À la une En ville

Impact sur la santé
/ Les petits et l’écran

La Maison de la santé a proposé une conférence sur l’usage des écrans – télé, tablette, téléphone – chez les enfants et les ados : quel impact sur la santé ? Sans être alarmiste, le psychologue clinicien invité a donné quelques conseils.
Ordinateur, tablette, télé, smartphone... des enfants cernés par les écrans.
Ordinateur, tablette, télé, smartphone... des enfants cernés par les écrans.

C’est une scène fréquente dans les salles d’attente, comme en tout lieu où un bambin est prié de se tenir tranquille. Plutôt qu’une peluche ou autre objet conçu pour son jeune âge, c’est le Smartphone de sa mère – ou de son père- qu’il réclame. Et obtient. Circonscrite naguère au poste de télé, l’exposition des enfants aux écrans s’est étendue aux ordinateurs, aux tablettes et aux téléphones, avec des risques diversement évalués par des spécialistes de l’enfance et chercheurs en neurosciences. Retards de langage, troubles relationnels, voire addiction et troubles autistiques. « L’usage des écrans chez les enfants et les adolescents : quel impact sur la santé ? », avait titré plus sobrement la Maison de la santé pour la conférence Midi Santé qu’elle organisait le 29 mars en mairie.

3, 6, 9 et 12 ans, l'accès progressif aux écrans.

« Nous avons pris contact avec des associations qui ne tiennent pas de discours trop alarmiste », précise Paul Daval, le directeur de la Maison de la santé, qui a ainsi invité Olivier Duris. Ce psychologue clinicien est membre de l’association fondée en 2008 par le psychiatre Serge Tisseron, sous l’intitulé 3-6-9-12. Quatre chiffres comme autant d’étapes dans le développement de l’enfant et de son accès progressif aux écrans. Mais aux préceptes des rigoristes, « pas de TV avant 3 ans, pas de console avant 6 ans, pas d’Internet avant 9 ans, pas de réseau avant 12 ans », Olivier Duris et son association préfèrent une approche plus positive. « Il peut s’agir, au contraire, d’un formidable support d’échange et de partage. »

Pas plus de 2 heures par jour

Ni idéaliser, ni diaboliser, tel est son credo d’abord pour recommander aux parents de montrer le bon exemple. Pas plus de 2 heures de télé par jour. Pour autant, l’image télé avant 3 ans doit passer par une interaction avec l’adulte. De même pour la tablette tactile parce qu’à cet âge tendre « le rapport au corps et au temps », gommé par ces outils, est primordial pour son développement. De 3 à 6 ans, se pose encore pour la TV la question du sens de l’image, qui impose toujours la présence de l’adulte. « 80% des programmes ne sont pas adaptés à ces tranches d’âge », observe Olivier Duris en s’inquiétant des contenus violents. Modulées jusqu’à l’âge de 12 ans, les prescriptions aboutissent encore à évacuer des chambres toute télé, à encadrer l’utilisation du Web, et la nuit venue à couper wifi et mobile. Pour en savoir plus : www.3-6-9-12.org    

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur