@ vous

nouveau maire
/ les contradictions du nouveau maire

Nom ou initiales: 
censor

Drôle de spectacle à la mairie de Saint-Denis ce samedi pour la passation de pouvoir à Laurent Russier. A l’intérieur, des élus qui se congratulent et à l’extérieur des citoyens refoulés par des vigiles.
Pourtant la lettre de Didier Paillard disait bien : « Je serai très heureux de vous compter parmi l’assistance du conseil municipal extraordinaire qui aura lieu le samedi 3 décembre, à partir de 9 heures, en salle des mariages de l’hôtel de ville. »
C’est une invitation qui ne se refuse pas. Mais une fois devant la mairie le ton a changé. A travers les grilles métalliques, les vigiles et les policiers ne laissent entrer qu’au compte-goutte : « La salle est pleine ». Du coup nous aussi on est restés à la porte. Mais heureusement quelqu’un qui voit à travers les murs nous a racontés ce qui s’est déroulé dedans.
A l’étage, la salle est bien remplie, mais pas pleine à craquer. On s’étonne de voir que Pierre Laurent, le secrétaire du PCF qui n’habite pas à Saint-Denis, a pu entrer et même trouvé où s’asseoir. Il est vrai que Pierre Laurent a toujours su s’y prendre pour « obtenir un siège »…
Le reste du public semble acquis à la cause de la majorité. L’opposition se fait siffler en quittant la salle avant le vote comme Philippe Caro, le seul candidat à défier Laurent Russier.
A un moment donné, Vincent Huet est le seul élu à demander au président de séance de faire entrer les gens qui attendent dehors, vu que la salle s’est un peu vidée et que « c’est une séance publique ». Patrick Braouezec lui coupe la parole pour lui « proposer » de faire ça après le dépouillement.
Sans doute que Braouezec qui parlait un instant plus tôt « d’un droit à la ville pour tous » n’a pas envie de connaître l’avis des gens de l’Attiéké sur sa vision du développement urbain.
Après l’annonce sans surprise de la victoire de Russier, la salle lui donne une « standing ovation » qui éclaire tout d’un coup le processus de sélection à l’entrée…
Dans son premier discours, Mr. Russier a répété qu'il voulait que Saint-Denis continue à incarner le « progrès social ». Il est alors surprenant que les employés municipaux en grève pour leurs conditions de travail n’aient pas pu rentrer !
Laurent Russier a aussi parlé « résistance » et quelqu’un a cité Lucie Aubrac. Pendant ce temps là les policiers patrouillaient dans les escaliers de l’hotel de ville
Enfin Russier a déclaré qu’il voulait « mettre les Dionysiens au cœur de l’action municipale. » Ceux qui sont restés sur le parvis dans le froid apprécieront. En particulier cette dame venue depuis la Courtille avec son fils pour lui transmettre cette « culture » de la démocratie. Bonne première leçon !

nouveau maire

Réactions

Merci pour ces éclairages. Vous dites les choses avec beaucoup de justesse, de simplicité et d'authenticité.
Il est plus qu'important de dire exactement ce qui s'est passé afin que chacun puisse se faire sa propre opinion sur cette "majorité"...ils
La "démocratie" n'est pas de mise à st denis, quelle tristesse!
La présence de la police? Je croyais qu'il n'y avait pas assez de policiers dans cette ville pour protéger ses administrés. En tous cas, la police est bien là pour protéger ses élus!
Encore merci pour cet article qui m'a beaucoup touché.

Merci pour ce compte rendu très éclairant, excellent contre-poids !

et oui j'ai eu la même réaction, la police est arrivée très vite alors que nous lorsque nous les appelons ils ne sont jamais disponible même si on est en danger.2 poids deux mesures

Assez glaçant ce compte-rendu, qui confirme ce que beaucoup de gens pensent depuis des années : La majorité municipale est complétement coupée du réel , ne fonctionne qu'en vase clos, et est aveugle à la souffrance des dyonisiens. On n'est plus en démocratie, mais plutôt en "démocrature"...Le but de ces élus étant d'assurer leur propre survie politique coûte que coûte...

Bienvenue dans la dernière municipalité staliniste de France ...

Réagissez à l'article

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur