Portrait

Margarette Lonneux : les enfants, sa vie

Les enfants, c’est toute ma vie. Un leitmotiv qui revient sans cesse. Une profession de foi. Une morale. Margarette Lonneux est entrée dans l’enseignement comme en religion. Une vocation, une vraie. Apparue alors qu’elle avait 6 ans et qu’elle jouait – déjà – à la maîtresse d’école. Elle n’a jamais pensé faire autre chose de sa vie. Que ce soit dans son bureau de directrice ou dans sa classe, au dernier étage de l’école Jean-Vilar, en feuilletant les innombrables albums de photos de ses élèves, intarissable, elle revient toujours à cette antienne, avec une évidence naturelle, en souriant.

« J’avais une classe de fin d’étude. J’avais 20 ans, et certains élèves 14 ! Pas simple. »

Née à Mazamet, ayant grandi à Montreuil, puis dans la Creuse, elle est donc nommée pour son premier poste à… Saint-Denis, à la rentrée 1968. « C’était ici même ! J’avais une classe de fin d’étude. J’avais 20 ans, et certains élèves 14 ! Pas simple. » L’école s’appelait alors des Boucheries et partageait les locaux avec un collège. « Je m’y suis plu, je suis restée. » Mais il ne faudrait pas croire que tout fut linéaire. L’école a ensuite déménagé, rue Connoy, puis boulevard Carnot, « à côté de la vieille piscine », puis est revenue rue des Boucheries et s’est appelée Jean-Vilar.
En ce jour de rentrée, elle fait ses comptes : 288 élèves, 13 de plus que prévu et des classes de 29, 30… Mme Lonneux, comme on l’appelle, ne se plaint pas. Elle n’a pas le temps. Attentive au moindre détail, énergique comme au premier jour, elle se retourne sur son parcours. « Beaucoup de choses ont changé. Les parents n’ont plus la même autorité, la ville aussi a changé. » Nostalgique ? « Oui, non. J’aime toujours autant les enfants et j’ai même l’impression aujourd’hui de servir encore plus à quelque chose… Parce qu’ils en ont encore plus besoin. »

« De toute façon, je ferai quelques chose autour de l’école et des enfants, je ne resterai pas sans rien faire »

Depuis 1976, elle habite à Saint-Denis, retourne dans la Creuse lors des vacances, « pour [se] vider la tête », et revient chaque année avec le même enthousiasme. Mais, en cette rentrée 2009, une sacrée question se pose : sera-ce la dernière ? « J’ai jusqu’en décembre pour me décider. Mon mari est à la retraite, j’ai deux petits-enfants de mon fils, mais je ne suis pas sûre. Ça me plait tellement, ce que je fais… C’est un métier où l’on n’a jamais fini. Je ne sais pas… » On sent l’émotion contenue devant l’éventualité de quitter ses enfants, sa vie. « De toute façon, je ferai quelques chose autour de l’école et des enfants, je ne resterai pas sans rien faire », lance-t-elle avec force. Et elle revient, toujours vers eux. « Il faut les aimer, quels qu’ils soient. Ils ont tous des qualités. À nous de les découvrir et de les faire évoluer. Un enfant n’est jamais nul. Il a toujours quelque chose en lui, même s’il n’est pas doué en classe… »
Elle aime toujours autant Saint-Denis. Même si l’insécurité fait tache. Il faut dire qu’elle l’a subie, directement. « Ce fut un choc. Mais je m’en suis remise. Pourtant, il y a tout ici, c’est une ville passionnante. Pourquoi les gens s’en vont ? » Puis elle revient vers son métier, avec des anecdotes à foison, sur ses enfants, toute sa vie.

Benoît Lagarrigue

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur