À la une Cultures

Carnaval du Landy
/ Masquer la frontière entre Saint-Denis et Aubervilliers

L’association Landykadi monte des projets écologiques et des rencontres entre habitants dans le quartier du Landy. Samedi 29 février, elle organise son traditionnel carnaval. « La ronde des insectes et autres petites bêtes» est la thématique choisie pour cette 5e édition. Le JSD a suivi une partie des préparatifs.
Sur la friche du Landykadi à la Plaine, le carnaval du samedi 29 février se prépare dans la bonne humeur. © Yann Mambert
Sur la friche du Landykadi à la Plaine, le carnaval du samedi 29 février se prépare dans la bonne humeur. © Yann Mambert

« Savez-vous qu’il existe 5 000 sortes de papillons ? » Mercredi 19 février, l’heure est à la découverte du monde des « insectes et autres petites bêtes » à la médiathèque Paul-Éluard d’Aubervilliers. Cet après-midi-là, ils sont une quinzaine d’enfants âgés de 6 à 12 ans à assister à l’atelier fabrication de masques en vue de la cinquième édition – la 2e pour Saint-Denis – du Carnaval du Landy qu’organise ce samedi 29 février l’association Landykadi, anciennement albertivillarienne, avec l’aide d’autres associations partenaires, notamment l’Espace Imaginaire et Auberfabrik.

LIRE AUSSI : A la Plaine, le tram peut attendre 

Depuis l’automne 2018, leur Landy’s Land, espace de nature, a pris place sur une friche de 1 500 m2 située à l’angle des rues des Fillettes et du Landy entre Saint-Denis et Aubervilliers, où d’ici 2022 doit s’installer le chantier de prolongement de la ligne T8 du tramway. Cent mètres plus loin, à la médiathèque de la rue Gaëtan-Lamy, dans le quartier du Landy, le carnaval se prépare progressivement.

Avant de confectionner leurs masques, sous la houlette de Sylvie de l’association Auberfabrik, les jeunes participants, public presque exclusivement féminin, feuillettent des livres sur les insectes, stars de la grande parade. Priscille Arnaud, du Landykadi, donne quelques leçons de base sur ces hexapodes. « Les abeilles, elles butinent. Elles possèdent une tête, un thorax, un abdomen. Savez-vous à quoi sert l’araignée ? » « L’araignée piège des insectes qui pourraient nous embêter », répond une fillette. « En Chine, ils ont éloigné toutes les abeilles et après ils ont eu des problèmes avec les arbres », commente Amina. La discussion se poursuit et s’articule autour des cloportes, ces petits insectes « très utiles » qui se trouvent dans la terre ; du Goliath géant, immense insecte qui « pèse aussi lourd qu’un hamster » ; mais aussi des pensées poétiques de la jeune Kadidjatou : « Parfois l’abeille dort dans la fleur. Ça existe, domestiquer une mouche ? »

LIRE AUSSI : Des créatures géantes pour lancer la Fête de Saint-Denis 

« On va fabriquer des masques pour le carnaval. Vous, vous dessinez la forme de base », déclare Sylvie, venue chargée : morceaux de cartons colorés, colle, peinture, ciseaux… « Je suis 100 % pour la récup’ », précise cette habituée du quartier. Ahmed, le seul garçon du groupe venu accompagné de sa grande sœur Taslîm, veut confectionner une araignée. « Le personnel de la médiathèque s’est mobilisé pour qu’on ait du monde cet après-midi », explique Priscille.

« Les enfants viennent seuls, on ne voit pas les parents », souligne l’autre Sylvie, bibliothécaire et elle membre de l’association Landykadi. « Ces petits, on les connaît bien, ils sont volontaires. Ici c’est un peu leur deuxième maison. » Avec son carnaval, Landykadi s’est donné un challenge : faire vivre cette partie isolée du quartier implantée entre deux villes.

« Depuis que la friche s’est déplacée à la Plaine, les enfants ont du mal à venir. Et nous n’acceptons que les enfants accompagnés de parents, avance Priscille qui vit à la Plaine. Avec ce carnaval de proximité, l’objectif est aussi de connecter les quartiers. »

Carnaval de proximité

Pour Catherine Navarro, directrice du Landykadi, le carnaval est aussi un moyen de « donner une autre image de la ville, faire que les gens aient envie de sortir dans la rue et d’y rester, car souvent ce sont des déplacements très utilitaires. Le projet de la friche, c’est aussi leur permettre d’aller à un endroit dans le quartier, de rencontrer d’autres voisins ».

Samedi 22 février, Moda, habitante d’Aubervilliers, s’est rendue à la friche du Landykadi (qui attend toujours l’électricité dans sa yourte) avec ses enfants : Noura, Tyron et Noam. « C’est la troisième fois qu’on vient. J’ai découvert le lieu grâce à Catherine. » Pour son premier carnaval de quartier, toute la famille défilera déguisée en abeille. À l’instar de Karima, membre de l’association Solidarité Migrants Wilson, occupée à broder un ver de terre en tissu pour le jour J. Aux yeux de Yann, un Parisien originaire de Franche-Comté, venu aider à la fabrication des pochoirs pour les masques, le « carnaval n’est pas une fête égoïste comme Noël. On vient comme on veut, il n’y a pas de honte, on mélange les cultures, on se masque. Tout le monde est pareil ».

Yslande Bossé

Carnaval du Landykadi, samedi 29 février. RDV à 14h sur le parvis de la Maison pour tous Henri-Roser (38, rue Gaëtan-Lamy à Aubervilliers) pour la confection de costumes-minute. Départ de la parade : 15h30.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur