En ville

Municipales / Houari Guermat au finish

Le conseil national de l’UMP a tranché en faveur du candidat de l’UDI pour représenter la droite et le centre à Saint-Denis. Un choix qui ne devrait pourtant pas empêcher la présence d’une deuxième liste conduite par Stanislas Francina.
Houari Guermat
Houari Guermat


À droite et au centre, le choix de la tête de liste dionysienne aux municipales est fait. Le conseil national du parti que préside Jean-François Copé, réuni samedi 25 janvier, a désigné Houari Guermat pour porter les couleurs communes de l’UDI, dont il est membre, et de l’UMP qui le soutient. Voilà pour le verdict officiel. Il intervient après plusieurs mois de tractations mais il n’éteint pas pour autant les divisions qui secouent localement cette partie de l’échiquier politique en manque de leadership.


Lundi matin, en apprenant la nouvelle, M. Guermat était heureux comme quelqu'un qui découvre sa réussite à un examen. Il était dans les starting-blocks pour rechercher fissa un local de campagne : « Je suis soulagé d’être le candidat officiel de la droite et du centre. J’attendais ce moment depuis trois mois. » Sa joie, qui sonne aussi comme une revanche personnelle, n’est pas unanime dans sa famille politique.


C’est un euphémisme de le dire et M. Guermat le sait pertinemment. Il n’ignore pas non plus que son investiture ne constitue pas une parade imparable à la concurrence à droite. Tout juste lui procure-t-elle, et ce n’est pas rien même en période où les partis politiques sont décriés, l’exclusivité des logos UMP et UDI sur le matériel électoral. « Si M. Francina et Mme Nicol maintiennent leurs candidatures, ils seront à la tête d’une liste dissidente », prévient-il.


Cette dissidence ne semble pas effrayer Stanislas Francina. Il compte d’autant moins abdiquer devant le choix de l’UMP qu’il n’en est plus membre (1) : « Cette décision ne change pas grand-chose pour moi. Il faut simplement que j’en discute avec mes colistiers », confie-t-il. M. Francina sait qu’il va perdre des équipiers légitimistes mais il maintient sans ciller son choix de représenter la liste « Réussir à Saint-Denis » et n’envisage pas un ralliement à M. Guermat au premier tour, pas même une fusion des deux listes au second.


« Nos finalités sont différentes. Je m’inscris dans une dynamique à long terme sur Saint-Denis, autour d’objectifs, pour reconstruire la droite à laquelle j’ai toujours appartenu, avec ou sans carte. M. Guermat, qui était au MoDem précédemment, est davantage préoccupé d’exister dans son périmètre social. » M. Francina a un point commun avec M. Guermat au niveau des pronostics. Il ne se fait guère d’illusions sur ses chances d’emporter les élections mais se voit en campagne pendant six ans pour installer la droite dans le paysage politique local et arriver en force en 2020.


La droite et le centre semblent voués à partir à la bataille en ordre dispersé quitte à faire gentiment un bras d’honneur aux états majors qui devront être très persuasifs pour inverser le cours de la désunion. Pourtant, à entendre parler M. Guermat et M. Francina des programmes qu’ils dévoileront bientôt, les différences sont loin d’être abyssales. Impôts en baisse, sécurité et propreté en hausse, accélération sur l’accession à la propriété sont constitutifs du triptyque partagé en commun. Et quand M. Guermat lance « M. Paillard ne fait rien sur la sécurité par idéologie et avec M. Hanotin on a déjà perdu vingt policiers nationaux depuis qu’il siège à l’Assemblée », on se dit que M. Francina ne désavouerait pas pareille sentence.

Dominique Sanchez


(1)Contrairement à Evelyne Nicol qui briguait l’investiture mais qui avait décidé de figurer en deuxième position derrière M. Francina. Sollicitée pour réagir, elle n’a pas pour le moment répondu à notre demande.


Les municipales en bref

Soutiens à M. Hanotin : procédure d’exclusion contre 18 militants EELV

Notre article intitulé « Fatima Laronde et 38 militants EELV avec Mathieu Hanotin » paru la semaine dernière dans notre version papier (JSD n°984) fait réagir le responsable du groupe local Europe Écologie Les Verts. Kader Chibane précise que parmi la liste des 38 noms diffusée sur le site Internet du JSD, « seules 18 personnes sont membres de notre parti ». Ces adhérents ont « été suspendus par le Conseil politique régional du 21 janvier et une procédure d’exclusion est engagée », précise M. Chibane. « Ils ne peuvent plus prétendre être membres d’Europe Écologie Les Verts. Le 12 décembre 2013, le groupe local d'EELV s'est largement exprimé en faveur de la candidature de Didier Paillard. »

D.Sz.


Justice : la double plainte de M. Labaune

Didier Labaune, chef de file du Front national à Saint-Denis, a porté plainte simultanément contre Didier Paillard et contre l’État français. S’agissant du maire, pour mise en danger de la vie d’autrui. Il lui reproche de ne pas prendre en compte sérieusement son rôle dans la coproduction avec l’État en matière de sécurité. En ce qui concerne l’État, pour ne pas avoir mis en œuvre les moyens adaptés à l’enquête permettant de résoudre une affaire concernant sa mère.

Celle-ci, le 6 décembre 2012, a été sauvagement agressée dans un parking du centre-ville. Handicapée, elle avait 76 ans au moment des faits et est aujourd’hui grabataire certifie M. Labaune, qui reproche à la police d’avoir bâclé l’enquête en ne convoquant pas au commissariat un témoin de l’agression.

D.Sz.


