En ville

Neuf nouvelles classes

Mardi 24 juin, l’inspecteur d’académie a annoncé les prochaines ouvertures de classes dans les primaires et maternelles. Une avancée, par rapport aux annonces faites en mars, mais insuffisante pour le SNUipp et la Ville.

« On est loin du compte. » Formulé chaque année, le constat est à nouveau d’actualité pour les enseignants syndicalistes du SNUipp, au vu des ouvertures de classes décidées pour la rentrée dans les écoles primaires. Annoncées par l’inspecteur d’académie, lors du comité technique paritaire (CTP) réuni le mardi 24 juin à Bobigny, ces mesures constituent pourtant un net progrès par rapport au premier CTP, en mars. Neuf ouvertures sont ainsi acquises, dont sept en élémentaire, dans les écoles Roger-Sémat, Honoré-de-Balzac, Auguste-Renoir, Auguste-Rodin, Rachel-Carson, Saint-Just, ainsi qu’à Gutenberg où la création d’une seule classe est jugée insuffisante par le SNUipp, comme par la Ville.
Les deux seules ouvertures en maternelle seront pour les écoles Colette-Besson et des Drapiers, mais pas pour le Lendit, où la Ville avait pointé dès février les besoins dans ce quartier de la Plaine et du Stade de France. Les nouveaux logements en cours de livraison (au nombre de 212) induisant dans les écoles du secteur d’importantes hausses d’effectifs, au moins jusqu’à l’ouverture à la rentrée 2009 du groupe scolaire de la rue du Bailly. Résultat, à Saint-Just comme au groupe scolaire Drapiers-Gutenberg, qui vont y sacrifier l’une et l’autre leur BCD (bibliothèque, centre de documentation), plus une salle polyvalente et une partie de préau à Drapiers-Gutenberg, il faudra se serrer pour faire place aux arrivants.
Cinq autres ouvertures, pour l’heure conditionnées au comptage de rentrée, sont également attendues dans les élémentaires René-Descartes, Joliot-Curie, Louise-Michel, Jules-Vallès, ainsi qu’à la maternelle Pleyel, comme le réclamaient des parents mobilisés le 23 juin. Aux mêmes effets, les mêmes causes, 180 logements ont commencé à accueillir leurs premiers occupants dans ce quartier Pleyel en pleine mutation. « Par contre, il est incompréhensible que l’école Sémard, avec 23 élèves en plus, n’obtienne rien, s’insurge Jean Bouissonnié, responsable local du syndicat SNUipp. L’école a reçu l’injonction de les envoyer à Sémat, où il reste une dizaine de places, ainsi qu’à Balzac. On assiste maintenant dans les écoles à une désectorisation qui ne dit pas son nom ! »
Quant aux fermetures, la menace a été levée pour la maternelle L’Hermitage, au grand soulagement des parents de la FCPE. Mais elles ont été confirmées pour trois autres maternelles, Delaunay-Belleville, Hautes-Noëlles, Moulin-Basset, et pour deux élémentaires, Marcel-Sembat, elle aussi en baisse d’effectifs, et à Paul-Langevin où « les collègues se battront contre », annonce le syndicat.
Mais les motifs de mécontentement, augurant d’une rentrée agitée, vont bien au-delà comme l’ont exprimé encore les parents rassemblés à l’appel de la FCPE, le samedi 18 juin devant l’inspection de l’Éducation nationale. Daniel Mollier-Sabet, l’un des porte-parole dionysien de la fédération, relève notamment l’insuffisance des personnels de Rased (Réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté), les nouveaux programmes, d’ailleurs dénoncés par les chercheurs les plus renommés en sciences de l’éducation. « Ce qui nous préoccupe le plus, insiste M. Mollier-Sabet, c’est que la place des parents est évacuée avec la suppression de la classe le samedi matin. C’était le moment de la fête des écoles, des remises de livrets scolaires, des réunions d’information, des conseils d’école… » Toutes occasions d’échanges malaisées en fin de journée et pour lesquelles « on demande la mise en place d’un calendrier portant sur plusieurs samedis. Mais on ne demande pas le maintien de tous les samedis matin. Dans notre ville plus qu’ailleurs, nous avons besoin d’entente entre parents et enseignants ».
Marylène Lenfant

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur