Sports

Judo
/ Melkia Auchecorne, talent brut

Après Tahina Durand, le judo dionysien sort une nouvelle pépite de son kimono. En – 63kg, Melkia Auchecorne commence à faire des étincelles au niveau national.
Melkia Auchecorne peut viser loin. © Yann Mambert
Melkia Auchecorne peut viser loin. © Yann Mambert

Derrière un sourire gêné, Melkia Auchecorne dégage une puissance tranquille et insouciante. Âgée d’à peine 15 ans, l’adolescente timide est presque embarrassée que l’on s’intéresse à elle. La judoka dionysienne est une pépite. En juin dernier, à Ceyrat (63), la cadette s’est classée troisième lors des championnats de France espoirs de judo (équivalent du 2e niveau national) dans la catégorie des moins de 63kg.

LIRE AUSSI : Tahina Durand en bronze aux mondiaux juniors

Après une série de six victoires, elle ne perdra qu’en demi-finale contre Yelena Rezeau, la future championne. «En demi-finale, j’étais fatiguée et déconcentrée », analyse avec lucidité la Dionysienne. Le judo, elle aime ça. « Je me sens forte », dit Melkia. En septembre dernier, elle a intégré le pôle d’excellence régional de Brétigny-sur-Orge (91) où les meilleurs espoirs du judo font du sport-étude. « Au début, elle ne voulait pas y aller. Je l’ai poussée à postuler au printemps dernier », raconte Angelo Andreazzoli, son coach au Saint-Denis Union Sports (Sdus) où la jeune pousse est licenciée.

Débuts dans son club de quartier

Elle passera des tests puis sera sélectionnée pour intégrer ce pôle espoirs où sont réunis les meilleurs judokas d’Ile-de-France. « À Saint-Denis, elle n’avait pas d’adversité. Il n’y avait pas des filles de son gabarit et de son niveau pour qu’elle puisse s’améliorer. Elle est faite pour faire de la compétition », souligne l’éducateur.

À Brétigny, en plus des cours au lycée Jean-Pierre Timbaud où elle reste à l’internat, la Dionysienne fait du judo tous les jours. « Les entraineurs sont durs avec moi, mais ils sont forts », confie Melkia. « Elle a des qualités physiques innées. Elle est calme. Et c’est important dans le judo pour pouvoir analyser la situation, l’adversaire », dit d’elle Malik Bouraba, l’un des responsables du Sdus.

La jeune Melkia a rejoint le club dionysien en 2014 alors qu’elle était benjamine. Née à Saint-Denis, celle qui a commencé le judo à l’âge de 8 ans, était avant au club de judo du quartier Saussaie-Floréal-Courtille où elle habite toujours avec sa mère et ses trois frères. « Ce n’est pas moi qui a choisi de faire du judo. C’est ma mère. Une année à la rentrée, elle nous a inscrits avec mes frères au club du quartier », raconte Melkia. « Melkia était calme, mais il fallait quelque chose pour canaliser sa force », confie Michèle Auchecorne, sa maman. « Elle ne parle pas beaucoup, mais elle applique avec sérieux. En général, on lui montre une fois une technique et elle imprime toute de suite », loue Angelo Andreazzoli.

LIRE AUSSI : Etoiles dionysiennes, le stade de France pour podium

« Il y a quelques années, elle disait à peine bonjour aux entrainements », la taquine-t-il gentiment. Là où elle est la meilleure, c’est sur les tatamis. À court terme, la cadette espère faire mieux aux championnats de France qui auront lieu en 2020. Elle pourrait aussi participer à des compétitions européennes. Et les Jeux olympiques en 2024 ? « C’est loin et même en temps c’est dans pas longtemps. Mais je n’aime pas me projeter. Je n’y pense pas », dit Melkia en toute sincérité. Elle se concentre d’abord sur ses prochaines échéances. Et qui sait, peut-être que l’avenir lui réserve quelques belles surprises ?

Aziz Oguz

Réactions

Plein feu sur mon bébé, que la providence te fortifie et t'accorde par ma voix des bénédictions à flot ! Amour.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur