Tribunes

Liberté égalité fraternité ?

Je tiens à faire suite au courrier de lecteur « Trafic rue Péri aussi » du JSD n°800. Il est urgent d’attirer encore plus l’attention sur ce qu’il se passe à Saint-Denis ! Les droits des citoyens sont bafoués jusque dans leurs bases mêmes!
Alors que nous promenions notre chien, nous avons été victimes d’une agression gratuite dans la rue Gabriel-Péri, à 17 h30, devant de nombreux témoins immobiles. L’agresseur, visiblement sous l’emprise de substances, était muni d’une arme type coup-de-poing américain et avait l’envie de « taper et de laisser des traces ». Mon ami a failli perdre la vue de l’œil gauche : il présente une fracture importante de l’orbite, du sinus et du nez et a été suturé en profondeur sur toute la paupière inférieure.
Évidemment, nous avons porté plainte, mais nous n’en voulons déjà plus à cet individu qui ne donne visiblement aucun sens à sa vie. Je ne lui souhaite aucun mal et j’espère même, probablement en pure perte, qu’il tirera de cette expérience une possibilité de changement. Je tiens à remercier profondément et sincèrement la seule personne qui s’est interposée dans la bagarre et qui a éloigné l’agresseur : merci ! Ce fut rapide et je n’ai pas eu le temps de lui dire. Je revois cet homme calme et enveloppant qui a éloigné l’agresseur. Je ne sais pas si cet « ange gardien » faisait partie de la « bande », mais, si c’est le cas, je veux qu’il sache que je pense qu’il n’a rien à faire avec eux et qu’il mérite de s’offrir une vie meilleure, même si c’est difficile : on a toujours le choix et si c’est dur on peut demander de l’aide.
Non, je ne tiens pas à dénoncer ces bandes et ces agresseurs potentiels permanents qui squattent la ville et les bancs du centre-ville : c’est de notoriété publique, Saint-Denis fait peur !
Ce que je tiens à dénoncer, c’est l’action, ou plutôt la « non-action » de la police et de nos concitoyens. Ce que je tiens à dénoncer c’est l’abandon dans lequel nous laisse le gouvernement et la politique locale et nationale. Saint-Denis désintéresse le gouvernement ; la politique du ghetto a depuis longtemps remplacé la politique sociale. On n’intègre plus les gens, on « désintègre » tout le monde ! Les Dionysiens sont, pour la plupart, coutumier du non-respect, du non-civisme; ils sont habitués à la violence et lassés d’appeler à l’aide sans résultats, ils consentent et se taisent.
Seul l’adjoint au maire M. Girard, alerté par mes cris, a appelé la police et les secours. Quand est-ce qu’on nous donnera les moyens de transformer la politique de la peur en politique du respect ! Je n’en veux pas aux trois agents de police qui se sont déplacés après 15-20 minutes et qui sont restés inactifs face à la bande qui nous narguait. Même si cette inaction des « forces de l’ordre » était humiliante et insupportable. J’en veux à la politique qui n’est pas garante de la sécurité et de l’égalité des droits pour tous : c’est le manque de police, le manque de moyens, le manque d’écoute du gouvernement qui est responsable ! « La police entre en gare » ! L’intervention du ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux n’a fait que déplacer le problème.
Face à cet abandon notoire, devant la complicité du gouvernement à laisser se dégrader cette situation intolérable, j’invite tous les citoyens, les Dionysiens, à se tenir droit, à ne pas laisser faire, à ne pas se taire, à prendre conscience que nous sommes nombreux mais isolés. Réapprenons le civisme, entraidons-nous. Changeons nos sales habitudes, arrêtons-nous aux passages cloutés, ne nous bousculons pas, regardons-nous les uns les autres, marchons le regard haut et agissons si un individu à un soucis.
Je terminerai par une de mes croyances profondes : on n’a que ce que l’on mérite. Nous ne sommes pas des victimes. Nous sommes tous responsables, non seulement de nos actes mais aussi de nos non-actes. Restons dignes et faisons parler de nous. Nous méritons la sécurité, nous méritons l’égalité des droits, nous méritons qu’on s’intéresse à nous. Les choses doivent changer.

R.E.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur