En ville

Paris 8
/ Les précaires refusent de se taire

Ils sont enseignants, bibliothécaires, ingénieurs, administratifs, techniciens… Contractuels, vacataires, attachés temporaires… Des profils et des statuts différents, avec une problématique commune : un code du travail bafoué.
Prochaine assemblée générale du collectif à Paris 8 le mardi 4 octobre à midi.
Prochaine assemblée générale du collectif à Paris 8 le mardi 4 octobre à midi.

« Je suis doctorant, contractuel pendant trois ans et maintenant vacataire pour six mois. » Parmi la trentaine des personnels de Paris 8 présents, la plupart sont doctorants ou post-doctorants. Il y a aussi quelques « Biatss », sigle regroupant les non enseignants de l’université : bibliothécaires, ingénieurs, administratifs, techniciens, personnels sociaux et de santé. « Contractuel », « vacataire », « moniteur étudiant » ou encore « attaché temporaire d’enseignement et de recherche », c’est un véritable maquis de statuts qui se fait jour à mesure que les participants déclinent leur fonction lors d’un tour de table introductif, donnant à voir la réalité du travail précaire au sein de la fac, qu’ici tous « refusent de taire plus longtemps ».

Pousser leurs semblables à sortir de l’ombre et à grossir les rangs de la mobilisation initiée à l’occasion des manifestations contre la loi travail, tel était l’objectif de la réunion publique d’information organisée ce 20 septembre à l’initiative du Collectif des travailleur.e.s précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche, qui revendique en premier lieu « la simple application du droit du travail ». Car chacun ici à voix au chapitre des vexations et des entraves manifestes au code du travail. Il y a ceux dont les vacations ne sont payées que huit mois après, ceux qui ne signent leur contrat qu’à la fin des missions ou encore ceux qui passent leur temps à préparer des cours, finalement annulés au dernier moment.

« Et pourquoi on ne saisirait pas les prud’hommes ? », s’enquiert une doctorante. « Parce que le tribunal ne traite que des cas individuels, avec toutes les conséquences et les pressions que cela peut supposer », lui répond son voisin, pour qui l’adage « plus on est maltraités, moins on peut se défendre » est particulièrement vrai dans le milieu universitaire où les non titulaires se retrouvent mis en concurrence à l’extrême. S’il paraît évident dans les discussions de porter la lutte collectivement, celle-ci semble bien partie pour être à double détente. « Il y a des petites victoires à arracher à l’échelle de l’université », estime ainsi quelqu’un, en prenant exemple sur la lutte orchestrée l’année dernière à la fac Paris 1 qui a notamment abouti à la mensualisation des vacations et à l’exonération des frais d’inscription. « Il ne faut pas non plus se priver de monter en généralité et d’attaquer directement le ministère », remarque un autre. Justement, une semaine de mobilisation nationale contre la précarité dans l’enseignement supérieur se prépare du 10 au 15 octobre, dans laquelle les travailleurs précaires de Paris 8 entendent bien s’investir. 

Linda Maziz 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur