheminots qui valorisent ce patrimoine. Ils en tirent une vraie fierté. Alors qu’à côté, dans la résidence Guynemer – Jean-Bart, cela a été très compliqué d’avoir des informations de base. De manière unanime, ce quartier est perçu comme malfamé, moche et défigurant la ville. Il y a une tendance à vouloir l’exclure, bien qu’il se trouve à 100 m de la mairie. »

Autour du plan de rénovation urbaine

Alors, surpris par ce décalage de représentation, Antoine Tricot a cherché à établir les liens existants entre Les Cheminots et les barres Guynemer - JeanBart à l’aune de témoignages de leurs habitants qu’il glane lors de sa résidence sur place et d’un projet de rénovation urbaine promis en 2014, pierre angulaire de son récit. « Mon livre tourne avant tout autour du plan de rénovation urbaine. Le fait que les concertations sont toujours difficiles à honorer est un autre parallèle que l’on peut établir avec Saint-Denis.

LIRE AUSSI / Rénovation urbaine : le nouveau Franc-Moisin

Il suffit de voir les débats autour des chantiers dans le cadre des Jeux Olympiques 2024, du Grand Paris express, mais aussi de la réhabilitation de Franc-Moisin. Vous savez, à Saint-Pol, les quartiers allaient être rénovés et les habitants l’apprenaient par moi, se souvient Antoine Tricot. Je ne critique pas les maires, mais plutôt la structure politique qui doit être décentralisée. Les maires, sous la houlette de la communauté d’agglomération, doivent présenter des projets ficelés auprès de l’Agence nationale de rénovation urbaine et ensuite obtenir les budgets. Dans l’idéal, il faudrait ouvrir une concertation avec les habitants dix ans avant de présenter un dossier à l’ANRU. Or, actuellement, c’est impossible. Il y a aussi un peu de mépris envers les habitants. Il n’y a qu’à voir les conseils citoyens qui ne sont que consultatifs. »

On notera aussi l’intention de Cheville ouvrière, dans une première partie dense et détaillée, de plaider pour une autre vision du journalisme. « Je voulais amener une réflexion sur ce que c’est d’être journaliste dans un quartier populaire. J’habite à Saint-Denis, je viens du Cantal, je suis issu de classe moyenne, j’ai un modeste bagage en sciences sociales, j’ai étudié l’histoire, tout cela va modifier ma perception de la réalité. C’est important que le lecteur sache d’où je parle pour montrer les limites de mon travail et qu’on puisse le critiquer », explique l’auteur.

Et c’est en tant que journaliste mais aussi habitant qu’Antoine Tricot livrera un documentaire radiophonique sur le 48, rue de la République : depuis l’assaut du Raid en 2015 et son traumatisme, à la difficile reconstruction des habitants. Encore une fois, Antoine Tricot fera entendre la voix de ceux que l’on n’a plus l’habitude d’écouter. Une série en deux épisodes à découvrir le 21 et 22novembre sur France Culture à 13h30.

MLo

Cheville ouvrière, Creaphis Éditions, 411 pages, 12€

Réactions

Le site web perso de l'auteur : https://www.antoinetricot.com -- conseillée l'écoute sonore de sa série enquête radio dans le Cantal(15) --

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur