En ville

Dubrac TP
/ Les jeunes migrants ne peuvent pas démarrer leur apprentissage

Les pongistes du Sdus posent avec de jeunes adolescents migrants devant La Raquette. © Marine Delatouche
Les pongistes du Sdus posent avec de jeunes adolescents migrants devant La Raquette. © Marine Delatouche

Sur l’imposante bâche accrochée à la façade de La Raquette, avenue Roger-Sémat, pongistes et jeunes migrants posent ensemble. Symbole du partenariat entre le club sportif et l’entreprise Dubrac Travaux publics, son installation devait coïncider avec le début de l’apprentissage de 23 adolescents migrants. Mais lundi 3 février, ils n’ont pu investir les chantiers faute d’autorisation de travail.

« Les dossiers ont été déposés il y a huit jours et la préfète déléguée pour l’Égalité des chances a refusé de signer sous prétexte que le formalisme n’a pas été respecté », s’indigne le chef d’entreprise Francis Dubrac. 

LIRE AUSSI : Quel système d'accueil pour les réfugiés en France ? 

Les demandes d’autorisation de travail en apprentissage doivent être déposées auprès de la Direccte, administration régionale concernant les entreprises et l’emploi. M. Dubrac s’est adressé à la préfecture par gain de temps et se justifie : « Depuis le mois de mai, nous travaillons avec la Direccte et Plaine Commune. Tout le monde est au courant. Ces jeunes ont été recensés et ont fait des stages sur des chantiers. »

Les mineurs isolés étrangers pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance, comme c’est leur cas, peuvent être « autorisé[s] à séjourner en France pour la conclusion d’un contrat d’apprentissage » selon le Code du travail. Samuel Abdouramane Diallo, apprenti maçon ivoirien, se veut malgré tout « un peu optimiste » vis-à-vis de la situation.

« C’est dommage que cela ne se réalise pas, quelle que soit la volonté du préfet », déplore le vice-président du club, Jean-Yves Le Gourrierec. Le maire de Saint-Denis, Laurent Russier, tempère : « Le dialogue n’est pas coupé du tout. Je pense que la ministre du Travail et le préfet vont être convaincus » de la nécessité d’autoriser ces jeunes à débuter leur formation.

LIRE AUSSI : Pour un accueil humain des migrants

Marine Delatouche