PSG : Georges Sali présente sa liste le 31 janvier

Georges Sali, premier à avoir présenté son programme, sera aussi le premier à dévoiler la liste des Dionysiennes et Dionysiens qui seront ses colistiers. Ce sera vendredi 31 janvier, 19h, salle de la Légion d’honneur. Le chef de file des socialistes de gauche, s’il tient à ménager un suspense avant la réunion publique a accepté de nous livrer, à défaut de noms, quelques stats sur l’équipe qui l’accompagne.

Ainsi la moyenne d’âge (44 ans), la représentation des nouveaux habitants (20% des candidats sont Dionysiens depuis moins de cinq ans) ou la représentation de la diversité (30% des candidats sont d'origine européenne, 30% d'origine africaine, Dom et Caraïbes, 30% d'origine maghrébine, 10% d'origine asiatique).

S’agissant de la présence dans les quartiers, le PSG sera samedi 1er février dans les cités Joliot-Curie, Saint-Rémy, Tournelle Saint-Louis ; lundi 3 février cité Péri et résidence Séverine ; mardi 4 février cité Stalingrad, Guynemer, Double-Couronne.

D.Sz.


PS : Mathieu Hanotin et les citoyens

« Quinze citoyens engagés à Saint-Denis rejoignent Mathieu Hanotin », annonce un tract distribué le week-end dernier. Parmi ces femmes et ces hommes qui font le choix de « porter une nouvelle ambition à gauche » on trouve notamment Sophie Durand, ancienne tête de liste de Saint-Denis citoyen en 2008 ; Christian Cardon, qui préside la fédération de pentathlon moderne ; Catherine Bachelez, ancienne adjointe à la culture entre 2004 et 2008 ; Denis Grandet, ancien président du Festival de musique ; Jean-Marc Saint-Picq, président de la MCA. Parmi ces quinze citoyens, certains devraient figurer sur la liste que M. Hanotin présentera le 7 février.

D.Sz.


FdeG : 1 900 soutiens à Didier Paillard

Lors du banquet du PCF qui a réuni 300 convives dimanche 26 janvier à l’Usine, le secrétaire local Julien Attal a annoncé que l’appel au soutien à la candidature de Didier Paillard atteint 1 900 signatures. Citant une statistique récemment parue qui indique que 85 personnes détiennent dans le monde autant de richesse que 3,5 milliards d’êtres humains, M. Attal a déploré que « François Hollande assume une politique libérale qui envoie la France dans un mur». S’agissant de l’enjeu des municipales, il a estimé qu’il fallait que l’issue « donne du sens à l’avenir pour les grandes conquêtes de demain ».

D.Sz.


Tracts : la guerre des logos est déclarée

La guerre des soutiens a commencé. En l’état, Didier Paillard bénéficie de ceux du Front de gauche et des partis qui le composent (PCF, PG, Ensemble…), d’Europe Écologie Les Verts et du MRC. Il affiche donc leurs logos sur son matériel électoral. Mathieu Hanotin aligne lui aussi les logos. Ceux du PS et du PRG (il bénéficie du soutien départemental des radicaux même si le cercle local a choisi Didier Paillard). Et de deux nouveaux venus dans le paysage politique dionysien : le Mouvement gauche citoyenne (MGC) et Saint-Denis écologie apparue sous la houlette de Fatima Laronde depuis qu’une majorité de militants d’EELV a choisi de faire cause commune avec M. Paillard. À droite, M. Francina ne va plus pouvoir coller le sigle de l’UMP depuis que ce parti soutient la candidature de M. Guermat.

D.Sz.


Transition citoyenne

Des habitants de Plaine commune, qui souhaitent répondre à l'invitation du collectif national pour une Transition citoyenne organisent un rendez-vous samedi 1er février pour « une journée de mobilisation et d’interpellation des candidats/es aux élections sur les besoins et les envies de la société civile » destinée aux citoyens qui « souhaitent être acteurs d'un changement et mobiliser nos énergies afin de générer des actions collectives ». Samedi 1 février, de 14h00 à 17h00, à La Bigoudenne Café, 11 Allée des 6 Chapelles.


Associations

L’Agence de promotion des cultures et des voyages (APCV) consacre l’après-midi du samedi 1er février à un débat sur le devenir des associations. Premier acte, à 14h30 : un débat sur l’étranglement financier prévu par le budget 2014 qui va aboutir à la suppression de 30 000 à 40 000 emplois dans le secteur associatif. Deuxième acte, à 16h, l’APCV invite les candidats aux municipales « présenter leurs propositions pour renforcer la vie associative et culturelle de notre ville monde ». A la médiathèque Ulysse, 37 cours du Rû de Montfort.


Ville ouvrière

« Ensemble dans les luttes d’hier et d’aujourd’hui » est le nouveau thème de rencontre choisi par le Front de gauche. Vendredi 7 février, de 17h à 19h, au local de campagne de Didier Paillard (Porte de paris), il sera question des combats ouvriers passés (Cazeneuve, Gibbs, Pygmy radio…) et de ceux d’aujourd’hui (droit syndical, retraites, lutte contre les licenciements…). Expositions et témoignages sont au programme.


UDD

Le collectif Union des Dionysiens (UDD) qui invite les habitants à prendre la parole dans le cadre des élections municipales pour donner leurs opinions se réunit une nouvelle fois. Jeudi 30 janvier, 19h, au 87, rue de Strasbourg.


Collégiens intervieweurs

Les élèves de 3e de la classe média du collège Iqbal Masih participent à leur manière aux élections municipales. Ils réalisent des interviews de candidats aux élections de mars prochain.


Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur