À la une En ville

Migrants
/ Opération de mise à l’abri pour les réfugiés de l’avenue Wilson

Ce vendredi 25 janvier au petit matin, 298 réfugiés qui dormaient dans des conditions insalubres et dans le froid sur le terre-plein de l’avenue du Président-Wilson à la Plaine ont été évacués par les forces de police. Une quarantaine de migrants sans solution d’hébergement ont été recueillis à l’Église dionysienne Sainte-Jeanne D’arc de la Mutualité. (1)

Six cars pour près de 300 migrants. Ce vendredi 25 janvier, vers 7h, les forces de police ont procédé à l’évacuation des réfugiés de l’avenue Wilson, en majorité des hommes, jeunes, originaires de la Corne de l’Afrique. L’opération, attendue – après celle de la Porte de Clignancourt le 22 janvier - s’est déroulée dans le calme en présence des associations de soutien aux réfugiés – Collectif Solidarité Migrants Wilson, Utopia 56 – et de quelques élus : Jaklin Pavilla, adjointe aux solidarités, Suzanna de la Fuente, élue du quartier La Plaine, Madjid Messaoudene, élu délégué à la lutte contre les discriminations. « La situation montre l’incurie en terme d’accueil des migrants dans ce pays », a exprimé Eric Cocquerel, député de la 1ère circonscription de Seine-Saint-Denis, également présent lors de l’évacuation.

Tour à tour, les migrants sont montés sans réticence dans les cars. Certains ont pris avec eux, des couvertures enfoncées dans des sacs en plastique. Yagou, 29 ans est moins disposé que d’autres à partir. « Si j’y vais, après on va me faire revenir dans la rue », a expliqué le réfugié soudanais. Un autre migrant, occupé à récupérer des affaires dans sa tente a pris la décision de ne pas être mis à l’abri. « Je veux aller en Angleterre », a t-il exprimé. 

Les réfugiés ont été transportés dans des gymnases, écoles, hôtels ou casernes situés en région francilienne. Sur sa page Facebook, le Collectif Solidarité Migrants Wilson a donné la liste précise des lieux où ils ont été emmenés, et a demandé aux bénévoles vivant aux alentours de ces lieux d’accueils de s’informer sur les conditions de vie de réfugiés à qui ils viennent en aide depuis près de deux ans. Pour Jean-Jacques Clément, l’un des bénévoles du Collectif, il s’agit d’une « mise à l’abri avec conditions, or on demandait une mise à l’abri inconditionnelle. Ils vont rester un mois dans une structure et après, ils iront dans d’autres dispositifs. Il y a une partie des migrants qui s’évaporent déjà. Ça marche pas ce système-là ».
 

LIRE AUSSI : Les Wallons en aide avenue Wilson
 

Une quarantaine de personnes sans solution d’hébergement

Lors de l’opération de mise à l’abri, une trentaine de migrants – dont deux couples - sont restés dans l’attente avenue Wilson. Faute de place dans les cars, ils n’ont pu bénéficier de solutions d’hébergements et ont été amenés temporairement par des bénévoles à la maison de quartier La Plaine. Plus tard dans la journée, la Ville a fait savoir dans un communiqué ce vendredi matin que les « les hommes et femmes non pris en charge par la préfecture » seront recueillis à l’église Sainte-Jeanne d’Arc de la Mutualité en attendant un retour de la Préfecture sur leur demande de prise en charge. Dans le cadre du Plan Grand Froid, la municipalité a mis à disposition de 40 personnes sans-abris le gymnase Carson-Besson. Dans un courrier envoyé le 11 janvier à Emmanuel Macron, Laurent Russier a proposé à l’Etat « la mise à disposition pour l’hiver à des fins d’hébergement du centre de vacances municipal de Mériel situé dans le Val d’Oise. » pour 40 personnes également. Un autre site de la ville, destiné aux migrants et aux sans domicile fixe, est aussi à l’étude. 

Durant l'évacuation, plusieurs soutiens aux réfugiés se sont attelés au démontages des dizaines de tentes posées sur le terre-plein de l'avenue Wilson avant le nettoyage des lieux par la voierie, déjà présente tôt ce vendredi matin.
« Les tentes ont été mises à l'abri et seront nettoyées et désinfectées, puis recyclées pour de futurs dons à des réfugiés qui en auront besoin. On va revoir très vite des personnes en errance dans les rues », a fait remarqué un bénévole du Collectif Solidarité migrants Wilson.

Yslande Bossé

(1) Une quarantaine de réfugiés de l'avenue Wilson, non pris en charge par la Préfecture seront recueillis dans la matinée du mercredi 30 janvier au gymnase Carson-Besson, jusque là mis à disposition comme hébergement d'urgence, pour les personnes sans domicile fixe dans le cadre du Plan Grand Froid de la ville de Saint-Denis, « levé hier », a précisé la maire adjointe aux solidarités Jaklin Pavilla. 

Réactions

Quand on voit le boulot qui a été fait par les assos, par Caro et Clément, et qu'à la fin de la partie, il y a deux adjointes au Maire qui se pointent pour récolter les bravos ...quelle indécence ...
Une partie des migrants semble maintenant à l'abri des intempéries, et aussi à l'abri du crack (sauf si les dealers entrent dans l’église Sainte-Jeanne d’Arc de la Mutualité ). «Je veux aller en Angleterre» ??? cette personne veut-elle vivre dans la précarité avec un contrat zéro heure ? La meilleure protection à apporter aux migrants, consiste à leur trouver un contrat de travail à durée indéterminée en France (pour bénéficier d'une protection sociale). Dans la région Pays de la Loire, des employeurs proposent d'embaucher des étrangers ayant le statut de réfugié. Ainsi, à Nantes, la société nantaise VIVOLUM de second-œuvre du bâtiment, emploie des personnes venant de Guinée d'Irak ou de Turquie. Il serait bon que l'OFPRA de Fontenay-sous-Bois et les associations d'aide orientent les migrants vers les employeurs rennais et nantais du BTP. Il vaut mieux travailler en Bretagne, plutôt que de s'ennuyer dans un centre d'accueil, ou plutôt que de camper avenue Wilson.
Je ne comprends pas pourquoi deux élus de la ville sont venus soutenir les migrants sachant que la municipalité a fait le maximum pour chasser les migrants de la ville ( demande de partir par la police municipale, les services de la voirie qui jetaient leurs vêtements..).. Sinon, il est préférable que ces migrants aillent dans ces refuges, ce n'est pas une solution mais il est préférable pour eux de dormir au chaud que de dormir dehors

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur