Cultures

Collège Jean-Lurçat
/ Les internes en bataille d’impro

Les collégiens de l’internat du collège Lurçat se sont livrés à des improvisations théâtrales devant leurs familles. Ils s’y entraînent depuis la Toussaint avec Sergio Gomes de la Fabrique du Kairos.
Depuis la Toussaint, les élèves de l’internat du collège Jean-Lurçat s’entraînent à improviser. Ils sont aidés par Sergio Gomes de la Fabrique du Kairos.
Depuis la Toussaint, les élèves de l’internat du collège Jean-Lurçat s’entraînent à improviser. Ils sont aidés par Sergio Gomes de la Fabrique du Kairos.

« Trois minutes? Oh lala! Que c’est long! », s’écrie le public, surjouant la surprise dans une cacophonie générale. Trois minutes, c’est le temps qu’ont les jeunes comédiens pour improviser sur le thème tiré au sort par l’arbitre : « une cravate jaune », « les naufragés de la lune » ou encore « la patiente de la chambre 21 », font partie des sujets imposés ce vendredi 22 mars.

Depuis la Toussaint, les élèves de l’internat du collège Jean-Lurçat s’entraînent à improviser sous la houlette de Sergio Gomes, expert ès improvisation et membre de la Fabrique du Kairos. Depuis quatre ans la compagnie de théâtre se balade entre les bahuts d’Île-de-France. Elle y anime des séances autour de l’improvisation théâtrale et organise des matches d’impro comme c’est le cas dans l’établissement dionysien. 

Deux équipes s’affrontent dans une petite arène et se livrent à des joutes théâtrales avec l’aide d’un coach. Celui-ci adresse quelques consignes à ses joueurs en cours de jeu sous le regard impartial de l’arbitre qui veille à faire respecter le règlement officiel, l’œil sur le chronomètre. Les improvisations peuvent être comparées (chaque équipe improvise à tour de rôle) ou mixtes (les deux équipes improvisent ensemble). La « rudesse » des joueurs (s’ils utilisent un mot un peu trop brutal) est sanctionnée tout comme une faute de retard, de confusion ou d’oubli… Pour l’arbitre zélé du jour, Sergio, les fautes sifflées servent à réorienter le match permettant ainsi aux jeunes participants d’élever le niveau de leurs improvisations au fur et à mesure des rencontres. Enfin, à la fin de la manche, le public est invité à voter à l’aide de cartons de couleur.

 


Une sacrée pression

Vendredi 22 mars, devant les familles, les professeurs et quelques anciens élèves, les internes ne se démontent pas malgré la pression que suscite cette première. « Ils seraient dans le même état de stress que ce soit devant huit personnes comme devant une salle pleine », affirme Cisco, en charge des ambiances musicales. C’est lui qui anime les temps morts derrière son synthétiseur en compagnie du Maître de Cérémonie, Frédéric, venu lui aussi prêter mains fortes à Sergio Gomes. « Chaque personnage a un rôle essentiel dans un match d’improvisation, explique Sergio qui rappelle l’origine de la discipline. Ce sont des Québécois qui l’ont inventé dans les années 1970. Ils se sont appuyés sur leur sport national, le hockey sur glace, pour créer les règles et la mise en scène. »

D’où l’arène en forme de patinoire, le maillot à bandes verticales noires et blanches de l’arbitre, la musique à chaque interlude, le MC et ses annonces au micro, les coaches au bord du terrain… À la fin de la soirée, le résultat importe peu. Les quatre équipes ont réalisé une belle prestation alors que l’exercice était plutôt difficile et les débuts hésitants.


 

24 participants sur 34 internes

 « Ça n’a pas toujours été évident lors des séances préparatoires. En fin de semaine, ils étaient épuisés et le lundi soir aussi. Ils étaient fatigués, ils avaient faim, certains n’avaient pas encore fait leurs devoirs… Mais je suis content de ce que ça a donné aujourd’hui », confie Nicolas Ely-Treille, professeur de géographie en charge des activités culturelles de l’internat pour l’année 2018-2019. Il se souvient des réactions à sa proposition de disputer un match d’improvisation. « Ils me disaient “le théâtre, c’est chiant” (sic), on va faire du Molière, on fait déjà ça en français, rapporte l’enseignant. Je leur ai dit qu’il n’y a pas de textes à apprendre. Plusieurs élèves se sont quand même désistés. »

Sur les 34 internes, 24 ont tout de même participé. « Je les ai trouvés étonnants et en même temps je ne suis pas étonné. Par expérience, je sais que le jour du spectacle les gamins arrivent à se transcender. La petite Louane était très timide, elle refusait souvent d’aller sur les impros. Là, elle a foncé ! », témoigne Sergio. Mercredi dernier, la sortie au ministère de la Culture pour assister au championnat de France de théâtre d’improvisation des collégiens a été un vrai déclic.

« Parmi les jeunes que l’on a vus là-bas, beaucoup étaient débutants en impro. Les élèves de notre groupe se sont dit qu’eux aussi en étaient capables, poursuit Sergio Gomes. Et puis on les rassure, ici ce n’est pas une vraie compétition, nous sommes avant tout dans le partage et dans l’échange. » Nicolas Ely-Treille abonde dans son sens. « Avec ce projet, ils apprennent d’eux-mêmes, ils apprennent à se lâcher, à s’exprimer et surtout à s’écouter. Et dans ces quartiers, ce n’est pas toujours évident ».

Maxime Longuet

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur