À la une En ville

Parvis de la gare
/ Opération reconquête

Vendredi 15 février se tiendra une réunion publique sur le devenir du quartier de la gare de Saint-Denis, à l’école maternelle Brise-Échalas. Parmi les points qui seront abordés : la lutte contre la vente à la sauvette et l’installation en mars de commerces et de services sédentaires sur le parvis.
La Ville, mise depuis début janvier sur une approche policière plus répressive pour réguler la vente à la sauvette sur le parvis de la gare.
La Ville, mise depuis début janvier sur une approche policière plus répressive pour réguler la vente à la sauvette sur le parvis de la gare.

Dynamiser et réinvestir le parvis de la gare. Oui, mais comment ? La municipalité, en partenariat avec plusieurs acteurs – SNCF, Plaine Commune, associations de quartiers – s’est d’ores et déjà penchée sur plusieurs pistes d’occupation sociale du parvis. Avec comme priorité numéro 1 : « Faire en sorte que ce soit un espace de rencontre car c’est une place publique », énonce Nicolas Laurent, chef de projet centre-ville à la mairie.

L’été dernier, la Ville a mené une opération reconquête du parvis et de ses abords en organisant plusieurs activités culturelles et ludiques portées par des associations, dans l’objectif de faire reculer la vente à la sauvette. À l’automne 2018, la présence à la gare du bibliobus de Plaine Commune était aussi « une autre manière de répondre aux problèmes. Il passera deux fois par mois », détaille Nicolas Laurent. 
 

Commerces et services légaux

Répondre aux activités illégales et aux ventes sauvages qui s’étendent sur le parvis par des commerces alimentaires et des services réglementés. Tel est le pari qu’a fait la Ville en sollicitant la SNCF, qui a organisé pour la quatrième fois en juin dernier, le Challenge Gare partagée, un appel à projets lancé à l’échelle nationale. Dans le lot des candidats retenus, on trouve notamment Clé Jobs, un groupement d’employeurs spécialisé dans le recrutement. Installés dans un conteneur, ils seront présents tous les jours sur le parvis. Mais aussi, La Poêlée francilienne, un service-traiteur tenue par un Dionysien. Un travail est en cours avec La Petite Casa, société de traiteur également tenue par des locaux qui proposent une cuisine métissée « autour des saveurs méditerranéennes » à destination des entreprises et des particuliers. Food-truck, installation au feu de bois et autres genres de « bouffes de rue » devraient voir le jour courant mars.
 

Réouverture de l’antenne de police

La Ville, qui mise depuis début janvier sur une approche policière plus répressive pour réguler la vente à la sauvette vient d’obtenir la réouverture du local de la SNCF, sur le parvis, qui abritait la brigade des chemins de fer. « Il sera occupé par des policiers municipaux, nationaux et des gardes de l’espace public. Ce sera un lieu de pause pour les policiers qui seront au plus près de leur lieu d’intervention de prédilection, afin d’éviter que l’espace ne soit laissé aux vendeurs à la sauvette », indique John Gnahore, responsable de la tranquillité publique. Aucune date n’a encore été donnée pour la réouverture du local, actuellement en travaux.

La présentation du calendrier pour les travaux de mise en accessibilité de la gare dans le cadre du chantier de rénovation piloté par la SNCF, avec l’aide de la région et de l’État, fera également partie des points à l’ordre du jour, de la réunion du 15 février. La municipalité compte également sur ce projet de remise en état du parvis pour gagner du terrain face aux vendeurs à la sauvette.

Yslande Bossé

Réunion publique Pleyel Confluence / Grand centre-ville, vendredi 15 février, à 18h30, à l’école maternelle Brise-Échalas, 10 rue Saint-Clément en présence du maire, Laurent Russier, du maire-adjoint délégué au quartier Michel Ribay et de la première maire adjointe délégué quartier Grand Centre-ville Jaklin Pavilla.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur